section header FR 2


Libération de l’efficacité énergétique provenant de l’intérieur de bâtiments
Will Wilson, Pace Chemicals
L’objectif de cette présentation est de découvrir les possibilités cachées dans les systèmes de traitement de l’eau des systèmes de chauffage, ventilation et conditionnement d’air qui ont des effets majeurs sur l’environnement bâti et naturel.
Abstract

Au cours des dernières décennies, nous avons pris conscience des effets considérables de l’environnement bâti sur notre environnement naturel. Selon Statistique Canada, le chauffage et la climatisation représentent plus de 50 % de la consommation d’énergie totale et des émissions de gaz à effet de serre (GES) d’un bâtiment. Les bâtiments consomment également environ 9 % de toute l’eau douce. Bien que certaines nouvelles constructions soient hyper axées sur l’efficacité, que pouvons-nous faire au sujet des bâtiments existants? Le coût et l’impact environnemental de la démolition et de la reconstruction sont prohibitifs. Notre seul plan d’action est d’entreprendre des rénovations majeures des systèmes de CVCA et de l’enveloppe du bâtiment, mais le coût de cela est très prohibitif.

Nous sommes ici aujourd’hui pour discuter de méthodes et de technologies négligées ou inconnues qui peuvent réduire la consommation d’énergie des systèmes de chauffage et de refroidissement, les émissions de GES et la consommation d’eau de 30 % sans rénovations. Cela aura des effets importants sur la consommation énergétique et les émissions globalement dans l’ensemble du Canada.

La majorité des systèmes de CVCA de bâtiments utilisent de l’eau comme méthode de livraison de la chaleur. Les systèmes d’eau refroidie libèrent la chaleur de l’intérieur du bâtiment au cours des mois d’été et les systèmes de chaudières transportent de la chaleur dans le bâtiment au cours des mois d’hiver. Il existe de nombreuses possibilités cachées dans le traitement de l’eau des systèmes de CVCA qui peuvent rendre les bâtiments plus résistants et durables tout en protégeant l’environnement naturel et bâti.

La majorité des systèmes sont en boucle fermée, ce qui signifie que l’eau de la chaudière circule dans tout le bâtiment pour transporter la chaleur pour revenir à la chaudière et être réchauffée et recirculée. L’eau est utilisée parce que son utilisation est sécuritaire, elle est facilement accessible et est relativement peu coûteuse. L’eau comporte trois enjeux principaux dont nous discuterons aujourd’hui et seulement l’un de ceux-ci est abordé par des méthodes de traitement de l’eau traditionnelles. Le premier enjeu est que l’eau cause activement la corrosion des tuyaux, des sceaux et des matériaux dans tous les systèmes, endommageant ainsi l’environnement bâti.

Les méthodes de traitement de l’eau traditionnelles résolvent cet enjeu, mais en raison d’un manque de connaissances et de capacités, la majorité des bâtiments ne respecte pas un plan de traitement adéquat. Le deuxième enjeu concerne les solides dissous qui sont transportés dans le système lorsque de l’eau fraîche est ajoutée. Ces minéraux ou ce tartre recouvrent l’intérieur des surfaces de transfert thermique, créant ainsi une couche isolante sur les surfaces de transfert de la chaleur. Une accumulation de tartre de l’épaisseur d’une carte de crédit dans une chaudière ou un refroidisseur augmentera la consommation d’énergie de 28 % à elle seule. Le troisième enjeu est la tension superficielle élevée de l’eau qui agit en tant qu’isolant naturel entre la surface de transfert de la chaleur et les molécules d’hydrogène.

La présentation décrira les solutions principales à ces trois enjeux et permettra de dégager le potentiel pour la réduction considérable de la consommation d’énergie, des émissions de GES et de la consommation d’eau.

Will Wilson, gestionnaire de la durabilité, Pace Chemicals
Will Wilson dirige la division de la durabilité et de la conservation de l’eau de PACE Chemicals depuis trois ans. Will se concentre sur l’éducation en matière de marketing et apporte des solutions novatrices aux problèmes de l’efficacité des bâtiments et de la réduction des émissions. Il a supervisé des centaines de projets d’économie d’énergie, y compris plus de 50 études de cas de mesure et de vérification pour des clients comme TELUS, Alberta Infrastructure, QuadReal et BGIS. 

