Bénévolat pour l’Institut des biens immobiliers du Canada

L’Institut et les gens
L’Institut des biens immobiliers du Canada (IBIC) est un organisme sans but lucratif constitué en vertu d’une loi fédérale. Un Conseil d’administration bénévole, qui ensemble représente plusieurs ministères et organismes de l’ensemble du gouvernement fédéral, est à la tête de l’IBIC. D’autres membres comprennent des représentants de tous les autres ordres de gouvernement et du secteur privé. L’Institut offre des services de perfectionnement professionnel à une collectivité diverse de plus de 10 000 spécialistes et cadres fédéraux des biens immobiliers afin d’habiliter un effectif des BI fédéraux hautement performants (consulter la section des faits). Les programmes de perfectionnement professionnel de l’IBIC sont réalisés principalement grâce à des ateliers nationaux et régionaux. Ces ateliers comprennent l’Atelier national annuel des biens immobiliers et des ateliers bisannuels sur l’infrastructure maritime, les sites contaminés fédéraux et le milieu de travail. L’IBIC offre également des séances de formation d’une journée de perfectionnement professionnel, une série de petits déjeuners-causeries et des séances de déjeuners-conférences partout au Canada. Consultez la section des Événements afin de connaître les séances actuellement planifiées.

L’IBIC compte sur environ 100 bénévoles chaque année, qui, ensemble, définissent et offrent la prestation de ses programmes de perfectionnement professionnel et de r éseautage à la collectivité des BI partout au pays. Nos bénévoles comprennent des fonctionnaires fédéraux, des représentants provenant d’autres ordres de gouvernement, le secteur privé et les universités – toutes les parties de la collectivité.

Avantages du bénévolat avec l’IBIC
D’un rôle au sein de nos divers comités à un poste au sein du conseil d’administration de l’IBIC, nous offrons aux bénévoles une expérience de perfectionnement professionnel intéressante, enrichissante et positive. Être associé à l’IBIC vous offre également des occasions de réseautage au sein de la vaste et diverse collectivité des BI afin d’établir des liens interpersonnels importants en plus de promouvoir votre croissance professionnelle.

Faits sur la collectivité des Biens immobiliers fédéraux

  • La collectivité des BI fédéraux est responsable des éléments suivants :
    • un portefeuille de biens immobiliers d’une valeur d’environ 40 milliards de dollars;
    • la gestion et l’entretien d’environ 37 000 édifices (27 millions de mètres carrés d’espace), ce qui comprend des édifices du patrimoine, des laboratoires, des immeubles de bureaux, des entrepôts, des ambassades, des raffineries, des ports, des autoroutes, des ponts, des phares et des barrages;
    • la gestion et l’entretien de 44 millions d’hectares de terrains, ce qui comprend des parcs nationaux, des bases militaires, des sites contaminés, des champs et des sites de recherches en forêt;
    • des opérations d’une valeur de plus de 10 milliards de dollars par année en exploitation, réparations, locations, achats, rénovations et nouvelles constructions.
  • Plus de la moitié des professionnels des BI sont concentrés dans trois domaines fonctionnels :
    • Services de gestion des immeubles et des installations;
    • Services de gestion de projets;
    • Services d’architecture et de génie.

Témoignages:

Quelle est la meilleure partie de votre participation au comité d’organisation et/ou au comité technique de l’atelier national sur les sites contaminés fédéraux de l’IBIC?

Faciliter le partage d’expériences et des enseignements tirés.
Andrea Peters,
Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada Membre du comité depuis 2006

L’atelier est un énorme projet qui demande beaucoup de travail en coulisse pour en assurer son succès. Je me suis joint au comité technique pour redonner à une profession qui m’a tant donné et pour aider modestement afin que l’atelier soit une réussite.
Bryan Pellerin,
ministère de la Défense nationale Membre du comité depuis 2016

La meilleure partie de l’atelier est la rencontre avec des professionnels, des gestionnaires et des scientifiques pour apprendre sur les défis et les réussites des uns et des autres concernant la gestion des sites contaminés.
Daniela Loocke,
Collège militaire royal du Canada Membre du comité depuis 2018

