section header FR 1


Présentations par affiche : Les approches innovantes à la contamination des milieux aquatiques
Éliminations des métaux et des contaminants organiques à l’aide d’un nouveau matériel en fer pour l’assainissement des eaux souterraines et le traitement des eaux usées industrielles ex Situ
Jean Pare, Chemco Inc.
Matcon Environmental, ltée
L'objectif de cette présentation est de discuter d’un nouveau matériel en fer qui a démontré un potentiel important qui permet d’éliminer des contaminants organiques et inorganiques pour l’assainissement des eaux souterraines et le traitement des eaux usées industrielles ex-situ. Une étude de cas est mise en œuvre à grande échelle démontrant le rendement du système et le coût sera inclus.  
Abstract

L’enlèvement du séléniate est un grand défi pour l’assainissement des eaux souterraines et le traitement des eaux usées industrielles. Un nouveau matériel poreux en fer (appelé Cleanit®-LC Plus, LC+) a été inventé et est fabriqué par Höganäs, qui a une haute capacité de réactivité et de traitement pour éliminer le séléniate (Se). Plusieurs études pilotes et en laboratoire ont été réalisées pour éliminer le séléniate. Des études de lots ont montré que les capacités maximales d’élimination de LC+ étaient de 2,70 ± 0,12, 4,90 ± 0,03, 4,74 ± 0,22 et 5,00 ± 0,00 mg, Se/g le matériel, pour le sélénate, la sélénite, le sélénosulfate et le sélénocyanate respectivement. L’essai en laboratoire sur un échantillon d’eau souterraine provenant de la côte ouest des États-Unis a montré que le taux d’élimination du sélénate est passé de 35,4 ± 3,5 µg/L à 4,0 ± 2 µg/L ayant un temps de contact en fût vide (TCFV) de 30 min. Une autre étude pilote et indépendante des colonnes a été réalisée sur les eaux usées industrielles provenant d’une installation de recyclage de piles. La concentration de sélénium était de 3,1 ± 1,0 mg/L, ce qui a été ramené à environ 1,6 ± 0,79 mg/L en dessous de l’objectif de traitement de 2 mg Se/L (TCFV, 20 min). La capacité des matériaux LC+ pour le sélénium était d’environ 3,2 mg de Se/g.

D’autres contaminants inorganiques (comme l’arsenic, le cadmium, le plomb, l’antimoine, le molybdène et le zinc) présents dans les eaux souterraines ou les eaux usées industrielles peuvent également être éliminés ex-situ par des procédés de sorption et de réduction.

Par exemple, le Pb a été diminué de 133 ± 14,1 à 18 ± 2,1 mg/L, ce qui montre une capacité de 282 mg Pb/g du matériel CL+. Les contaminants organiques comme les COVC peuvent être détruits au lieu d’être absorbés à l’aide de ce type de matériel lorsqu’un système de pompe et de traitement est en service. La composition unique du matériel (99 % de fer) lui permet d’avoir un cycle de vie durable, car il peut être fondu de nouveau et réutilisé dans d’autres applications à base de poudre de fer ou réactivé selon le type du contaminant à traiter. Cela limite le coût de l’élimination des matières dangereuses et favorise une approche environnementale plus durable contre la filtration de ces types de contaminants.

En résumé, ce nouveau matériel en fer a démontré un potentiel important d’élimination des contaminants organiques et inorganiques pour l’assainissement des eaux souterraines et le traitement des eaux usées industrielles ex-situ. Une étude de cas est mise en œuvre à grande échelle démontrant le rendement du système et le coût sera fourni au cours de la présentation.