Vérification de la consommation d’énergie et inspection thermiques quantifiables pour les enveloppes de bâtiments
Peyand Melati, QEA TECH 

L’objectif de cette présentation est de fournir aux propriétaires et aux gestionnaires immobiliers un outil d’inspection et de mesure des pertes d’énergie de l’extérieur des bâtiments afin de prioriser leurs projets de rénovation et de réparation de l’infrastructure.

Abstract

Jusqu’à 50 % des pertes énergétiques d’un bâtiment pourraient être en raison de la surface extérieure. Localiser et calculer les pertes énergétiques de l’enveloppe du bâtiment peut potentiellement entraîner d’énormes économies financières et aide à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Les vérifications de la consommation d’énergie quantifiables sont une nouvelle solution novatrice de télédétection pour les enveloppes de bâtiment. Grâce à la technologie des drones, cela offre aux propriétaires et aux gestionnaires immobiliers un niveau de détail sans précédent, ce qui leur permet de prendre des décisions renseignées par des données à l’égard : 1) des secteurs problématiques; 2) des pertes d’énergie quantifiables; et 3) de la priorité des réparations et des calculs du rendement du capital investi (RCI).

Au moyen de cette technologie, les propriétaires et les exploitants immobiliers posséderont les moyens d’établir l’ordre de priorité de leurs projets de rénovations et de réparation d’infrastructure, ainsi que la mesure des excès de GES émis par leur portefeuille.

Cette technologie utilise une flotte aérienne d’équipement d’imagerie thermique qui recueille immédiatement des centaines d’images thermiques et visuelles. À l’aide d’un algorithme de traitement d’image, chaque pixel peut être transformé en une valeur énergétique numérique pour plus de traitement analytique et de quantification.

Cette technologie peut également être utilisée dans des secteurs autres que l’inspection de l’enveloppe de bâtiments, comme la détection de fissures, la détection de fuites de tuyauteries, l’inspection de sites contaminés et l’inspection de panneaux solaires.

Peyvand Melati, dirigeant principal, QEA TECH

Peyvand Melati est un entrepreneur très accompli qui a lancé avec succès plusieurs entreprises. Son expertise comprend des connaissances approfondies d’industries verticales principales en technologies propres, en Internet des choses et en énergie renouvelable.

Il est expert en lancement d’entreprises en démarrage, de la conception à la stratégie de sortie et est capable de fixer des priorités, d’élaborer des stratégies, de bâtir l’équipe et d’exécuter des mesures avec succès. Il est un chef d’équipe axé sur les résultats et motivé financièrement qui possède un excellent historique de résultats d’ouverture de marchés internationaux et d’établissement de liens avec des clients et des partenaires de distribution. 

Innovations pour le transfert et la gestion d’installations

Megan Beange1 et John Hale2
1 Services publics et Approvisionnement Canada
2 Ministère de la Défense nationale

L’objectif de cette présentation est de présenter des outils de trois dimensionnels comme la modélisation des données du bâtiment et les technologies de l’information et de la communication pour améliorer le transfert et appuyer la gestion d’installations.
Abstract

Cette présentation démontrera les travaux du ministère de la Défense nationale et de Services publics et Approvisionnement Canada dans les domaines suivants :

  • L’essai de la plateforme collaborative SmartShape du programme d’innovation Construire au Canada (PICC) pour la collaboration en gestion des installations;
  • Des études de cas en modélisation des données du bâtiment (MDB) en transfert et en gestion d’installations.

Elle soulignera également l’importance que les gardiens des biens immobiliers entreprennent des étapes pour amorcer leurs travaux en transformation numérique et pour l’adoption de technologies comme la MDB et les environnements de données communs.                                  

