section header FR 1


Volet 10b : Les approches innovantes à la contamination des milieux aquatiques
Projet d’assainissement des sédiments contaminés du récif Randle : Rapport d’étape du dragage à l’étape 2
Paul Schiller et Dave Lawrence
Services publics et Approvisionnement Canada
L'objectif de cette présentation est de présenter une mise à jour de la phase 2 du dragage hydraulique et de l’avancement du recouvrement de la couche mince subaquatique pour l’assainissement des sédiments contaminés par les hydrocarbures aromatiques polycycliques du récif Randle.  
Abstract

Le projet d’assainissement des sédiments contaminés du récif Randle est le nettoyage prévu d’une partie gravement contaminée du port de Hamilton, dans le lac Ontario. Le récif Randle est le plus grand site de sédiments contaminés par des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) (695 000 m3) du côté canadien des Grands Lacs, et le projet de nettoyage consiste à construire une installation artificielle de confinement (IAC) ainsi qu’à draguer et à placer des sédiments contaminés de l’extérieur de l’installation dans l’IAC. Le projet comprend trois étapes :

- Étape 1 – Construction de l’IAC;
- Étape 2 – Dragage hydraulique et recouvrement de la couche mince subaquatique des sédiments contaminés à l’extérieur de l’IAC;
- Étape 3 – Recouvrement de l’IAC.

Le concept du projet d’assainissement des sédiments contaminés du récif Randle a été élaboré en 2003 et les travaux progressifs de conception et de consultation ont été achevés au cours des années suivantes. Des accords de financement et de partenariat pour le projet ont été conclus en 2013. Le financement du projet de 138,9 millions de dollars est assuré par plusieurs parties, dont Environnement Canada et Changement climatique (ECCC), le ministère de l’Environnement, de la Protection de la nature et des Parcs de l’Ontario, l’Administration portuaire de Hamilton-Oshawa, Stelco, les villes de Hamilton et de Burlington et la région de Halton.

Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) a lancé un appel d’offres et attribué le contrat de construction de l’étape 1 de l’IAC en 2015, et les travaux ont été achevés en 2018. En juin 2017, SPAC a lancé un appel d’offres et a attribué le contrat de dragage de l’étape 2 à la coentreprise de Milestone Environmental Contracting d’Ottawa (Ontario) et de Fraser River Pile & Dredge de New Westminster (Colombie-Britannique). En 2018, un contrat de service a été adjugé à Riggs Engineering de London (Ontario), pour la construction de l’étape 2, l’administration du contrat et les services aux résidents.

Les préparatifs de l’étape 2 ont commencé à l’automne 2017 avec la mobilisation de l’équipement en 2018. Une drague suceuse à désagrégrateur hydraulique sur mesure a été fabriquée pour le projet, et une installation temporaire de traitement de l’eau d’une capacité de 680 m3/h a été mise en place pour traiter l’eau de décantation de dragage. Le dragage a commencé en 2019 et devrait s’achever en même temps que le recouvrement de la couche mince en 2020.

Cette présentation fournira des renseignements généraux sur le projet d’assainissement des sédiments contaminés du récif Randle, et permettra de rendre compte des progrès et de l’état du contrat de dragage de l’étape 2, y compris la turbidité et la gestion des débris, les taux de production de drague et le traitement de l’eau.

Paul Schiller, spécialiste principal en environnement, Services environnementaux et sites contaminés, Région de l’Ontario, Services publics et Approvisionnement Canada
Paul Schiller est un spécialiste principal en environnement à la Direction des services environnementaux et des sites contaminés de SPAC, dans la région de l’Ontario. Il travaille avec SPAC depuis cinq ans et est actuellement directeur adjoint du projet d’assainissement des sédiments contaminés du récif Randle.

Waterfront Toronto – Mesures de gestion des risques pour la nouvelle vallée
Danielle Thorson1, David Bertrand1, Howard Cumberland1, Meggen Janes2, Laura Solano3, Don Forbes2
1Geosyntec Consultants Inc.
2Waterfront Toronto
3Michael Van Valkenburgh Associates, Inc
L'objectif de cette présentation est de donner un aperçu des mesures de gestion des risques conçues et de la mise en œuvre actuelle de la construction du projet de protection et d’infrastructure habilitante du secteur riverain des terrains portuaires de Toronto contre les inondations.  
Abstract

Grâce à un financement de la Ville de Toronto, de la province de l’Ontario et du gouvernement du Canada, Waterfront Toronto entreprend une conception et une revitalisation massives des terrains portuaires dans le cadre du Projet de protection et d’infrastructure habilitante du secteur riverain des terrains portuaires de Toronto contre les inondations. Les terrains portuaires représentent une zone de 300 hectares sur la rive du lac Ontario, à l’est du centre-ville de Toronto. La zone est issue de l’activité humaine pendant des décennies en remplissant des zones humides historiques, et elle a toujours été utilisée pour l’industrie lourde. Les contaminants préoccupants comprennent principalement les hydrocarbures pétroliers et les métaux. Une grande partie de la zone se trouve dans la plaine inondable de la rivière Don et, par conséquent, il faut mettre en place une protection contre les inondations avant que la zone puisse être entièrement aménagée. Cela comprend la conception et la construction d’une nouvelle vallée qui reliera la rivière Don au lac Ontario.