Biographie – JEAN PARE
Jean Pare, ingénieur civil, est diplômé en génie chimique de l’Université Laval. Il a participé depuis 25 ans à l’évaluation, au développement, à la conception et à la promotion des technologies environnementales conventionnelles et innovatrices. À titre de vice-président de Chemco Inc., ses responsabilités comprennent la conception de l’assainissement, l’analyse technico-économique et l’approvisionnement en technologie pour l’oxydation et la réduction chimiques, le lavage des sols et l’amélioration de la biorestauration. L’an dernier, il a travaillé sur plus de 400 sites en appliquant son expertise à divers types de contaminants organiques et inorganiques dans le sol et dans les eaux souterraines. Il est également engagé auprès de nombreuses organisations environnementales comme l’Association canadienne de réhabilitation des sites dégradés (ACRSD), le CBN, l’Environmental Association of Alberta (ESAA), la British Columbia Environment Industry Association (BCEIA) et Reseau-Environnement où il est membre actif du comité technique et conférencier technique régulier.

Nouvelles capacités de traitement des sols et des eaux souterraines à l’aide de matériel en fer zéro valent à haute réactivité et sur des surfaces élevées
M. JEAN PARE – CHEMCO INC.
L'objectif de cette présentation est de discuter de la façon dont le matériel en fer a démontré un potentiel important qui permet d’éliminer des contaminants organiques et inorganiques pour l’assainissement des eaux souterraines. D’autres données relatives à la résistance pyroscopique, au trichloréthylène, au chrome et à l’arsenic seront également couvertes et montreront la capacité de réduction des coûts pour la mise en œuvre de projets à grande échelle.  
Abstract

Depuis que des chercheurs de l’Université de Waterloo ont observé la dégradation des halocarbures dans les puits en fer coulés, le matériel de fer zéro valent (ZVI) a fait l’objet de recherches approfondies et a été appliqué dans le cadre de projets d’assainissement des sols et des eaux souterraines. L’application typique du fer zérovalent (ZVI) comprend la déshalogénation du carbone organique volatil chloré (COVC), l’enlèvement et la stabilisation des métaux lourds tels que le chrome hexavalent [Cr (VI)], l’arsenic (As), le sélénium (Se), la réduction des composés nitrates et nitro-aromatiques et la réduction et l’élimination de l’uranium (U). Toutefois, l’utilisation du matériel ZVI conventionnel a été limitée à plusieurs égards, notamment les impuretés, la passivation de surface, le changement du pH des eaux souterraines, la lixiviation du fer (Fe), la faible réactivité du matériel (causée par une surface peu élevée et le vieillissement) et la faible sélectivité en raison de la présence d’ions concurrents. Ces questions sont en grande partie liées à la propriété intrinsèque et aux processus de fabrication du matériel ZVI.

Le matériel ZVI fabriqué à partir de différentes méthodes a des caractéristiques différentes. Des essais ont été effectués pour comparer ces caractéristiques spécifiques lors de l’assainissement du sol et des eaux souterraines, comme la teneur en fer, la réactivité, la longévité, la conductivité hydraulique, etc.

L’utilisation du nouveau ZVI à haute réactivité sur des surfaces élevées de permet de traiter des métaux et des contaminants spécifiques dans un taux de réactions plus diversifié et plus efficace.