Megan Beange, dirigeante principale de la MDB, Services publics et Approvisionnement Canada
Megan Beange collabore avec les intervenants nationaux dans l’industrie de la construction, équilibrant l’orientation stratégique de haut niveau et la réflexion et les besoins opérationnels et les technologies. Elle travaille avec des intervenants ministériels, des clients et des fournisseurs de service du secteur privé afin d’apporter des efficacités et des innovations numériques dans les flux de travail et les processus du portefeuille, des programmes, des projets et de la gestion des biens immobiliers. Elle a été une voix forte pour la transformation numérique au sein de la collectivité des biens immobiliers du gouvernement fédéral et appuie la révision des politiques du gouvernement fédéral avec son expérience et ses connaissances tirées de la communauté internationale. Elle continue de chercher des façons de contribuer à l’évolution de l’industrie et souhaite aider la collectivité de la construction numérique à croître et à évoluer à l’aide de technologies et de processus émergents du XXIsiècle. Son objectif au sein de SPAC est d’élaborer des données plus intelligentes et plus interopérables pour appuyer un modèle de service de conservation et de biens immobiliers plus intelligent. Plus important encore, à la lumière de ses connaissances des tendances internationales et des points de repère, Megan aimerait contribuer à ce que le Canada devienne un chef de file mondial dans l’innovation de la construction, des biens immobiliers et de villes intelligentes.

John Hale, responsable de la gestion de l’information relative à l’entreprise et de la MDB, ministère de la Défense nationale

Bien commencer – une nouvelle feuille de route pour de meilleures mises à niveau de systèmes de bâtiments

Liviu Craiu-Botan1 et Greg Pimento2
1 Oxford Properties Group, 2Armstrong Fluid Technology

L’objectif de cette présentation est d’éduquer les participants au sujet des obstacles communs aux rénovations pour le rendement énergétique des systèmes de bâtiments et d’une nouvelle approche pour contourner ces derniers qui entraînent un flux de trésorerie positif dès le premier jour. Effectuer les rénovations en étapes et installer des appareils intelligents qui fournissent des données en temps réel sur la charge actuelle du système renseigne les choix de technologie pour les étapes ultérieures de la mise à niveau, ce qui améliore le rendement et réduit les coûts de fonctionnement comparativement aux mises à niveau traditionnelles.
Abstract

Le secteur de la construction est responsable de 30 % de la consommation énergétique mondiale et environ 30 %, en moyenne, de l’énergie consommée dans des bâtiments commerciaux est gaspillée. Toutefois, les rénovations de bâtiments ne devraient augmenter que de 1 à 2 % par année dans la majorité des régions. Nous avons un urgent besoin d’augmenter le taux d’amélioration du rendement énergétique de bâtiments existants afin de suivre le rythme des objectifs de durabilité internationaux et de cesser de gaspiller de l’argent pour de l’énergie inutile.

Cette séance permettra de discuter de nombreux obstacles et de risques perçus associés à l’amélioration du rendement énergétique des bâtiments commerciaux et des stratégies pour les surmonter. Pour la majorité des systèmes de bâtiment, les composantes mécaniques et numériques sont combinées même si elles n’ont pas été spécifiquement conçues pour fonctionner ensemble, ce qui entraîne des « îlots de fonctionnalité ». Les salles des machines ont été conçues et utilisées à l’aide d’anciennes règles pratiques qui retiennent l’innovation et limite le potentiel. La mosaïque de solutions progressives actuellement utilisée traite seulement les éléments uniques d’un système, ce qui entraîne la présence de systèmes de bâtiment qui sont surdimensionnés et inefficaces.

Pour surmonter ces enjeux, la nouvelle feuille de route pour les mises à niveau des systèmes de bâtiments comporte trois étapes sur une période d’un an : chacune d’entre elles offre plus de données en temps réel afin de mieux renseigner les décisions technologiques à prendre à la prochaine étape. Les propriétaires ont constaté que cette approche permet d’économiser environ 40 % de la consommation d’énergie dans l’ensemble des installations mécaniques. Les commentaires des propriétaires reconnaissent également la valeur de la participation d’experts techniques au début du processus de conception pour conseiller leurs experts-conseils principaux de conception technique au sujet de solutions de rechange. Des études de cas utilisant ce processus de rénovation de bâtiments feront l’objet de discussion.                                                    

