FCSNW2018 French header

Présentations orales 

Palais Des Congrès Du Toronto Métropolitain, Toronto, Ontario
255 Front St West, North Building, Toronto Ontario 
13 au 15 juin, 2018 


Volet 9B – Assainissement du milieu aquatique
Archéologie des sédiments du fond marin pendant l’assainissement au port d’Esquimalt, base des Forces canadiennes Esquimalt
Charles Moore et Ben Hjermstad
Golder Associates Ltd.
L’objectif de cette présentation est de montrer les associations avec les activités passées qui peuvent être réalisées grâce aux artefacts historiques et archéologiques récupérés pendant l’assainissement. Les techniques pour la collecte et le traitement des artefacts récupérés pendant l’assainissement du fond marin sont révisées, ainsi que la façon dont ce travail aborde les questions de gestion du risque et de la participation des autochtones pour le projet.
Abstract

Le récent travail d’assainissement du fond marin entrepris par le ministère de la Défense nationale (MDN), Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) et Construction de Défense Canada a fourni une occasion de faire des découvertes archéologiques excitantes dans le port d’Esquimalt, un port administré par le gouvernement fédéral situé en Colombie-Britannique. Cette présentation fait un survol des découvertes d’artefacts pendant l’assainissement et de la façon dont l’analyse des artefacts et des éléments structurels récupérés des sédiments dans le fond marin reflètent l’utilisation antérieure du terrain au port d’Esquimalt.

Les évaluations de l’aperçu archéologique effectué préalablement à l’assainissement du fond marin a établi le potentiel archéologique sur la base des sites archéologiques connus et de l’utilisation historique documentée des terres adjacentes, des modifications du relief du terrain, des changements du niveau de la mer et de l’étude des dérangements du fond marin causé par la construction des infrastructures et du dragage. Une analyse minutieuse des graphiques historiques et des résultats des programmes antérieurs de test de trou de forage géotechnique et géo-environnemental ont révélé que même si une grande partie de la côte a été modifiée par de nombreuses activités de développement, des dépôts intertidaux et sublittoraux intacts demeurent dans le port et ont le potentiel de contenir des dépôts archéologiques importants. Dans certaines locations, les tests archéologiques et la documentation sous-marine ont été réalisés plus en détail pour mieux comprendre l’archéologie du fond marin avant l’assainissement.

Là où les ressources archéologiques ont été découvertes dans le fond marin, l’empreinte pour l’assainissement pourrait parfois être modifiée pour éviter les répercussions sur le site archéologique. Dans d’autres cas, les incidences archéologiques éventuelles ont été atténuées après que des sédiments aient subi un contrôle pour détecter des munitions explosives non explosées (UXO). Le système de détection des UXO utilisé dans le port d’Esquimalt a été mis au point sur une barge de traitement où le dragage était sujet à un jet d’eau à haute pression et trié par dimension à l’aide d’une série de tamis aussi fins que 0,5 cm. Le procédé a permis la détection et le retrait de toutes UXO qui pourraient être contenues dans le dragage, une possibilité due au fait que le port ait longtemps servi de base navale. Le personnel d’observation qui se tenait à cinq différents « postes de ramassage » sur trois différents transporteurs à courroies entre les filtres pouvait également recueillir du matériel archéologique historique et préhistorique pendant qu’il se déplaçait sur les courroies du transporteur. Le matériel recueilli était alors examiné par un archéologue sur la barge.

Pendant l’assainissement, des participants de la Première nation d’Esquimalt et de la Première nation de Songhees ont fréquemment été employés comme personnel d’observation sur la barge pour repérer et ramasser le matériel culturel. C’est un exemple de pleine participation et d’intégration des Premières nations par l’entremise de l’archéologie dont les terres des réserves bordent le port. La participation des autochtones aide le MDN et SPAC à construire des relations fortes et respectueuses avec leurs voisins des Premières nations, pour qui l’utilisation passée, présente et future est une question et une préoccupation centrales.

Le port d’Esquimalt est riche en ressources archéologiques. L’utilisation du port par les ancêtres des Premières nations s’étend sur au moins cinq mille ans dans le passé et possiblement encore plus. Le port a été utilisé à des fins industrielles/commerciales depuis 170 ans. Les artefacts recueillis pendant l’assainissement effectué à la base des Forces armées canadiennes d’Esquimalt reflètent et fournissent des informations considérables relativement à l’utilisation du port pendant des millénaires par les Premières nations ainsi que leur utilisation historique par la marine et industries civiles.