La conception de mesures de gestion des risques (MGR) environnementaux est un élément clé de la protection environnementale à long terme des eaux de surface, des futurs visiteurs, des travailleurs et des composantes de l’écosystème dans la zone du projet. Cette présentation fournira un aperçu des mesures de gestion des risques conçues et de la mise en œuvre actuelle de la construction. Ces mesures de gestion des risques comprendront des cloisons en béton structurelles et non structurelles, des parois moulées en béton, des bermes d’argile, un revêtement d’argile géosynthétique, une géomembrane et une couche réactive (charbon actif).

Danielle Thorson, ingénieure principale, Geosyntec Consultants Inc.
Danielle Thorson est ingénieure principale chez Geosyntec Consultants Inc. et possède plus de 10 ans d’expérience en consultation environnementale, axée sur les projets d’assainissement des eaux souterraines, des sols et des sédiments contaminés. Elle est diplômée en génie biologique de l’Université de Guelph. Son domaine d’expertise est axé sur l’intégration de plusieurs sources de données probantes aux fins de la caractérisation et de l’assainissement des sites environnementaux. Cela comprend la reconstruction et la visualisation de données spatialement et temporellement variables. Depuis 2018, Danielle participe à la conception des mesures de gestion des risques pour le secteur riverain des terrains portuaires de la rivière de Toronto.

Du projet pilote au projet complet – Étude d’assainissement des déversements d’hydrocarbures sur les eaux douces : Étude pilote de 2018 à l’étude complète de 2019 dans la région des lacs expérimentaux
Tanya Shanoff1 et Vince Palace2
1Stantec Consulting Limited
2International Institute for Sustainable Development-Experimental Lakes Area
L'objectif de cette présentation est de communiquer les résultats des études pilotes et complètes comparant les méthodes non invasives pour le nettoyage des déversements d’hydrocarbures dans les milieux riverains d’eau douce afin d’aider à élaborer des outils de formation pour les chercheurs et les scientifiques pour mieux comprendre et mettre en œuvre les options d’assainissement dans les scénarios d’intervention en cas de déversement.  
Abstract

Les répercussions environnementales des déversements d’hydrocarbures sont une préoccupation majeure pour le public et les organismes de réglementation nord-américains. L’amélioration de l’efficacité des procédures de nettoyage, ainsi que l’évaluation de l’efficacité des méthodes de nettoyage et d’assainissement non invasives dans des situations réalistes sur le terrain, est nécessaire pour combler les lacunes en matière de connaissances et renforcer la confiance du public et des organismes de réglementation. Stantec Consulting Ltd. s’est associé à l’International Institute for Sustainable Development-Experimental Lakes Area (IISD-ELA) pour réaliser des études pilotes et des études complètes comparant des méthodes non invasives pour nettoyer des déversements d’hydrocarbures dans les milieux riverains d’eau douce. Cette étude a également été appuyée par des fonds de l’industrie ainsi que par des subventions du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et de Génome Canada. L’étude est également appuyée par des chercheurs de l’Université de Calgary, de l’Université d’Ottawa, de l’Université du Manitoba et de Ressources naturelles Canada.

En 2018, le bitume dilué et le pétrole brut lourd conventionnel ont été appliqués à quatre enclos construits sur une rive d’un lac vierge dans l’installation de l’IISD-ELA dans le nord-ouest de l’Ontario pour simuler les déversements d’hydrocarbures. Après une période de 72 heures, le pétrole de surface a été enlevé et une approche de rétablissement naturel surveillé (RNS) a été mise en œuvre comme méthode non invasive pour dégrader le pétrole résiduel des rives pendant une période de 80 jours. Le rétablissement du littoral et du milieu aquatique a été évalué au moyen d’analyses chimiques des constituants d’hydrocarbures pétroliers dans l’eau, des sédiments, et du sol, et en mesurant les concentrations et les effets dans les récepteurs écologiques, y compris les communautés microbiennes, le périphyton, le phytoplancton et le zooplancton, les insectes émergents, les poissons et les invertébrés benthiques. Les résultats et les enseignements tirés du programme pilote de 2018 ont ensuite été utilisés pour concevoir et mettre en œuvre le programme complet de 2019 à l’IISD-ELA. Le déploiement complet de 2019 a consisté à construire 18 enclos sur trois types de rivages différents, à appliquer du bitume dilué pour simuler les conditions de déversement, laissant une fois de plus l’huile dans les enclos pendant 72 heures, puis à enlever l’huile en phase flottante. Les méthodes d’assainissement non invasives utilisées après les premières activités de nettoyage incluaient le rinçage des rives, le flottement des zones humides conçues et déployées par l’équipe de recherche de l’Université du Manitoba, et l’amélioration du RNS. Des données sont encore recueillies pour aider à comprendre les effets et le rétablissement des zones mazoutées du lac. Ces renseignements permettront d’effectuer une évaluation des risques écologiques, et l’un des objectifs de la recherche est d’aider à élaborer des outils de formation pour les chercheurs et les scientifiques pour mieux comprendre et mettre en œuvre les options d’assainissement dans les scénarios d’intervention en cas de déversement.

