Les 21 et 23 avril 2020
St. John's Convention Centre, St. John's (Terre-Neuve)

 

Les 8 au 10 juin 2020
Centre des congrès de Québec, Ville de Québec (Québec)

 

Les 24 au 26 novembre 2020
Centre Shaw, Ottawa (Ontario)

2017 FCSRW web banner FR

Volet 1A : Contaminants en Émergence  Volet 1B : Évaluation  
Volet 2A : Esquimalt - Évaluation  Volet 2B : Esquimalt - Assainissement Volet 2C : À venir
Volet 3 : Assainissement    
Volet 4A : Gestion Volet 4B : Évaluation  
 

Volet 4B : ÉVALUATION 

Téléchargez la version imprimable du résume 

< -  -  -  -  -  -  -  -  -  - >>

Liens Rapides: 

<< -  -  -  -  -  -  -  -  -  - >>

Analyse de la relation concentration-résponse dans l'évaluation des risques écologiques aquatiques 
Ryan Hill et Bryan Pyper
Azimuth Consulting Group Partnership  

L’objectif de cette présentation est de se concentrer sur les approches permettant de déterminer si les « effets » observés dans les évaluations des risques écologiques aquatiques peuvent être attribués aux contaminants relatifs au site.

Résumé

Les évaluations des risques écologiques (ERE) pour les sites aquatiques sont habituellement fondées sur plusieurs sources de données telles que la chimie des sédiments, la chimie de l’eau de porosité, les bioessais et les relevés d’invertébrés benthiques. La plupart des praticiens planifient les études d’ERE au moyen d’études contrôle-impact qui mettent l’emphase sur l’évaluation de la magnitude de l’exposition et des effets relatifs aux lignes directrices en matière de qualité de l’environnement, aux sites de référence ou aux contrôles en laboratoire. Toutefois, les conclusions appuyées par la force probante des preuves relatives aux risques devraient être établies non seulement à partir de la magnitude, mais également à partir des preuves de causalité. Le potentiel de causalité peut être évalué à un certain point en considérant les relations entre les indicateurs de résultat, particulièrement les relations entre les indicateurs de résultat de l’exposition et des effets. En gardant cela à l’esprit, les ERE devraient être planifiées de manière à caractériser les gradients de concentration et, par conséquent, faciliter l’analyse de la relation concentration-réponse. Cette présentation s’appuiera sur les données de plusieurs sites aquatiques sur lesquels nous avons travaillé afin d’illustrer l’utilisation de courbes et de modèles quantitatifs dans l’évaluation de la relation concentration-réponse pour divers types d’indicateurs de résultat. 

 
 
<< -  -  -  -  -  -  -  -  -  - >> 
 
Stratégies pour évaluer les risques écologiques aux sites contaminés intertidaux et aquatiques

Beth Power, Norm Healey, Patrick Allard

Azimuth Consulting Group Inc. 

L’objectif de cette présentation est de discuter de l’évaluation des risques écologiques dans la zone de transition entre les environnements intertidaux et aquatiques aux sites fédéraux et des défis connexes.

Résumé

Cette présentation examinera les stratégies visant à évaluer les risques écologiques aux sites intertidaux et aquatiques de manière à éviter les pièges communs. Fréquemment, l’assainissement jusqu’à ces cibles numériques n’est pas réalisable pour des raisons techniques ou en raison des coûts, donc l’évaluation des risques (résiduels) est nécessaire. Les évaluations des risques écologiques aquatiques peuvent exiger plus de temps et de fonds qu’on prévoyait au départ. Les défis relatifs à l’évaluation des risques aux sites intertidaux et aquatiques comprennent les suivants : convertir la compréhension de la qualité des eaux souterraines en conditions d’exposition pour les récepteurs aquatiques; répartir la « cause » des effets entre les stresseurs chimiques et physiques; l’analyse des effets écologiques dans un contexte spatial; et la traduction des constatations de l’évaluation des risques en gestion des risques. Pour chacun de ces défis, des stratégies et des exemples seront présentés à l’intérieur du contexte des sites fédéraux. Les publics cibles pour cette présentation sont les chargés de projet et les dirigeants qui gèrent des sites intertidaux et aquatiques.