Liviu Craiu-Botan, [gestionnaire national, services de l’énergie et services techniques], Oxford Properties Group
Liviu Craiu-Botan, ingénieur et C.E.M., est responsable du programme de gestion de l’énergie d’Oxford, qui est à l’avant-garde de l’industrie et qui a permis d’économiser plus de 50 millions de dollars en coûts d’énergie au cours des huit dernières années. Oxford est une des sociétés immobilières principales du Canada, avec un portefeuille de plus de 50 millions de pieds carrés de bureaux, d’immeubles de magasins, d’immeubles industriels et d’immeubles multirésidentiels au Canada, aux États-Unis et en Europe. Liviu est un membre actif de nombreuses associations professionnelles et comités techniques au Canada et à l’échelle internationale, comme ASHRAE, l’Association of Energy Engineers (AEE), le comité technique de la norme de gestion de l’énergie ISO 15000 de l’Association canadienne de normalisation, le BOMA Toronto Energy Committee et le Conseil du bâtiment durable du Canada (CBDCa).

Greg Pimento, chargé des comptes de propriétaires, Armstrong Fluid Technology
Greg Pimento possède une vaste expérience en ventes techniques, desservant des clients industriels et commerciaux au Canada et aux États-Unis. Il est engagé à aider les propriétaires et les gestionnaires de bâtiments à atteindre leurs objectifs de durabilité. Dans son rôle avec Armstrong, il appuie les clients au fur et à mesure qu’ils travaillent à améliorer l’efficacité de leurs systèmes de CVCA et de systèmes de débit de fluide. Ses projets récents comprennent des installations réussies dans des hôpitaux, des universités, des bâtiments commerciaux et des condominiums partout au Canada. M. Pimento reçoit fréquemment des invitations de présentation à des conférences et à des colloques. Plus récemment, il a présenté le cours d’optimisation de systèmes de pompes du Hydraulic Institute. 

Transformation des milieux de travail

Iana Ciatti, Horizant Inc. 

L’objectif de cette présentation est de fournir des exemples, des technologies, des outils et des conseils pour appuyer la gestion des milieux de travail en évolution d’aujourd’hui.
Abstract

Cette présentation offre un résumé des outils et des techniques stratégiques analytiques disponibles aujourd’hui et offre des exemples de la façon dont certains collègues des biens immobiliers du gouvernement fédéral du Canada s’en servent pour aider à concentrer les efforts de l’utilisation de technologies pour augmenter les capacités des portefeuilles de biens immobiliers et améliorer la satisfaction des clients et qui offrent des milieux de travail plus productifs et une prestation de programmes améliorée. Découvrez comment vous et votre ministère pourriez mettre en valeur l’innovation, la capacité et l’expertise du secteur privé en matière de gestion de l’espace, de l’occupation, des actifs et des projets pour aider à atteindre les objectifs de mandats et d’intendance en matière de durabilité, d’optimisation et de prise de décisions axées sur les données.

Iana Ciatti, gestionnaire de programme, Horizant Inc.
Iana Ciatti possède plus de 25 ans d’expérience de ventes industrielles, dont les six dernières concentrées particulièrement sur la consultation pour des systèmes de gestion du milieu de travail intégrés. Elle a travaillé avec des dizaines de clients des gouvernements fédéral et provinciaux et des administrations municipales, établissant des partenariats avec eux afin de déterminer les solutions, planifier et atteindre leurs objectifs organisationnels dans les domaines de la planification des portefeuilles, de la gestion des biens et des projets d’immobilisation, de l’exploitation des bâtiments et de la durabilité. 

La publication des données comme outil de transition énergétique

Gabriel DesmaraisEconoler

L’objectif de cette présentation est de comprendre les barrières et facteurs de succès pour un programme de publication des données, et comprendre comment utiliser l’information afin de stimuler le changement.