Tanya Shanoff, hydrogéologue principale, Stantec Consulting Limited
Tanya Shanoff est hydrogéologue principale et possède plus de 20 ans d’expérience dans les domaines de l’évaluation des sites contaminés, de l’intervention en cas d’urgence environnementale et de l’hydrogéologie. Elle a de l’expérience dans les évaluations de sites environnementaux, l’assainissement des sols et des eaux souterraines, l’évaluation des risques, les enquêtes hydrogéologiques, et l’organisation et la mise en œuvre de programmes d’échantillonnage et de surveillance. Elle a agi à titre de responsable technique et d’hydrogéologue principal sur les sites contaminés liés aux bases militaires, aux aéroports, aux camps ou installations d’entretien, aux rejets de pipelines, aux sites d’enfouissement, aux passages frontaliers, aux sites de fabrication, aux autoroutes et aux opérations de scierie. Tanya a de l’expérience dans le travail avec divers contaminants préoccupants, notamment les hydrocarbures pétroliers, les substances perfluoroalkyliques et polyfluoroalkyliques (SPFA), les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), les métaux, les pesticides, les herbicides et les hydrocarbures chlorés. Elle connaît bien le cadre de réglementation fédéral, notamment l’évaluation des données et l’élaboration des modèles conceptuels de sites à l’aide du Conseil canadien des ministres de l’Environnement, de Santé Canada, et des Recommandations fédérales intérimaires pour la qualité des eaux souterraines, ainsi que des évaluations des risques dans le cadre du régime de réglementation fédéral. Elle s’est efforcée de fournir des conseils aux cadres supérieurs en ce qui a trait à la compilation et à l’évaluation des données environnementales pour les sites visés par le cadre décisionnel en 10 étapes du Plan d’action sur les sites contaminés fédéraux (PASCF). Tanya a fourni des services de consultation à l’appui de SPAC, de Construction de Défense Canada et du ministère de la Défense nationale, de Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada, ainsi que des ministères provinciaux, territoriaux et fédéraux et à des sociétés d’État, a aidé dans la rédaction des documents et des directives à l’appui du PASCF, et a offert une formation aux ministères fédéraux sur l’orientation du PASCF et l’évaluation et la gestion des sites contaminés.

Application de concepts de réutilisation bénéfiques dans les projets d’assainissement des sédiments contaminés – Une victoire pour tous?
Matt Woltman, Ram Mohan, Tom Wang
Anchor QEA, LLP
L'objectif de cette présentation est d’aborder et d’illustrer l’applicabilité des technologies bénéfiques pour la gestion des matériaux contaminés dans les sites d’assainissement de l’eau. L’utilisation bénéfique peut apporter des améliorations au site et des économies de coûts aux projets de nettoyage, tout en réalisant les objectifs d’assainissement, et devrait être évaluée en fonction de l’applicabilité comme technologie d’assainissement lors de la planification et de l’aménagement du site.  
Abstract

L’utilisation bénéfique (UB) des sédiments dragués fait référence à l’utilisation de sédiments naturels provenant des voies navigables pour réaliser des utilisations finales durables sur le plan environnemental. L’UB est une approche technique éprouvée, et elle est utilisée aux États-Unis et au Canada depuis les années 1970, avec une attention beaucoup plus importante accordée à cette pratique depuis les années 1990. Plusieurs ressources ont été ciblées pour des applications précises de l’UB, notamment la restauration des îles, la création ou la restauration de terres humides, la stabilisation des rives, les rives vivantes (pour les marais), et la restauration ou l’amélioration des graminées sous-marines, des habitats de poissons et de crustacés et des récifs sous-marins. Toutefois, l’UB pour les sédiments contaminés n’est toujours pas considérée comme un concept de réutilisation largement accepté, malgré sa durabilité évidente et ses avantages économiques.

L’entretien des ports et des voies navigables du Canada et des États-Unis pour établir les profondeurs navigables est une initiative nationale de sécurité et de viabilité économique. De même, en vertu de la Comprehensive Environmental Response, Compensation and Liability Act (CERCLA, également connue sous le nom de Superfund), ainsi que de la Resource Conservation and Recovery Act (RCRA), l’Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis est chargée de nettoyer les sites contaminés existants dans tout le pays. Un élément clé de la plupart de ces projets de remise en état est le dragage, et la pratique actuelle consiste généralement à l’enlèvement et au transport hors site, ce qui est assez insoutenable et coûteux. Parmi les moyens de mise en œuvre notables de l’UB pour les sédiments, mentionnons : utilisation durable pour réduire les dommages causés par les tempêtes aux biens et aux infrastructures; promouvoir la sécurité publique et les loisirs; la protection, la restauration et la création d’habitats des écosystèmes aquatiques; la stabilisation des systèmes de cours d’eau et l’amélioration des rives; soutenir les stratégies d’adaptation à la gestion des risques; et réduire le coût du placement des matières draguées (par le biais d’utilisations finales comme le matériel de construction ou de remplissage, les projets d’amélioration de la qualité de vie et d’autres utilisations innovatrices). Cette présentation fournira une analyse de la façon dont l’UB s’applique dans le contexte des projets d’assainissement, y compris les considérations clés, les besoins en données sur le site, les considérations et les exigences relatives aux installations d’utilisation finale et les aspects de faisabilité économique. En mettant l’accent sur certains des mégasites aux États-Unis, au Canada et en Norvège, l’exposé montrera pourquoi de tels projets nécessitent une évaluation obligatoire de l’UB et comment l’utilisation efficace de l’UB peut permettre aux partenaires locaux, y compris les gouvernements locaux et les organismes fédéraux, de faire preuve de résilience dans les zones côtières.