Une étude cinétique de lots, utilisant un matériel éponge ZVI de Cleanit®, a été réalisée avec une concentration initiale de sélénium de 10 mg/L (un mélange de séléniate, de sélénite, de sélénosulfate et de séléniocyanate) et un taux de chargement de matériel de 0,1 mg Se/g. Dans les 24 heures, les quatre espèces de sélénium ont été éliminées en dessous de la limite de détection (1 µg Se/L). Les constantes de réaction de pseudo-premier échange pour chaque espèce de sélénium mentionnée ci-dessus étaient de 25,0, 23,7, 11,1 et 1,0 h-1 respectivement. Les capacités maximales d’élimination pour les quatre espèces étaient de 2,70 ± 0,12, 4,90 ± 0,03, 4,74 ± 0,22, 5,00 ± 0,00 mg Se/g, respectivement. Comme le séléniate fait partie des espèces de sélénium les plus difficiles à éliminer par le fer zérovalent, des essais des colonnes ont été effectués à l’aide de trois différentes catégories de matériel de Cleanit® : Cleanit®-SR.1S, Cleanit®-SR.2S et Cleanit®-SR.3S sur le sol du site et l’eau souterraine du site touché. La concentration initiale de sélénium était de 2 200 µg/L. Avec un temps de rétention moyen de 4,4 heures à un débit de 0,5 mL/min, les trois matériaux Cleanit® ont démontré une efficacité d’élimination des séléniates de 97 à 98 %. Parmi les trois matériaux Cleanit® testés, Cleanit®-SR.1S a démontré avoir la plus grande capacité d’élimination du sélénium et une faible pression d’accumulation dans la colonne. En résumé, le matériel Cleanit® a démontré un potentiel important qui permet d’éliminer des contaminants organiques et inorganiques pour l’assainissement des eaux souterraines. D’autres données relatives à la résistance pyroscopique, au trichloréthylène, au chrome et à l’arsenic seront également couvertes et montreront la capacité de réduction des coûts pour la mise en œuvre de projets à grande échelle.

Cette présentation peut être offerte en français.

Biographie – JEAN PARE
Jean Pare, ingénieur civil, est diplômé en génie chimique de l’Université Laval. Il a participé depuis 25 ans à l’évaluation, au développement, à la conception et à la promotion des technologies environnementales conventionnelles et innovatrices. À titre de vice-président de Chemco Inc., ses responsabilités comprennent la conception de l’assainissement, l’analyse technico-économique et l’approvisionnement en technologie pour l’oxydation et la réduction chimiques, le lavage des sols et l’amélioration de la biorestauration. L’an dernier, il a travaillé sur plus de 400 sites en appliquant son expertise à divers types de contaminants organiques et inorganiques dans le sol et dans les eaux souterraines. Il est également engagé auprès de nombreuses organisations environnementales comme l’Association canadienne de réhabilitation des sites dégradés (ACRSD), le CBN, l’Environmental Association of Alberta (ESAA), la British Columbia Environment Industry Association (BCEIA) et Reseau-Environnement où il est membre actif du comité technique et conférencier technique régulier.

Processus de coagulation électrochimique avancée à l’aide d’anodes de magnésium pour la prévention de proliférations d’algues nocives provenant de sources d’eaux usées
Dr Marco Polverari – E2Metrix
Mme Ihsen Ben Salah – E2Metrix
L'objectif de cette présentation est de présenter nos technologies et nos résultats les plus récents pour la prévention des proliférations d’algues nocives provenant de sources d’eaux usées en utilisant une coagulation électrochimique avancée (EACP) avec des anodes de magnésium. La technologie s’est avérée très efficace pour l’élimination du phosphore et de l’azote après un passage dans le système. Il s’est avéré que les principaux paramètres de traitement sont les types d’électrodes utilisant la coagulation électrochimique avancée, la conception et l’exploitation du réacteur de la coagulation électrochimique avancée et les conditions de traitement des échantillons.  
Abstract

Plus de 65 % des collectivités nord-américaines obtiennent leur eau potable des lacs, des rivières ou d’autres eaux de surface. La protection de ces sources contre les contaminants extérieurs est une lutte permanente pour de nombreux systèmes publics d’approvisionnement en eau. Le changement climatique associé au lavage des engrais et du fumier dans les champs agricoles lors de pluies abondantes et fréquentes, accélère la fréquence et l’intensité des efflorescences algales nuisibles (EAN) dans l’eau douce. Le phosphore, l’azote et les substances en suspension sont les principales sources d’algues bleu-vert à l’origine des efflorescences algales nuisibles (EAN).

