section header FR 1


Stratégies de gestion des risques en temps réel en l’absence de normes : Étude de cas d’un rejet de SPFA dans un environnement fluvial
Tiana Robinson, Stantec Consulting Limited
L'objectif de cette présentation est de présenter une étude de cas unique d’une stratégie de site non classique à plusieurs volets élaborée en réponse à un rejet de mousse anti-incendie contenant des SPFA et d’autres contaminants dans un environnement fluvial.  
Abstract

Les composés de substances perfluoroalkyliques et polyfluoroalkyliques (SPFA) deviennent rapidement des composés connus sous « composés éternels », et alors que les autorités de réglementation se précipitent pour établir des lignes directrices régissant divers milieux et pour comprendre leur toxicité, les évaluateurs et les chercheurs s’efforcent de comprendre leur devenir et leur transport dans divers environnements. Ces deux éléments clés doivent être réunis afin de gérer efficacement les risques et d’élaborer des stratégies de site, en particulier dans des environnements dynamiques comme les écosystèmes aquatiques. Un défi supplémentaire survient lorsqu’il existe des pressions réglementaires et publiques pour prendre des décisions de stratégie de site rapides basées sur une information limitée.

Cette présentation présentera une étude de cas unique d’une stratégie de site non classique à plusieurs volets élaborée en réponse à un rejet de mousse anti-incendie contenant des SPFA et d’autres contaminants dans un environnement fluvial. L’incendie était lié à un départ de feu de caoutchouc dans un établissement industriel. Le ruissellement des activités de lutte contre l’incendie est entré dans le réseau d’égouts pluviaux et s’est déversé dans un ruisseau voisin qui s’est écoulé dans une zone essentiellement agricole. La préoccupation du public et des autorités de réglementation à l’égard des récepteurs humains et écologiques était élevée et des ordonnances réglementaires ont été rendues rapidement. Cela a engendré un programme de confinement d’urgence ainsi qu’une évaluation rapide des impacts des eaux de surface et des eaux souterraines potables pour aider à définir l’étendue et l’ampleur du rejet et éclairer les futures mesures de confinement et de nettoyage. Certains composés de SPFA et d’autres contaminants ont été découverts dans les eaux de surface à plusieurs kilomètres en aval du site, nécessitant des mesures de gestion des eaux de surface pour atténuer la propagation et la mise en œuvre d’un solide programme d’échantillonnage et d’évaluation des eaux de surface. Bien que ce programme ait facilité l’établissement de l’étendue de la contamination, les défis liés à la prise de décision sur le site provenaient des lacunes dans les connaissances sur le devenir et le transport des SPFA, leur toxicité pour les communautés aquatiques, leur toxicité additive et d’autres contaminants ainsi que d’autres activités de contamination historiques potentielles dans la zone qui auraient pu contribuer à la signature du contaminant observé. Comme telle, la nécessité d’un nettoyage supplémentaire ou d’une gestion des risques en réponse au déclenchement de l’incendie était incertaine. Étant donné que les stratégies d’assainissement actives pour les milieux aquatiques (par exemple, le dragage, le confinement) sont coûteuses, intrusives et peuvent avoir un avantage environnemental net réduit par rapport à une solution de récupération naturelle à plus long terme, une stratégie d’évaluation et de gestion du site à plusieurs volets a ensuite été élaborée comme suit :

Évaluation des conditions de fond pour établir les limites de la contribution de l’incendie à la contamination. Cela a permis de réduire l’empreinte nécessitant une gestion ou un assainissement.
Achèvement d’une évaluation des risques combinant les observations fortuites et les valeurs disponibles de la littérature toxicologique pour évaluer le potentiel de risques pour la communauté aquatique.
Mise en œuvre d’un programme de surveillance à plus long terme des eaux de surface et des sédiments au fil du temps pour confirmer la récupération naturelle du système,

En plus de fournir une solution durable et à long terme pour évaluer et gérer la contamination par l’incendie, cette stratégie s’est avérée efficace pour répondre aux préoccupations du public et des autorités de réglementation, limitant les coûts d’assainissement et faisant avancer le site vers la fermeture dans un délai raisonnable.

Tiana Robinson, hydrogéologue principale, directrice principale et chef de discipline, Stantec
Tiana Robinson est hydrogéologue principale, directrice principale et chef de discipline, travaillant à partir du bureau de Waterloo de Stantec. Elle a plus de 13 ans d’expérience en gestion et en assainissement de site, en réalisation et en gestion d’évaluation environnementale des sites, en assainissement du sol, des sédiments et des eaux souterraines, en hydrogéologie des contaminants, en gestion des matières excédentaires et des déchets, en intervention en cas de déversement et en projets d’évaluation des risques dans une variété de domaines de service à la clientèle au Canada et aux États-Unis. Grâce à ces projets, elle a rempli plusieurs rôles, notamment responsable technique, gestion de projet, gestion de la clientèle, consultations auprès des autorités de réglementation et des intervenants et soutien aux litiges. Elle détient un baccalauréat en géologie de l’Université du Minnesota et une maîtrise en sciences de la terre de l’Université de Waterloo. Elle est une personne qualifiée pour l’évaluation des sites environnementaux en vertu du Règlement de l’Ontario 153/04 et est inscrite en tant que membre en exercice de l’Ordre des géoscientifiques professionnels de l’Ontario et de l’Association of Professional Engineers and Geoscientists of Alberta.