Cette analyse montre que l’UB, si elle est correctement mise en œuvre, peut générer d’importants rendements pour les dollars investis en termes de réduction des dommages causés par les inondations et des coûts de reconstruction, ainsi que de réduction des coûts d’assurance contre les inondations. De plus, les données montrent que l’UB fournira également un nettoyage plus rentable des sites contaminés existants, ce qui favorisera la revitalisation économique le long de ces zones partout au Canada et aux États-Unis. Les résultats des indicateurs économiques seront présentés.

Matt Woltman, Anchor QEA, LLP
Matt Woltman est ingénieur civil et géologue en génie professionnel et compte 20 années d’expérience dans la conception de projets d’assainissement des sédiments contaminés, et de nettoyage et de réaménagement des hautes terres. Il a été ingénieur qui a apposé son sceau pour la conception et la mise en œuvre de plusieurs projets récents d’assainissement à grande échelle de sédiments contaminés, menés à bien dans l’État de Washington et dans l’ouest de la Colombie-Britannique, dont le coût total de construction combiné dépasse 100 millions de dollars. En plus de l’élaboration de la conception, Matt offre également des services de soutien aux appels d’offres et de gestion de la construction aux clients et aux propriétaires pendant la mise en œuvre du projet.

Minéralogie des résidus miniers, conditions hydrologiques et d’oxydoréduction contribuant à la lixiviabilité des métaux sur une plage intertidale, le terrain de camping de la baie Toquaht Bay, et le détroit de Barclay (Colombie-Britannique)
Rob Dickin, AECOM
L'objectif de cette présentation est de présenter des méthodes novatrices de modélisation et de terrain pour évaluer le devenir des produits chimiques et le transport de l’arsenic et d’autres métaux dans un réseau intertidal et maritime d’eaux souterraines et interstitielles sur les terres des Premières nations.  
Abstract

Le terrain de camping de la baie de Toquaht se trouve à environ 16 kilomètres au nord-est d’Ucluelet, en Colombie-Britannique, sur la rive du détroit de Barclay. Dans les années 1960, le minerai de la mine de fer de Brynnor a été broyé au nord du terrain de camping avant d’être expédié par mer. Des déchets de sable fin (résidus) ont été déposés le long du rivage. Plus tard, la zone sablonneuse est devenue un terrain de camping provincial et une plage.

Le terrain de camping de la baie de Toquaht fait partie du Traité Maa-Nulth. Le traité précise, si et quand la Première Nation Maa-Nulth désire aménager le terrain de camping, que la province de la Colombie-Britannique étudiera la contamination et l’assainissement possibles, au besoin, en vertu de l’Environmental Management Act. Ce travail décrit dans cette présentation fait partie de ce processus. Le terrain de camping appartient à la Nation Toquaht.

Entre 2013 et 2017, des enquêtes environnementales ont été menées pour les composants potentiellement préoccupants (CPP). Des concentrations d’arsenic (jusqu’à 19 200 ug/g) et de cobalt (jusqu’à 2 170 ug/g) ont été trouvées dans les résidus dans le sol des hautes terres et dans les sédiments intertidaux. Les concentrations observées dans la zone intertidale dépassent considérablement les normes de la Colombie-Britannique et du Canada. En raison des concentrations élevées, le terrain de camping a été fermé en attendant des enquêtes et des mesures correctives pour remédier à la lixiviabilité de l’arsenic.

Plusieurs enquêtes ont été entreprises pour développer les concentrations de CPP et élaborer le modèle conceptuel du site dans tous les milieux du site. Des échantillons de résidus provenant de diverses profondeurs dans les hautes terres et dans la zone intertidale ont été testés pour la minéralogie, les essais séquentiels de lixiviation et les essais de lixiviation et d’agitation en fiole de 24 heures avec de l’eau distillée et de l’eau de mer. Des oligoéléments de sulfures de traces ont été identifiés dans les résidus, y compris l’arsénopyrite (FeAsS) et la cobaltite (CoAsS). L’oxydation de ces minéraux est probablement la source de l’arsenic et du cobalt.