 
 
<< -  -  -  -  -  -  -  -  -  - >> 

Mesure précise de la récupération de carotte à l’aide d’une technologie améliorée de carottage par vibration
Doug McMillan1, Dave Munday2, Tom Wright2, Dave Kettlewell1, Scott Irwin3
1SNC-Lavalin Inc.
2Coastline Technologies Inc.
3Construction de défense Canada 

L’objectif de la présentation est de présenter une nouvelle technologie de carottage par vibration mise au point par Coastline Technologies Inc. qui offre des mesures de récupération de carotte plus précises et des données plus fiables. 

Résumé

La caractérisation et l’évaluation exactes des sédiments marins constituent une étape importante pour la caractérisation de l’environnement et l’assainissement des sites contaminés en milieu marin. De manière générale, l’étude des sédiments marins est effectuée à l’aide d’un récipient d’échantillonnage vibrant servant à carotter la couche sédimentaire marine. Les carottes extraites livrent des données liées aux profondeurs sédimentaires in situ. Les données recueillies dans le cadre des enquêtes sur les sédiments font partie intégrante de la délimitation de la contamination des sédiments et permettent d’estimer le volume de sédiments contaminés en vue des travaux d’assainissement par dragage.

Habituellement, les navires utilisés pour l’échantillonnage vibrant sont équipés de systèmes de navigation SIG et d’échosondeurs pour mesurer précisément les coordonnées des échantillons et la profondeur de l’eau (jusqu’à la boue). D’autres mesures et observations sont enregistrées au cours du carottage des sédiments et incluent la pénétration de l’entraînement, la mesure de l’espace libre et la récupération de la carotte. Ces mesures permettent aux géoscientifiques de déterminer le pourcentage de récupération, qui sert ensuite à appliquer un facteur de correction à la carotte de sédiments récupérée et à déterminer les intervalles d’échantillonnage. L’incertitude quant aux mesures de récupération de carotte et aux corrections peut grandement nuire à la précision des intervalles d’échantillonnage, et par conséquent, aux estimations du volume qui doit être assaini. Les erreurs et l’incertitude quant au volume à assainir peuvent entraîner une augmentation importante des coûts d’assainissement. 

C’est pourquoi Coastline Technologies Inc. (Coastline) a mis au point une nouvelle technologie pour mesurer la pénétration des tubes de carottage et la récupération des carottes, avec l’aide du Programme d’aide à la recherche industrielle (PARI) du Conseil national de recherches du Canada (CNRC). Cette nouvelle technologie fournit en temps réel des mesures numériques qui peuvent servir à améliorer l’efficacité des systèmes de carottage de Coastline. En principe, l’application de ces résultats au choix des intervalles d’échantillonnage permettra de grandement préciser les mesures et les intervalles d’échantillonnage des sédiments et, par conséquent, d’accroître l’exactitude et la précision de toutes les données qui en découlent. 

Avec le nouveau système de mesure, l’opérateur peut mettre le système de mesure à zéro juste avant de prélever l’échantillon. La mesure de la pénétration du tube de carottage est une approximation de la profondeur du sédiment. Un deuxième système de mesure enregistre le niveau du sédiment lorsqu’il pénètre dans le tube. Les mesures en temps réel par intervalle de 1,0 cm sont enregistrées et comparées pour fournir un pourcentage de récupération de carotte pour chaque intervalle. L’opérateur peut donc ajuster les paramètres du dispositif vibrant afin d’optimiser la récupération de carotte. Lors de l’extraction et de la récupération, le système de mesure détecte tout changement (inversion du collecteur de carotte ou lessivage du trou, entre autres) qui puisse avoir un effet sur les données acquises à partir de la carotte avant l’échantillonnage. Les résultats de chaque échantillon sont transmis à l’équipe d’échantillonnage des carottes afin que les géoscientifiques sachent comment chaque carotte prélevée se rapporte aux profondeurs de sédiments in situ.

SNC-Lavalin et Coastline mettront cette technologie à l’épreuve dans des essais sur le terrain qui seront réalisés entre janvier et mars 2017 en vue de comparer les données et les résultats obtenus à ceux des techniques utilisées jusqu’à maintenant. SNC-Lavalin entend réaliser l’analyse et la comparaison des données à l’aide de techniques statistiques afin de fournir des preuves non seulement de la fiabilité accrue des échantillons et des estimations du volume à assainir, mais aussi de l’allègement des coûts d’enquête