Gérer les risques des SPFA aux aéroports – Leçons apprises de l’Amérique du Nord et de l’Australie
Douglas Smith, Etienne Bordeleau, Jessica Hannaford
GHD
L'objectif de cette présentation est de donner un aperçu des considérations concernant la gestion des SPFA, y compris la priorisation des sources, la gestion de produits AFFF légués et la substitution de la mousse, l’incertitude réglementaire, la communication des risques et l’atténuation des risques.  
Abstract

La reconnaissance des substances perfluoroalkyliques et polyfluoroalkyliques (SPFA) comme contaminants émergents dans les aéroports présente des défis uniques pour les décideurs chargés de gérer les responsabilités environnementales. Les SPFA sont des ingrédients clés dans les mousses à formation de pellicules aqueuses (mousses AFFF), qui sont utilisées comme agents extincteurs contre l’incendie lors de la formation et lors des interventions d’urgence. Elles ont été essentielles dans les aéroports pour protéger la sécurité. Dans une période d’incertitude réglementaire et d’évolution rapide de la science en ce qui concerne le risque des composés de SPFA, les décideurs recherchent des stratégies efficaces pour déterminer les risques et les responsabilités potentielles et pour mettre au point des solutions efficaces et pragmatiques.

Pour prendre des décisions éclairées, il est essentiel de comprendre le problème sous plusieurs angles. Il faut tenir compte non seulement de la toxicologie des composés de SPFA, mais aussi des mécanismes de rejet, des caractéristiques du site (par exemple, la topographie et la géochimie) ainsi que des voies potentielles d’exposition par lesquelles les SPFA peuvent être transportées dans l’environnement. Les risques pour la santé humaine et l’environnement font encore l’objet de nombreuses recherches, et seule une information limitée n’existe sur la toxicité de la plupart des composés de SPFA, y compris les composés à chaîne courte, qui sont souvent utilisés dans les mousses non liées aux mousses AFFF. Pour exacerber ces défis, la grande couverture médiatique, le haut niveau de l’intérêt public et le niveau élevé de contrôle réglementaire signifient que les délais sont réduits et qu’une approche rapide et flexible est nécessaire pour éclairer le processus de prise de décision.

Actuellement, les options pour traiter efficacement les eaux usées ou les eaux souterraines touchées par les SPFA sont limitées. Le charbon activé granulaire (CAG) et l’échange d’anions ont été les technologies les plus couramment mises en œuvre. Les deux technologies entraînent la production de SPFA contenant des déchets qui nécessitent une élimination soigneuse. Pour aggraver encore le problème, la persistance et la solubilité élevée des SPFA signifient que les rejets des SPFA sur le site pourraient annuler des années d’efforts de traitement. Le potentiel de nouveaux impacts par l’utilisation continue de produits AFFF légués complique davantage le problème. Il est tout aussi difficile de gérer les produits de mousse ou de l’équipement légués qui ont pu être touchés par des SPFA en raison de l’utilisation historique des mousses AFFF, car il existe des solutions limitées sur le plan de l’efficacité des coûts pour nettoyer ou éliminer les SPFA.

À l’aide d’exemples d’études de cas pour démontrer les leçons apprises du travail effectué dans les aéroports en Amérique du Nord et en Australie, cette présentation fournira à l’auditoire un aperçu des considérations multidisciplinaires sur la gestion des risques des SPFA, notamment :

• Identification et priorisation des sources;
• Gestion des risques liés aux mousses AFFF léguées et à la substitution des mousses;
• Gestion des risques liés à l’incertitude réglementaire;
• Gestion de la communication liée aux risques;
• Gestion des mesures d’atténuation des risques, y compris les options de traitement disponibles.

Douglas Smith, responsable de la gamme de services – Évaluation et assainissement de la contamination, GHD
Douglas Smith est géoscientifique professionnel (Ontario) et gestionnaire de projet avec plus de 17 ans d’expérience dans l’industrie du conseil en environnement. Il dirige la gamme de services d’évaluation et d’assainissement de la contamination en Amérique du Nord du groupe GHD et notre groupe de travail sur les contaminants émergents en Amérique du Nord, propulsant la collaboration et le partage des connaissances techniques dans l’ensemble du réseau mondial du groupe GHD concernant les approches d’investigation, de gestion des risques et d’assainissement pour les constituants, y compris les SPFA. Après avoir terminé une mutation interne de deux ans et demi à Sydney, en Australie, il apporte au Canada les leçons apprises de l’Australie relativement aux SPFA.

Questions fr

fb icon   Twitter icon   linkedIn icon