Le modèle conceptuel de site (CSM) a considéré que les résidus supérieurs de vadose sont exposés à l’oxygène dissous dans les précipitations infiltrantes qui provoquent l’oxydation des minéraux sulfurés et la libération de métaux dissous dans la zone de fluctuation de la nappe phréatique. Dans les zones plus profondes où l’oxygène est réduit sous la nappe phréatique, les minéraux sulfurés sont stables et les métaux (arsenic) ne sont pas libérés.

La qualité des eaux souterraines et interstitielles intertidales a été échantillonnée à l’aide de moniteurs conventionnels d’eaux souterraines. Les eaux interstitielles intertidales peu profondes ont également été échantillonnées à l’aide de mini-piézomètres et de points de poussée pendant les marées descendantes. Des échantillonneurs de diffusion in situ à cellule unique et à cellules multiples ont été installés dans les sédiments intertidaux et récupérés un mois plus tard pour obtenir des concentrations moyennes de métaux dans les eaux interstitielles à des profondeurs comprises entre 0,1 et 0,4 m. Les concentrations d’arsenic étaient les plus élevées dans les puits près du rivage et dans la zone intertidale.

L’humidification et l’assèchement quotidiens des marées, combinés à un rejet actif des eaux souterraines, fournissent un environnement dynamique dans la zone intertidale maritime ne qui semble augmenter le rejet d’arsenic et de cobalt dans les eaux interstitielles (peut-être à cause de l’échange de cations et d’anions induits par l’eau de mer). Le rejet d’arsenic et de cobalt se produit en dépit de valeurs de pH marines supérieures à 7,6 et de réductions des concentrations de fer dissous (probablement dues à la précipitation d’oxyhydroxydes de fer dans cette zone oxydante à pH élevé).

On discute de la géochimie intertidale des sédiments et des eaux interstitielles ainsi que des répercussions connexes sur la sélection des options correctives pour atténuer la contamination par l’arsenic. La modélisation des eaux souterraines et les calculs de charge des contaminants ont été effectués pour bien comprendre l’influence de l’environnement des marées maritimes sur les concentrations de métaux. Toutes les options conceptuelles d’assainissement comprennent la prise en compte de l’élévation prévue du niveau de la mer jusqu’à l’an 2100 en raison des changements climatiques, comme l’a demandé la Nation Toquaht.

Rob Dickin, AECOM
Rob Dickin possède 40 ans d’expérience dans le domaine de l’hydrogéologie, de l’évaluation et de l’assainissement des sites contaminés, et de la gestion des déchets. Il est géologue professionnel, agréé en Colombie-Britannique (depuis août 1995). Depuis 2000, Rob est un professionnel agréé en sites contaminés de la C.-B. (CSAP). Il exerce en Colombie-Britannique et au Yukon à titre de professionnel principal de l’environnement en Colombie-Britannique depuis 30 ans dans les domaines de l’hydrogéologie, de l’évaluation et de l’assainissement des sites contaminés, de la remise en état des mines abandonnées et de la gestion des déchets. Il a été élu membre de Géoscientifiques Canada en 2013.

Avantages de l’échantillonnage passif comme outil décisionnel
Brent Pautler, Sandra Dworatzek, Jeff Roberts, Michael Healey, Steve Sande
SiREM
L'objectif de cette présentation est de montrer certains des défis en matière de détermination de la biodisponibilité des produits chimiques organiques et de la façon dont l’échantillonnage passif peut aider.  
Abstract

Les dispositifs d’échantillonnage passif (DEP) présentent de nombreux avantages par rapport aux méthodes classiques de prélèvement d’échantillons pour quantifier la disponibilité de composés organiques hydrophobes (COH) dans les sédiments, le sol, les eaux de surface et les eaux pluviales. Les DEP peuvent offrir une commodité, un coût et une qualité de données supérieurs à ceux des prélèvements conventionnels ou des échantillons prélevés de façon mécanique. Un avantage majeur des DEP est leur propriété de quantifier uniquement la fraction biodisponible librement dissoute, sans mesurer la fraction absorbée ou non biodisponible. La mesure des seuls contaminants biodisponibles avec des DEP permet une meilleure mesure de la toxicité réelle et de la mobilité des récepteurs de l’environnement et une tendance plus faible à la surestimation de la toxicité que les méthodes d’échantillonnage classiques.

Cette présentation mettra en lumière des exemples où les DEP ont été utilisés en laboratoire et sur le terrain pour la prise de décisions dans l’étude et l’assainissement des sites, y compris des techniques et des progrès qui simplifient et facilitent l’échantillonnage, améliorent la qualité des données et réduisent les coûts. Nous démontrerons comment une combinaison d’une application in situ de rainettes en tant que DEP pour analyser la mobilité des eaux interstitielles des sédiments des métaux lourds et des essais ex-situ avec des DEP en polyéthylène pour les concentrations de biphényle polychloré (BPC) et des pesticides organochlorés (OCP) dans les eaux interstitielles a été appliquée à l’étude sur le site. Une deuxième application in situ mettra en évidence l’utilisation des DEP à base de polyéthylène pour évaluer les profils de profondeur des concentrations de BPC des eaux interstitielles dans les sédiments jusqu’à deux pieds sous la surface des sédiments. Une troisième étude de cas en laboratoire mettra l’accent sur l’utilisation des DEP pour évaluer l’efficacité des différents niveaux de charbon actif pour l’immobilisation des BPC. L’étude a réduit de façon significative le budget d’assainissement en évitant l’addition d’une modification excessive du charbon actif. L’application des DEP pour la surveillance in situ sur le terrain avant et après l’assainissement du site a ensuite servi à évaluer le rendement des mesures correctives sur le terrain.