À l’heure actuelle, les microcystines et autres cyanotoxines qui se développent à partir d’algues bleu-vert ne sont pas réglementées par la Loi sur la salubrité de l’eau potable, mais elles figurent sur la liste des contaminants que l’EPA a dressée. L’Organisation mondiale de la santé a établi une ligne directrice consultative de 1 µg/L pour la microcystine dans l’eau potable. La microcystine est une toxine courante et très puissante créée par les proliférations de cyanobactéries, aussi appelées algues bleu-vert. Comme pour d’autres contaminants d’intérêt émergent, la plupart des pays ont donné des orientations différentes sur les cyanotoxines, allant de 0,7 à 3 µg/l. De très faibles quantités de microcystines dans l’eau potable ont été liées à une augmentation de l’insuffisance hépatique et rénale et à des problèmes de santé du système nerveux. La surveillance effectuée par l’EPA a montré des niveaux bien supérieurs à tous les niveaux d’orientation.

Les options de gestion comprennent les mesures de contrôle à la source (réduction de la charge nutritive, précipitation chimique du phosphore, aération, biorestauration), les modifications de l’apport (filtration des entrées) et les modifications du traitement (chlore, DAF, ozone-AOP, UV-AOP, charbon actif, flottation à l’air dissous). Toutefois, ces technologies sont généralement limitées faute des conditions de traitement difficiles, de leur fonctionnement compliqué (deux technologies jumelées ou plus), des additifs chimiques, de l’inapplicabilité à de grandes ou petites étendues d’eau, des dépenses ou empreintes élevées, d’une faible efficacité énergétique ou des coûts d’exploitation élevés. De plus, l’application de bon nombre de ces technologies pour traiter de grandes quantités d’eaux chargées d’algues n’est pas réalisable sur le plan technique et économique, car elles peuvent libérer des toxines en brisant la membrane cellulaire.

Dans ce document, nous présentons l’application d’un processus de coagulation électrochimique avancée à haute efficacité pour traiter des eaux usées provenant d’une installation de traitement des eaux usées qui se trouvent dans un lac qu’une collectivité utilise comme source d’eau potable. Une validation considérable de la technologie avait été effectuée à la fois à l’échelle du laboratoire et à l’échelle du projet pilote, ce qui a facilité l’application sur place. Les principaux critères de réussite de la technologie étaient sa capacité de minéraliser rapidement l’ammoniac et le phosphate à la struvite, éliminant ainsi la source des efflorescences algales nuisibles (EAN). Les conditions étudiées étaient (1) les types d’électrodes utilisant la coagulation électrochimique avancée, (2) la conception et l’exploitation du réacteur de la coagulation électrochimique avancée et les conditions de traitement des échantillons. Les résultats de l’application à grande échelle effectuée au site du lac traité ont montré que, au moyen de la coagulation électrochimique avancée, il n’y a aucune élimination de plus de 98,5 % du phosphore et de l’azote après un passage dans le système. Les niveaux de phosphate dans les eaux du lac ont été efficacement maintenus en dessous des seuils des efflorescences algales nuisibles (EAN).

Biographie – Marco Polverari
Marco Polverari est vice-président de la stratégie commerciale et du développement des affaires de E2Metrix, une entreprise canadienne qui a mis au point ECOTHOR™, une plate-forme technologique en électrolyse pour éliminer ou détruire les polluants dans les eaux usées et traiter les cours d’eau. Dr Polverari a plus de 30 ans d’expérience dans le domaine du traitement des eaux usées et de l’eau potable. Dr Polverari supervise toute la stratégie et le développement de l’entreprise en mettant l’accent sur le développement des marchés et la mise en œuvre de la technologie. Dr Polverari est titulaire d’un diplôme de premier cycle en chimie (Université de Concordia, 1990), d’un doctorat en chimie des polymères (Université de McGill, 1994) et d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) (John Molson School of Business, 2006).