Actifs techniques et information sur les Autochtones de Services publics et Approvisionnement Canada

Steve G. Mainville, Isabelle L. Proulx, Eric Duvoisin
Services publics et Approvisionnement Canada

L’objectif de cette présentation est de créer une carte Web interactive affichant les actifs techniques de SPAC en rapport avec les informations sur les Autochtones qui se trouvent dans leur région géographique. 
Abstract

La demande pour une application de carte Web interactive a été présentée afin d’appuyer la haute direction à prendre des décisions mieux renseignées au sujet de la location d’actifs techniques de Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) et des informations sur les Autochtones qui se trouvent dans la même région géographique. Par conséquent, les actifs techniques de SPAC qui se trouvent partout au pays sont cartographiés pour mieux déterminer dans laquelle des couches d’information sur les autochtones ils se trouvent. L’application Web de cartographie met en vedette les actifs techniques de SPAC en un format de « tableau de bord » pour faciliter et assurer une navigation de cartographie conviviale. Les attributs particuliers sont affichés comme tel : description de l’actif; type de structure; mesure; année de construction ou de reconstruction; et une photo de l’actif est également incluse. Des fonctions de base du système d’information géographique (SIG) ont été incluses dans l’application de cartographie Web, comme l’outil de navigation, le signet et une légende démontrant l’étendue de différentes informations sur les autochtones obtenues au moyen de données ouvertes à des fins de visualisation : les frontières législatives des terres autochtones au Canada, les revendications territoriales autochtones; les ententes autochtones et les traités d’avant et après 1975 et leurs attributs particuliers. D’autres caractéristiques sont offertes et ajoutées dans le cadre de la cartographie, comme : une petite carte de la région (pour mieux situer l’utilisateur sur la carte); des liens Web au Système d’information sur les droits ancestraux et issus de traités (SIDAIT) et au Répertoire des biens immobiliers fédéraux (RBIF) pour chaque actif technique; en plus de liens Web à la nomenclature du SIDAIT et du RBIF (lexiques). Un outil de cartographie personnalisé a été élaboré pour mieux desservir l’équipe des actifs techniques et répondre aux besoins internes. D’autres fonctions du SIG ont été ajoutées pour effectuer des analyses plus approfondies, c.-à-d. des outils d’établissement de rapport, de recherche, de filtrage et d’interrogation.

Isabelle L. Proulx, gestionnaire de projet du SIG, géomatique, SPAC
Isabelle Proulx est gestionnaire de projet et fait partie de l’équipe du système d’information géographique (SIG) des Services immobiliers de Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC). Elle s’est jointe à SPAC en mai 2018 et a acquis une expérience considérable en géomatique, en matière du SIG et en gestion de projet au cours des 20 dernières années. Elle a progressé au sein du gouvernement du Canada dans des rôles à responsabilité croissante, passant de technicienne du SIG à gestionnaire de projet. Elle dirige et gère maintenant différents projets de cartographie du SIG pour desservir la clientèle des biens immobiliers et répondre à leurs besoins particuliers à l’aide de solutions du SIG. Elle détient un baccalauréat ès arts en géographie et un diplôme en cartographie et géomatique.

Eric Duvoisin, technologue du SIG, géomatique, SPAC
Eric Duvoisin est technologue des services de géomatique (région de la capitale nationale) pour les biens immobiliers. Il s’est joint à l’équipe en 2018, possède de l’expérience multidisciplinaire en gestion de projet, en technologie de l’information et en bases de données et a rapidement pris ce projet sous sa responsabilité.

 Steve G. Mainville, chef du SIG et de la géomatique d’affaires, géomatique, SPAC

 

Modélisation axée sur les données et méthodes de simulation afin de documenter et d’améliorer les bâtiments

Burak Gunay et Liam O’Brien
Carleton University

L’objectif de la présentation est de présenter les méthodes de pointe visant à documenter et améliorer l’exploitation des bâtiments et d’inspirer un large éventail d’intervenants au sujet de la possibilité de ces solutions.
Abstract

Les bâtiments sont une composante essentielle des infrastructures de la région de la capitale nationale ainsi qu’un grand consommateur d’énergie et une grande cause d’émissions de gaz à effet de serre. Malgré les meilleures intentions et les bons concepts, les bâtiments ont régulièrement un rendement inférieur à leur potentiel en raison de défectuosités et de manque d’efficacité opérationnelle. Des exemples principaux comprennent des horaires qui fonctionnent 24 heures par jour, sans tenir compte de l’occupation et le chauffage et le refroidissement simultanés des espaces. À l’aide de logiciels de plus en plus sophistiqués et puissants de gestion des bâtiments et d’automatisation, une énorme quantité de données devient disponible afin de pouvoir automatiquement améliorer et optimiser l’exploitation en ce qui concerne le confort des occupants, l’utilisation et le coût de l’énergie et les émissions de gaz à effet de serre. À l’aide de ces données, le rendement des bâtiments peut être surveillé de façon systématique, continuelle et à distance pour identifier des possibilités d’amélioration.