Mise au point d’une matrice de priorisation pour l’évaluation du potentiel de contamination pour les sédiments sur les sites de la voie navigable Trent-Severn et du canal Rideau.
Paul Bandler, BluMetric Environmental
L’objectif de cette présentation est de montrer l’élaboration d’un outil de filtrage pour prioriser les risques éventuels d’incidence des sédiments sur l’environnement et sur la santé humaine des sites d’infrastructures hydrauliques. Cet outil d’évaluation de bureau réduira le niveau d’effort et les coûts associés aux investigations des sédiments sur le site.
Abstract

L’Agence Parcs Canada (APC) a identifié 90 sites le long de la voie navigable de Trent-Severn et du canal Rideau dont les structures de gestion de l’eau comme les barrages, les écluses et les ponts qui devront soit être remplacés, améliorés ou réparés. Un certain nombre de ces sites peut contenir des sédiments contaminés provenant des activités historiques et actuelles le long des voies navigables, comme l’exploitation minière et forestière, les fonderies, l’usinage, les meuneries, le secteur manufacturier et le transport commercial ainsi que des décharges provenant des sites industriels provenant des hautes terres.

En collaboration avec Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) pour le compte de l’APC, un outil de filtrage a été mis au point pour prioriser les sites pour les évaluations des sédiments avant le début des activités de construction. L’objectif de l’exercice de filtrage est de déterminer où la mobilisation des sédiments contaminés peut poser un risque éventuel pour l’environnement. La matrice de priorisation préfiltre les sites selon le type d’activités de construction planifié et selon la présence de sédiments dans la zone des travaux. Le risque éventuel est ensuite évalué grâce à des facteurs de classement divisés en quatre sous-catégories : source du contaminant, voie de transport des sédiments, les incidences éventuelles sur la santé humaine et les répercussions éventuelles sur l’habitat des poissons. L’information utilisée pour évaluer les catégories est fournie principalement par une analyse de l’utilisation du terrain grâce à un système d’information géographique ainsi qu’une évaluation environnementale du site (EES) de phase I simplifiée comprenant des analyses historiques, des enquêtes sur le type et la sensibilité de l’habitat pour les poissons réalisées sur les sites en soutien à l’évaluation environnementale et un examen des activités de construction planifiées pour chaque site. Les facteurs de priorisation dans la section « source du contaminant » de la matrice ont un poids deux fois plus élevé que les autres facteurs pour les raisons suivantes : 1) les informations historiques sur l’utilisation du terrain et les renseignements disponibles pour comptabiliser ces facteurs ont une grande fiabilité dans leur évaluation et 2) l’existence de sources de contamination passées et présentes en tant que créateur principal de risque de contamination potentiel.

Les résultats de la matrice de priorisation sont utilisés pour classer les sites en trois catégories : les sites qui ne nécessitent pas d’évaluation des sédiments (d’aucun risque de contamination à un risque de contamination faible); les sites qui exigent une évaluation des sédiments (haut risque potentiel) et une catégorie intermédiaire où une analyse plus poussée par l’APC est recommandée pour déterminer si une évaluation des sédiments est nécessaire. Un exercice d’étude de cas de priorisation du site a été utilisé pour calibrer l’outil de filtrage en utilisant l’information de neuf sites dans la voie navigable de Trent-Severn. Des examens en groupe concernant les résultats ont conclu que les classements des sites et les frontières des classifications sont raisonnables étant donné les connaissances de l’APC sur ces locations. La matrice de priorisation représente un outil de gestion essentiel pour guider les décisions relatives au besoin d’évaluation des sédiments pour les sites des systèmes de la voie navigable de Trent-Severn et du canal Rideau avant le début des activités de la construction.

Utilisation de la modélisation de la chaîne alimentaire pour renseigner la planification d’assainissement des sédiments
Wendy Hovel1, Mark Larsen1, Fiona Wong2, Michele Thompson3, Scott Tomlinson3, Erin Shankie4
1Anchor QEA
2Transports Canada
3Services publics et Approvisionnement Canada
4Environnement et Changement climatique Canada
L’objectif de cette présentation est de démontrer comment une modélisation de la chaîne alimentaire a été utilisée efficacement pour soutenir la planification de l’assainissement dans le port de Victoria, en C.-B. Nous décrirons l’affinement du modèle et ses applications pendant l’élaboration de l’évaluation des options et du plan d’action de l’assainissement pour quantifier les réductions des risques réalisables selon différents scénarios d’assainissement.
Abstract

Les modélisations de la chaîne alimentaire sont fréquemment utilisées pendant l’évaluation des risques pour déterminer les risques écologiques allant des contaminants dans les sédiments jusqu’aux récepteurs supérieurs de niveau trophique. Ces modélisations utilisent des modèles de données sur les tissus et sur l’apport alimentaire pour estimer les expositions aux contaminants des récepteurs en question. L’utilisation de modélisations doit considérer la mobilité et le domaine vital des espèces proies, les comportements alimentaires ainsi que la sensibilité des récepteurs. Dans le cas des sites de ports plus vastes avec différentes sous-zones et espèces proies qui sont à la fois localisées et à distribution étendue, ces modélisations peuvent être complexes. Cependant, lorsqu’elles sont utilisées adéquatement, les modélisations peuvent apporter un soutien direct à une bonne planification d’assainissement.