Sandra Dworatzek, scientifique principale, SiREM
Sandra Dworatzek est une scientifique principale de SiREM et travaille pour la société depuis plus de dix-sept ans. Sandra Dworatzek est une microbiologiste de l’environnement qui possède une expérience technique de pointe dans les cultures de bioaugmentation et les études de traitabilité en laboratoire. SiREM maintient des installations de traitement, de tests moléculaires et de production de culture microbienne de pointe à Guelph, en Ontario. Elle supervise actuellement l’entretien et la production de cultures microbiennes qui ont été largement utilisées pour améliorer le taux et l’ampleur de la biorestauration des solvants chlorés dans les eaux souterraines. En plus de promouvoir le développement de nouvelles cultures de bioaugmentation pour une vaste gamme de contaminants environnementaux, dont le 1,4-dioxane, le 1,2,3-trichloropropane, le benzène, le toluène et le xylène. Elle assure la surveillance technique des études de traitabilité en laboratoire pour une vaste gamme de contaminants environnementaux, y compris les composés organiques halogénés (par exemple, les solvants, les pesticides, etc.) et les substances inorganiques, seuls et dans des mélanges complexes.

Plomb, NaCl, poisson, phoques, orques, varech et autres choix de mots à quatre lettres – Intégration des mesures de conformité environnementale dans les projets d’assainissement et de construction maritimes
Rebecca MacInnis1, Michael Bodman1, Shauna Davis2
1Ministère de la Défense nationale
1Construction de Défense Canada
L'objectif de cette présentation est de mettre en évidence les défis et les leçons apprises de l’intégration des mesures d’atténuation environnementales dans les projets d’assainissement et de construction aquatiques.  
Abstract

La base des Forces canadiennes (BFC) Esquimalt, située à l’extrémité sud de l’île de Vancouver, en Colombie-Britannique, est le principal port d’attache de la Marine royale du Canada (MRC) dans le Pacifique. La BFC Esquimalt traverse une période de transformation importante pour s’assurer qu’elle appuie efficacement la MRC au cours du 21e siècle. Un certain nombre de projets d’assainissement et de construction maritimes font partie de cette transformation, notamment le projet de réfection des jetées A et B, le projet Flotteurs pour petits bateaux et le Projet d’assainissement du port d’Esquimalt (PAPE). Ces projets nécessitent une importante surveillance environnementale importante pour protéger le milieu marin.

Les activités de remise en état et de construction maritimes liées aux projets de réfection des jetées A et B et Flotteurs pour petits bateaux ont un impact potentiellement important sur la vie aquatique, y compris les mammifères marins, les poissons, les mollusques et crustacés, et le varech. Le PAPE est également en cours pour lutter contre la contamination liée à l’utilisation historique du port. Les activités incluses dans ces divers projets comprennent la déconstruction de l’infrastructure maritime ne et côtière existante, le dragage des sédiments contaminés, l’excavation corrective de sols contaminés en hautes terres et intertidaux, le forage, le dynamitage et le dragage des affleurements rocheux sous-marins, et l’installation de pilotis, de semelles de pieux et du pont de jetée.

Une série d’études et d’évaluations environnementales ont été préparées pour les deux projets afin d’obtenir avec succès les autorisations de Pêches et Océans Canada (MPO) et de Transports Canada. En fonction de ces documents et des autorisations, des mesures d’atténuation intensives ont été mises en place en collaboration avec les intervenants et les organismes de réglementation pour assurer la protection du milieu marin. La gestion de la qualité de l’eau, la gestion du sol et des sédiments contaminés, la réduction du bruit sous-marin et la compensation de la perte d’habitats étaient quelques-unes des parties clés des documents environnementaux présentés au MPO.

Les documents sur l’environnement étaient fondés sur un certain nombre d’hypothèses, car les méthodes de l’entrepreneur et certaines conditions propres à l’emplacement étaient inconnues au moment de l’élaboration des documents. Au fur et à mesure que de nouveaux renseignements ont été recueillis, il est devenu évident qu’il fallait mettre à jour certaines méthodes de surveillance et d’atténuation. Par conséquent, les projets de réfection des jetées A et B et Flotteurs pour petits bateaux utilisent une approche de gestion adaptative de la gestion environnementale. Cela permet de modifier les mesures de surveillance et d’atténuation pendant les activités de remise en état et de construction afin de s’assurer que les projets respectent les conditions du permis et répondent aux objectifs généraux du projet. Parmi les principaux exemples de gestion adaptative, on peut citer l’adaptation des critères de qualité de l’eau aux conditions de fond, aux activités et à la contamination des sédiments, l’ajustement des seuils de bruit sous-marin afin de les harmoniser avec les nouvelles recherches ou directives, l’échantillonnage supplémentaire pour déterminer les stratégies de gestion des risques de contamination des sédiments résiduels, et la récupération des poissons à diverses étapes de la mise en œuvre du projet. Un certain nombre d’approches de la compensation de l’habitat ont également été utilisées dans le port d’Esquimalt, avec des niveaux de succès variables, y compris la construction de récifs artificiels avant le début de la construction, la construction des herbiers de zostères, et l’utilisation de lignées de propagation de varech pour favoriser la recolonisation du varech.