Concevoir des programmes de biosurveillance aquatique pour les sites militaires
Dr Tamsin Laing, Groupe des sciences de l’environnement, Collège militaire royal du Canada
M. Matt Turnbull – Groupe des sciences de l’environnement, Collège militaire royal du Canada
M. Justin Thomas – ministère de la Défense nationale/Gouvernement du Canada
M. Andy Smith – ministère de la Défense nationale/Gouvernement du Canada
M. Mark Wiercinski – ministère de la Défense nationale/Gouvernement du Canada
M. Ted Keunecke – ministère de la Défense nationale/Gouvernement du Canada
Dr Daniela Loock – Groupe des sciences de l’environnement, Collège militaire royal du Canada
Dr Kela Weber – Collège militaire royal du Canada
L'objectif de cette présentation est de fournir un aperçu de l’approche adoptée pour les programmes de surveillance des sites militaires canadiens en utilisant des invertébrés benthiques comme indicateurs pour vérifier les incidences éventuelles sur la santé des écosystèmes aquatiques  
Abstract

Les milieux aquatiques qui se trouvent dans de nombreuses bases militaires peuvent être touchés par les activités d’entraînement militaire en modifiant la qualité de l’eau, de l’habitat aquatique et du débit. Parmi les facteurs de stress possibles, on peut citer l’addition d’éléments inorganiques et de composés énergétiques provenant des composantes de munitions associées aux activités de tir. Des augmentations du total des solides en suspension (TSS) peuvent aussi survenir à la suite de l’érosion accrue du sol en raison de la perte de végétation et de l’entraînement aux manœuvres. Les programmes de surveillance environnementale dans les installations militaires évaluent généralement la qualité des eaux de surface, mais la chimie de l’eau peut être très variable, avec une faible puissance statistique pour détecter les tendances à long terme. Les dépassements des lignes directrices sur la qualité de l’eau ne sont pas toujours bien corrélés avec les effets biologiques. Une mesure directe de la santé des écosystèmes aquatiques fondée sur le risque, comme la composition des communautés d’invertébrés benthiques, permet d’évaluer l’exposition et les effets à long terme qui peuvent être difficiles à évaluer en se basant uniquement sur des données physiques et/ou chimiques. Les programmes de surveillance benthique sont particulièrement utiles lorsque les incidences de la qualité de l’eau sont épisodiques et qu’ils risquent d’être négligés par l’échantillonnage de l’eau, et pour déterminer si les dépassements des lignes directrices concernant l’eau et les sédiments sont révélateurs des effets écologiques réels.

Au cours de la dernière décennie, le Groupe des sciences de l’environnement (GSE) a mis sur pied des programmes de surveillance benthique pour plusieurs bases militaires canadiennes afin d’évaluer la durabilité d’un éventail d’activités d’entraînement en milieu aquatique. Le GSE a développé un outil d’établissement des priorités pour évaluer les sites militaires selon les besoins d’un programme de surveillance benthique et de la faisabilité de la mise en œuvre du programme en utilisant les renseignements publiés dans la plupart des bases. Les sites ont été classés comme hautement prioritaires afin de mettre en place un programme de surveillance benthique lorsqu’il y a eu un vaste éventail d’activités d’entraînement localisées à proximité de l’eau dont les caractéristiques peuvent changer; lorsque des dépassements documentés des lignes directrices pertinentes à la qualité des eaux de surface et aux sédiments ont été notés; lorsqu’il était possible qu’une migration hors site des contaminants se produise et lorsque des habitats aquatiques sensibles ou des espèces aquatiques en péril étaient présents. La faisabilité et le rapport coût-efficacité de la mise en place d’un programme de surveillance des eaux benthiques ont été évalués en fonction des caractéristiques présentes dans l’eau; le nombre et l’accessibilité de sites de surveillance potentiels sensibles aux incidences; et la disponibilité des données de référence des communautés benthiques régionales existantes. À ce jour, des programmes de surveillance benthique ont été mis sur pied dans quatre sites militaires canadiens, classés hautement prioritaires, pour l’établissement d’un programme de biosurveillance aquatique.