Travailler avec des pairs pour faire de cet atelier le meilleur événement national de réseautage et d’avancement de la technologie appliquée dans le domaine des sites contaminés.
Geneviève Marquette,
Services publics et Approvisionnement Canada Membre du comité depuis 2015

Reconnaître les réalisations grâce à la sélection des bourses d’études et des prix de l’IBIC!
Jean-Claude Prévost,
Parcs Canada Membre du comité depuis 2008

Je fais quelque chose qui me passionne et en quoi je crois, c’est l’une des meilleures parties de mon implication dans cet atelier. J’aime soutenir les relations et le réseautage qu’offrent les ateliers, la source des connaissances qu’ils procurent et les discussions techniques qui ont lieu. Je suis également heureuse de soutenir les gens venant des quatre coins du pays et, parfois, d’établir des liens internationaux pour partager nos connaissances, notre expérience et des idées novatrices concernant les sites contaminés. Il y a aussi des gens formidables avec qui nous travaillons!
Tracy Dannell,
Geosyntec Consultants Inc. Membre du comité depuis 2010

 

Quelle est la meilleure partie de votre participation au comité d’organisation de l’Atelier national de biens immobiliers 2019 de l’IBIC?

Pour moi, les meilleures parties de ma participation à cet atelier sont l’occasion de revoir des gens avec qui j’ai travaillé auparavant et l’occasion d’établir de nouveaux liens, en plus d’être capable de réaliser cela en organisant et en participant à des séances d’apprentissage intéressantes.
Elizabeth Sampson,
Bibliothèque publique d’Ottawa

Faire partie du comité organisateur de l’atelier national de l’IBIC est la meilleure activité paraprofessionnelle à laquelle j’ai participé. J’ai rencontré tellement de professionnels dévoués des Biens immobiliers en faisant partie de cet incroyable comité et j’ai eu l’occasion d’observer tellement d’idées novatrices être présentées. Pour tous ceux qui recherchent une occasion d’élargir leur réseau professionnel, d’acquérir de nouvelles compétences et d’échanger des connaissances novatrices, vous devriez vraiment participer à ceci.
Yixiong Rang,
Services publics et Approvisionnement Canada

Ma participation à ce comité de planification d’atelier a été une excellente occasion de faire partie de discussions au sujet de la détermination des nouveaux enjeux ou des enjeux émergents qui seraient les plus avantageux à notre collectivité des biens immobiliers dans le cadre du programme d’ateliers. J’ai ressenti un véritable sentiment de contribution au sein de ce comité.
Lezlie Locke,
Gendarmerie royale du Canada

L’opportunité de faire part de nouvelles idées et créer un programme rempli de sessions intéressantes pour notre collectivité est la meilleure partie de participer au comité organisateur de l’atelier national de biens immobiliers.
Caroline Lavigne McGregor,
Société immobilière du Canada

L’IBIC offre l’une des seules occasions pour les professionnels des biens immobiliers de partout au Canada de faire du réseautage, d’échanger des idées et de l’information et de discuter de sujets pertinents aux enjeux des biens immobiliers auxquels nous sommes confrontés dans l’environnement en constante évolution d’aujourd’hui. Cette occasion de réseautage est inestimable pour la mobilisation et l’établissement de liens entre tous les ordres de gouvernement, le secteur privé, les enseignants, les entrepreneurs et les fournisseurs qui souhaitent améliorer l’industrie des biens immobiliers. Les réseaux de soutien, les relations établies et les objectifs partagés d’offrir la prestation de services de BI de qualité sont les raisons d’en faire partie.
Louanne Clitsome,
Services publics et Approvisionnement Canada

Participer au comité m’a offert un point de vue unique de la coupe transversale des biens immobiliers et de l’innovation et de la façon dont nous nous y prenons pour motiver les changements et réduire nos effets.
Erica Brabon,
Black & McDonald

Questions fr

fb icon   Twitter icon   linkedIn icon