La planification de l’assainissement a été réalisée récemment dans une zone de 2,5 kilomètres carrés de port de Victoria en Colombie-Britannique. Des évaluations préliminaires des risques ont montré des risques potentiellement importants (défini comme un quotient de danger plus grand que 1,0) résultant de l’exposition aux biphényles polychlorés (BPC) et des dioxines/furanes pour espèces d’oiseaux, le cormoran et le grand héron. Les résultats initiaux des modélisations étaient insuffisants pour déterminer quelles portions du port ont causé ce risque élevé. Pour soutenir la planification de l’assainissement, des données additionnelles sur les tissus ont été recueillies pour quantifier les niveaux de risque localisés dans chaque sous-zone du port, chacune avec différentes concentrations de polluants sédimentaires et provenant des eaux de ruissellement. Des échantillonnages supplémentaires de tissus ont été axés sur certaines espèces faisant montre d’une haute fidélité envers le site – le petit chabot et le crabe des rivages – qui sont plus susceptibles de présenter une variation des concentrations de BPC et de dioxines/furanes dans leurs tissus que les autres espèces. Les données des tests ont confirmé de grandes différences dans les concentrations de polluants dans les tissus des crabes et des chabots entre les différentes sous-zones. – Les estimations plus précises incorporant les espèces localisées mentionnées et les espèces proies et à distribution étendue ont démontré que les risques élevés pour les oiseaux étaient seulement présents dans une seule sous-zone du port. Cette zone a été ciblée pour une évaluation plus poussée de l’assainissement. La modélisation plus précise de la chaîne alimentaire a été utilisée pendant l’étape de l’évaluation des options et du plan d’action d’assainissement pour quantifier la réduction des risques réalisable selon différents scénarios d’assainissement. Le dragage et le remblaiement des sédiments propres ont finalement été choisis pour l’assainissement final de cette zone chaude de sédiments.

Synthèse de l’évaluation du risque pour des sites de sédimentation vastes et complexes
Gary Lawrence1, Shawn Seguin1, Javier Banuelos2
1Golder Associates Ltd.
2Services publics et Approvisionnement Canada
L’objectif de cette présentation est de démontrer comment un ensemble de données complexes pour un vaste plan d’eau fédéral peut être synthétisé pour aider à faire une transition efficace de l’évaluation des risques vers la gestion des risques.
Abstract

Le port intérieur du noyau urbain de Kingston (KIH) possède un héritage de sources historiques et actives (p. ex., les sources provenant de l’ancien site d’enfouissement municipal, des égouts pluviaux, de l’ancienne fonderie de plomb/zinc, de l’ancienne tannerie, de l’ancienne usine de gazéification du charbon, de la marina active et du chantier naval) ayant conduit à contamination des sédiments par le chrome, les HAP, les BPC, le mercure et autres constituants. Les différents niveaux d’investigations passées, des intervenants et des gardiens fédéraux multiples et différents groupes fournissant des rapports d’interprétation est des conseils techniques ont rendu difficile la tâche de discerner une approche claire, complète et systématique de la gestion du risque. Par conséquent, Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC), pour le compte de Transports Canada et de Parcs Canada, ont émis un contrat pour intégrer les renseignements historiques avec les récentes investigations ciblées dans le port et ont orienté le projet vers la gestion des risques et les stratégies d’assainissement.

Au cours de la dernière décennie, une grande quantité de renseignements ont été recueillis dans le KIH, tant en termes de caractérisation de la portée spatiale et de la magnitude de la contamination que dans la caractérisation des effets des contaminants sur les organismes. Plusieurs séries d’études sur le terrain et d’évaluations de bureau des risques pour les humains et sur la vie aquatique ont été réalisées. Ces études ont été examinées à des étapes jalons de l’établissement de rapports par les ministères de soutien experts du Plan d’action pour les sites contaminés fédéraux (PASCF), qui assurent une surveillance de la compétence technique des investigations environnementales. La plupart des investigations ont suivi le Cadre décisionnel pour Canada-Ontario concernant l’évaluation des sédiments contaminés des Grands Lacs, qui utilise une approche écosystémique à l’évaluation des sédiments; ce cadre de travail est prévu pour normaliser le processus de prise de décision tout en étant assez flexible pour prendre en compte des considérations spécifiques au site.