Becky MacInnis, agente de l’environnement, Base des Forces canadiennes Esquimalt, ministère de la Défense nationale
Becky MacInnis, B.Sc., chimiste, P.Ag., est agente de l’environnement au ministère de la Défense nationale (MDN) à la Base des Forces canadiennes (BFC) Esquimalt, à Victoria (Colombie-Britannique). Elle a plus de 14 ans d’expérience dans l’industrie de l’environnement, dont la majeure partie a été consacrée à des projets du gouvernement fédéral à titre d’expert-conseil et à Construction de Défense Canada (CDC) et au MDN. Becky fournit un soutien environnemental aux Forces maritimes du Pacifique à la BFC Esquimalt, y compris les grands projets de construction d’immobilisations pour s’assurer qu’ils sont réalisés conformément aux exigences environnementales en matière d’atténuation, de surveillance et de réglementation.

Traitements novateurs de sédiments contaminés par des déchets de bois à l’aide des techniques d’amendements réactifs et d’essais passifs de dosage des sulfures dans les eaux interstitielles par gradient de diffusion en couches minces
Dan Berlin1, Dimitri Vlassopoulos1, Masekazu Kanematsu1, Joy Dunay1, Tom Wang1, Michael Waters2, Kristen Ritchot3
1Anchor QEA, LLP
2Ministère de la Défense nationale
3Services publics et Approvisionnement Canada
L'objectif de cette présentation est de décrire la technique novatrice d’essais passifs de dosage des sulfures dans les eaux interstitielles par gradient de diffusion en couches minces et de décrire les résultats du traitement in situ à l’aide du carbonate de fer pour séquestrer des sulfures dans les eaux interstitielles dans les sédiments contaminés par des déchets de bois pour des essais pilotes en laboratoire et complets.  
Abstract

Le havre d’Esquimalt a historiquement été utilisé pour le flottage de billes, l’entreposage de billes et l’exploitation de scieries au cours des 70 dernières années. Ces activités ont mené à l’accumulation de dépôts de déchets de bois dans une zone de plus de 200 hectares. Au fur et à mesure que les déchets de bois se décomposent, il se crée une demande biologique en oxygène dans les sédiments qui peut réduire ou éliminer les zones oxygénées. Cela peut entraîner une accumulation de composés, tels que les sulfures et l’ammoniac, qui sont toxiques pour de nombreux organismes benthiques à des concentrations élevées.

Services publics et Approvisionnement Canada, au nom du ministère de la Défense nationale, a mené des études de gestion du risque pour les sédiments contaminés par des déchets de bois, et met en œuvre un projet pilote pour traiter la concentration élevée de sulfures dans les sédiments du havre d’Esquimalt. Ces travaux comprennent l’utilisation d’une technique novatrice d’échantillonnage passif des eaux interstitielles pour quantifier les sulfures dissous à l’aide de la méthode par gradient de diffusion en couches minces (DGT) afin de mesurer les concentrations de sulfures dans les eaux interstitielles de façon rapide et précise, qui s’étendaient de moins de 1 mg/L à plus de 200 mg/L dans les sédiments du havre. La méthode par DGT est fondée sur la réaction des sulfures avec l’iodure d’argent et devient de plus en plus commune en tant que technique in situ fiable pour la quantification des niveaux de sulfures dans les eaux interstitielles des sédiments.

L’assainissement des sédiments contaminés par des déchets de bois a toujours nécessité le dragage, le recouvrement ou le rétablissement naturel surveillé. Toutefois, les traitements par amendements ont le potentiel d’oxyder ou d’immobilier les sulfures dans les eaux interstitielles. Un programme d’essai novateur à l’échelle du laboratoire a été mené pour évaluer l’efficacité d’un recouvrement de sable mélangé à une gamme d’amendements de traitement pour réduire les concentrations de sulfures biodisponibles dans les eaux interstitielles des sédiments contenant des déchets de bois. Les résultats sont utilisés pour concevoir et mettre en œuvre un projet pilote dans le havre d’Esquimalt afin d’évaluer l’efficacité du sable amendé avec du carbonate de fer pour contrôler les concentrations de sulfures et appuyer une communauté saine d’organismes benthiques. Cette présentation décrira les études sur le terrain, les essais en laboratoire, la conception et la construction du projet pilote, ainsi que les résultats initiaux de la surveillance.