L’élaboration d’une approche uniforme à l’échelle nationale pour les programmes de surveillance benthique appliqués dans les sites militaires canadiens présente plusieurs défis de conception. Par exemple, les composantes de munitions entrent généralement dans les cours d’eau sous forme d’intrants diffus plutôt que sous forme de sources ponctuelles définies. Les programmes de biosurveillance doivent aussi tenir compte de l’influence des facteurs naturels (p. ex. géologie du substratum rocheux, climat, hydrologie) et des activités humaines hors de la base liés à la structuration des communautés benthiques. Cette présentation fournira des exemples d’études de cas et un aperçu de l’approche adoptée pour relever ces défis, y compris une analyse sur l’utilisation des terres fondée sur le système d’information géographique (SIG) l’élaboration de repères quantitatifs et d’approches statistiques pour l’évaluation des résultats de la surveillance benthique par rapport à la condition de référence; et l’établissement de cadres pour orienter la prise de décisions en s’appuyant sur les résultats de la surveillance. Dans l’ensemble, les résultats des programmes établis à ce jour indiquent que les dépassements mineurs des lignes directrices sur la qualité des eaux de surface et des sédiments ne sont généralement pas associés à des effets néfastes sur la santé des communautés benthiques. Toutefois, les programmes de biosurveillance aquatique peuvent être utiles pour déterminer les zones des cours d’eau où des effets écologiques constants ont été observés et où des mesures d’atténuation pourraient être mises en œuvre pour améliorer la santé aquatique.

Biographie – Tamsin Laing
Tamsin est titulaire d’un doctorat en biologie aquatique de l’Université Queen’s et est professeure adjointe au Département de chimie et de génie chimique du CMR. Elle est actuellement conseillère scientifique et chef de projet des programmes de sites contaminés aquatiques au sein du Groupe des sciences de l’environnement du CMR. Depuis les 15 dernières années, elle travaille à une variété de projets, dont l’évaluation ainsi que la gestion et l’assainissement des sédiments contaminés, l’évaluation des risques écologiques et la surveillance à long terme. Son travail l’a emmenée dans des sites partout au Canada et dans l’Arctique, ainsi qu’au nord de la Russie. Les derniers projets comprennent la conception de programmes de surveillance aquatique ainsi que l’élaboration d’orientations scientifiques pour les sites contaminés fédéraux.

Évaluation des solutions d’assainissement pour le Boat Harbour à l’aide du cadre décisionnel des sites contaminés fédéraux canadiens
Christine Skirth, Shannon Kemp, Jeff Daniel, Sophia Dore
GHD
L'objectif de cette présentation est d’illustrer l’utilisation du cadre décisionnel des sites contaminés fédéraux canadiens pour évaluer les solutions d’assainissement dans un site complexe qui comporte de nombreux aspects différents qu’on doit prendre en compte ainsi que de multiples défis pour lesquels on doit peser le pour et le contre.  
Abstract

Le cadre décisionnel des sites contaminés fédéraux canadiens a servi à évaluer les solutions d’assainissement pour le site du Boat Harbour situé en Nouvelle-Écosse, au Canada. Le Boat Harbour était à l’origine un estuaire de marée relié au détroit de Northumberland dans le comté de Pictou, en Nouvelle-Écosse. En 1967, la province a construit l’installation de traitement des effluents de Boat Harbour pour traiter les effluents provenant de sources industrielles; cette reconstruction a transformé l’estuaire naturel de marée en un bassin de stabilisation des effluents fermé. La province s’est engagée à cesser de recevoir et de traiter de nouveaux effluents à l’installation de traitement des effluents de Boat Harbour d’ici le 31 janvier 2020, et à consacrer les travaux d’assainissement subséquents du Boat Harbour à restaurer l’estuaire de marée. L’élimination des boues/sédiments contaminés et la gestion de tous les effluents associés seront au cœur de l’assainissement.