Au cours des sept dernières années, les professeurs et les étudiants du Building Performance Research Centre de la Carleton University ont mené une approche de laboratoire à l’égard de l’exploitation de bâtiments en utilisant environ 100 bâtiments provenant des secteurs privé et public. Les objectifs devraient simultanément améliorer l’exploitation des bâtiments, élaborer de nouveaux algorithmes et de nouvelles technologies et former la prochaine génération de professionnels et de chercheurs. Les domaines d’intérêt principaux comprennent : la détection et le diagnostic de défaillances; l’analytique de données pour renseigner les exploitants et les propriétaires; la visualisation de données; l’exploitation de nouvelles sources de données (p. ex., le Wi-Fi, les journaux de bord des exploitants et les mètres virtuels); et les capacités de la modélisation et de simulation de renseignements du bâtiment. Dans le cadre de cette présentation, nous présenterons certains des résultats les plus efficaces et prometteurs provenant de sept ans de recherches. De plus, selon notre expérience et nos résultats, nous effectuerons des recommandations d’infrastructure axée sur les données, de captage et de mesure pour nous assurer que les bâtiments futurs et actuels peuvent être exploités à leur plein potentiel.

La Carleton University possède un groupe de chercheurs de pointe qui est axé sur plusieurs parties de bâtiments nouveaux, actuels et du patrimoine. Cette présentation mettra également en évidence les travaux associés de collègues, y compris : 1) un projet sur la modélisation et la documentation de la Bibliothèque du Parlement; et 2) de techniques unifiées de simulation axées sur des capteurs pour utilisation dans des réseaux avancés à l’intérieur de bâtiments. Dans l’ensemble, cette présentation vise à inspirer les différents publics et à démontrer certaines techniques qui émergent de la recherche qui pourrait être directement appliquée à tout bâtiment.                                                            

Burak Gunay, professeur adjoint, Département de génie civil et environnemental, Carleton University
Burak Gunay, Ph. D., est professeur adjoint au Département de génie civil et environnemental de la Carleton University. Ses recherches examinent des méthodes d’optimisation de l’exploitation de bâtiments commerciaux et institutionnels à des fins de confort et de consommation d’énergie. Il utilise les données opérationnelles recueillies à l’intérieur des réseaux de contrôle et d’automatisation modernes pour tirer des leçons des tendances en matière de confort, de comportement et de présence des occupants. À l’aide de données opérationnelles, il utilise la modélisation inverse pour caractériser l’exploitation de l’équipement des bâtiments ainsi que le rendement de l’enveloppe. En plus de mener des analyses de données à l’échelle du terrain, ses recherches utilisent communément des simulations du rendement des bâtiments.

Liam O’Brien, professeur agrégé en conservation architecturale et en génie durable, Carleton University
Liam O’Brien, Ph. D., P.Eng., est professeur agrégé du programme de conservation architecturale et de génie durable de la Carleton University. Il est le chercheur principal du laboratoire des interactions entre les humains et les bâtiments. Son équipe est en train d’élaborer des processus de conception axés sur les occupants, des codes du bâtiment et des mécanismes de contrôle pour des bâtiments à rendement élevé. Il est l’auteur de plus de 130 publications et de deux livres à ce sujet. Il est l’agent d’exploitation de la succursale 79 de l’International Energy Agency Energy in Buildings and Communities Programme : Occupant-Centric Building Design and Operation et l’ancien président du chapitre canadien de l’International Building Performance Simulation Association.

Questions fr

fb icon   Twitter icon   linkedIn icon