Dan Berlin, scientifique principal, Anchor QEA, LLP
Dan Berlin est un scientifique principal à Anchor QEA, LLP et possède 19 années d’expérience professionnelle de la gestion de projets d’assainissement des sédiments. Il est un scientifique professionnel des terres humides et détient une maîtrise en gestion de l’environnement. Il se spécialise dans la conception et la planification d’études de sédiments, la gestion d’analyses de solutions d’assainissement et d’études de faisabilité, ainsi que dans la conception et la construction de grands projets complexes d’assainissement de sédiments aux États-Unis et au Canada.

Gestion des munitions non explosées présumées dans l’assainissement des sédiments
Derek Ormerod1, Michael Bodman2, Kristen Ritchot3
1Anchor QEA, LLP
2Ministère de la Défense nationale
3Services publics et Approvisionnement Canada
L'objectif de cette présentation est de montrer des études qui pourraient être réalisées avant la remise en état afin de mieux comprendre la distribution des munitions et des explosifs préoccupants, et des munitions non explosées, et de concevoir des stratégies visant à réduire les risques pendant la construction et à atteindre les objectifs d’assainissement.  
Abstract

Les sites militaires actifs et anciens peuvent contenir des munitions et des explosifs dangereux (MEC) et des munitions non explosées (UXO) qui ont été jetés dans les plans d’eau et se sont entraînés dans les sédiments. Ces MEC et UXO suspectés ne sont généralement pas des sources de contamination; toutefois, ils peuvent être situés en même temps que la contamination en raison d’autres activités historiques liées aux navires, comme l’entretien et la réparation des navires et d’autres activités industrielles. La présence de MEC ou d’UXO pose un défi dans l’assainissement des sédiments contaminés, tant en raison de la nécessité de les enlever avant le transport des sédiments en vue de leur élimination que du souci de sécurité des travailleurs qui effectuent les travaux de remise en état.

Cette présentation portera sur les méthodes courantes d’étude utilisées pour déterminer la nature et l’étendue des MEC et des UXO, comme le sonar à balayage latéral et le magnétomètre. Ces enquêtes peuvent aussi être combinées à des études de dragage d’essai et à des enquêtes par ROV (véhicule sous-marin télécommandé) pour consigner ce qui peut être observé à la surface des sédiments. Ces méthodes d’étude fournissent en fin de compte des renseignements limités en raison de la présence commune d’autres débris qui peuvent brouiller la détection de MEC et d’UXO et du fait que seuls les sédiments de surface peuvent être observés et consigner à l’aide de ces méthodes. Par conséquent, les gestionnaires de site sont habituellement tenus de s’appuyer sur des stratégies historiques de gestion de l’information et des risques pour déterminer les techniques de gestion appropriées à inclure lors de la mise en œuvre des mesures correctives.

Cette présentation portera également sur les techniques de gestion des MEC et des UXO qui peuvent être utilisées pendant la construction en fonction des leçons tirées dans huit sites distincts d’assainissement des sédiments. La planification préalable pour déterminer les besoins appropriés et la coordination avec les organismes qui pourraient fournir l’élimination finale constituent une première étape essentielle pour déterminer la façon d’exiger d’un entrepreneur qu’il sépare les MEC et les UXO. Les exigences sont dictées par les directives disponibles qui orientent la ou les méthodes de localisation, d’identification et de suppression des MEC et des UXO. On peut intégrer l’isolement dans les documents de conception en utilisant une taille minimale d’écran de matériau ou, si un espace suffisant est disponible, l’entrepreneur peut étaler le matériau dans un monte-charge mince et utiliser des méthodes visuelles et des détecteurs de métaux. Il faut mettre en place d’autres procédures pour traiter les UXO et les MEC rencontrés pendant le processus d’isolement. Pour ce faire, il faut du personnel qualifié pour observer le processus d’isolement, les procédures d’urgence en place en cas de découverte de munitions réelles ou de munitions non explosées, et un magazine sécurisé pour l’entreposage temporaire de découvertes sûres. En règle générale, les institutions militaires compétentes du Canada et des États-Unis conserveraient la propriété de toute CEM et de tout UXO trouvés et mettraient en place des équipes et des installations de neutralisation des explosifs et munitions afin de recueillir et, en fin de compte, d’éliminer les CEM et les UXO. Ces procédures peuvent ajouter une complication importante aux travaux d’assainissement et devraient être prises en compte dans l’élaboration de documents de conception afin d’assurer la sécurité et le respect des exigences de site d’enfouissement pour l’élimination finale des sédiments contaminés.

Derek Ormerod, ingénieur principal, Anchor QEA, LLC
Derek Ormerod, PE, est ingénieur principal à Anchor QEA, LLC, et possède plus de 20 ans d’expérience dans des projets de secteur riverain et aquatiques, plus particulièrement dans l’assainissement et le rétablissement des sites déjà touchés. À titre d’ingénieur principal, Derek a dirigé les projets de nettoyage des sites aquatiques, y compris la conception, l’évaluation d’impact, la planification de l’assainissement, la délimitation des zones touchées, et l’octroi de permis fédéraux, provinciaux et locaux. Il connaît très bien les projets de secteur riverain, les opérations portuaires et les projets d’assainissement dans ces environnements.

Questions fr

fb icon   Twitter icon   linkedIn icon