Comme il est précisé à l’étape 7 du cadre décisionnel des sites contaminés fédéraux canadiens, une stratégie d’assainissement a été élaborée. Cette stratégie comportait plusieurs éléments clés, dont la gestion des déchets, la gestion des terres humides, le déclassement de l'infrastructure, le traitement des sédiments, la gestion de l'eau, la gestion des effluents au moyen de la déshydratation et la gestion des lixiviats. Pour chaque élément, on a examiné et filtré les approches d’assainissement actif et de gestion des risques afin de s’assurer que seules les approches conformes aux objectifs du projet ont été évaluées davantage. Les composantes et les méthodes de chaque approche ont ensuite été évaluées pour déterminer leur applicabilité technique et leur faisabilité. Les solutions d’assainissement faisables ont été définies et les décisions ont été prises tout en tenant compte de la durabilité, de l’incidence environnementale, de l’utilisation finale, des niveaux réglementés et de l’acceptation par le public. Les principaux défis pour le site étaient la grande importance du site et la nécessité de mettre au point des solutions de rechange qui seraient acceptables par le public tout en étant techniquement saines. L’utilisation finale du site par la Première nation Pictou Landing a également joué un rôle clé dans le processus de prise de décision, car le site assaini devra être adapté aux utilisations traditionnelles.

En fonction des solutions choisies et des exigences en matière de renseignements pour ces solutions, une étude à l’échelle du laboratoire et une étude pilote ont été réalisées pour tester les solutions les plus prometteuses pour la gestion des déchets, de l’eau, du lixiviat et le traitement des sédiments. Ces études ont permis d’affiner davantage les solutions envisagées.

Parmi les solutions de rechange retenues, on peut citer l’utilisation d’une cellule de stockage sur place pour gérer des déchets, éliminer des sédiments retrouvés dans l’eau au moyen d’une déshydratation par tube pour le traitement des sédiments, une combinaison d’atténuation naturelle et d’assainissement actif pour la gestion des terres humides fondée sur une évaluation des risques, l’atténuation naturelle massive d’eau et la gestion des effluents au moyen d’une déshydratation, et le stockage hors site pour la gestion des lixiviats à long terme. Différentes solutions ont été choisies pour les différents types d’infrastructures à démanteler, comme le remplacement de la chaussée de la route 348 par un pont à poutres en béton; le nettoyage, l’inspection et l’abandon des pipelines en place; l’enlèvement des bermes et d’un barrage pour ramener le Boat Harbour à des conditions propices à un estuaire de marée naturel; et la modernisation et l’utilisation des réseaux routiers existants.

La mise en œuvre des solutions de rechange sélectionnées est actuellement en cours.

Sophia Dore est membre du Groupe des technologies novatrices, elle a 17 ans d’expérience dans l’assainissement de l’environnement. Sophia aide les gestionnaires de projets en leur fournissant une expertise technique dans les domaines de la biologie, de la chimie et de la conception de l’assainissement. Sophia gère le laboratoire d’études de traitabilité et est responsable de la conception, de la réalisation, de l’analyse des données et de la production de rapports sur les études de traitabilité, y compris les traitements chimiques et biologiques des sols et des eaux contaminés. Elle aide, également, les gestionnaires de projets à utiliser les données de l’étude de traitabilité pour mettre en œuvre le traitement à grande échelle. Elle effectue également des évaluations de technologie de l’assainissement, qui comprennent un examen des données du site afin d’évaluer les solutions d’assainissement et de formuler des recommandations, et d’élaborer des estimations de dosages et de coûts pour le traitement in-situ. En outre, Sophia effectue des évaluations des systèmes de traitement existants et des études pilotes et évalue les données afin de formuler des recommandations en vue d’optimiser le traitement.

Questions fr

fb icon   Twitter icon   linkedIn icon