Cette présentation résume les résultats de l’étape d’approfondissement des risques et de la synthèse, qui ont réuni les découvertes disponibles sur l’évaluation des risques, ont abordé les interrogations de soutiens experts du PASCF et ont fourni l’analyse scientifique finale pour commenter les analyses d’options conceptuelles d’assainissement et les étapes de consultation des intervenants du projet, lesquelles sont en cours sous la direction de SPAC.

La synthèse du risque a mis en évidence des lacunes dans les informations provenant de l’étape de l’évaluation quantitative détaillée (ÉQD) et a compris une analyse des disparités de sédiments pour la propriété de Parcs Canada, une étude de la littérature pour déterminer les causes potentielles des difformités des poissons de fond dans le KIH, un passage en revue des sources de contaminants potentielles dans la portion sud-ouest du plan d’eau fédéral de Transports Canada et une investigation approfondie des sédiments dans la portion sud-ouest du plan d’eau de Transports Canada (y compris les prises de surface et les profilages du centre). Les zones de gestion ont aussi été évaluées dans le KIH, pour lequel de multiples voies de risque (santé humaines, santé de faune, la santé des poissons et la santé de la communauté des benthiques) et les multiples types de contaminants ont indiqué des risques potentiels, afin de déterminer les zones pour lesquelles la priorité de la gestion était la plus importante.

Colwood Jetties Projet d’assainissement - Défis clés de la construction et leçons apprises
Matt Woltman2, Rae-Ann Sharp1, Dave Osguthorpe1, Derek Ormerod2, Andrew Smith1
1Services publics et Approvisionnement Canada
2Anchor QEA
L’objectif de cette présentation est de fournir une description des défis relatifs à la construction et des leçons apprises pendant la mise en place d’un projet d’assainissement des sédiments dans une installation riveraine du ministère de la Défense nationale dans le port d’Esquimalt en Colombie-Britannique.
Abstract

Les services environnementaux de Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC), en coordination avec le ministère de la Défense nationale (MDN), ont conçu et mis en place un projet d’assainissement des sédiments au cours de 2016 et 2017 à la base des Forces canadiennes dans le port Esquimalt, sur l’île de Vancouver en Colombie-Britannique. Les méthodes principales d’assainissement comprenaient le dragage (le retrait d’environ 21 500 mètres cubes de sédiments contaminés), une destruction hors site des matériaux contaminés dans une usine d’élimination en haute terre, le remblayage et la gestion des résidus du dragage par l’entremise du dépôt du matériau de surface de la gestion des résidus. En plus du retrait de certains sédiments contaminés, le remblayage et la gestion des résidus, il a été anticipé que le matériel dragué puisse contenir des munitions explosives non explosées (UXO) et SPAC a inclus le filtrage/traitement du matériel dragué qui soit complet pour retirer toutes UXO qui puissent être rencontrées. Le traitement du matériel de traçage était aussi réalisé pour aider à déterminer et séparer les structures, sites et autres éléments pertinents du point de vue historique, archéologique, architectural ou paléontologique. De plus, de nombreux projets d’assainissement ont été mis à l’horaire pour se produire à d’autres installations du MDN dans le port, ce qui créera une réduction de la disponibilité des équipements ou des entrepreneurs ainsi que de l’espace d’accostage pour les navires du MDN. Ces facteurs ont eu comme conséquence des contraintes opérationnelles à l’installation de Colwood Jetties et ont exigé l’établissement d’un échéancier ferme pour la mise en place des activités prévues d’assainissement.

Cette présentation fournit un résumé des travaux complétés et se concentre sur la discussion des défis de construction clés et des leçons tirées à la suite de mise en œuvre du projet. Les défis clés comprenaient le traitement des sédiments et des débris dragués pour filtrer et isoler les UXO avant de transporter les sédiments vers l’installation de déchargement pour l’élimination, la coordination des activités d’assainissement avec les exigences opérationnelles évolutives à l’usine et l’évaluation des considérations relatives à la qualité de l’eau en lien avec la gestion du placement du remblayage et des résidus du matériel de surface. Des défis supplémentaires comprenaient le placement du matériel de remblayage dans les zones sous la jetée et la gestion du dragage et les taux de production de traitement des matériaux pour respecter les exigences de l’échéancier pour le projet.

À la suite de l’achèvement des activités de construction et pendant la fermeture du projet, SPAC a réalisé une analyse détaillée des leçons apprises pour renseigner et réviser l’approche de conception et de mise en place pour les projets futurs. Cette présentation donnera aussi l’occasion d’engager une discussion concernant des leçons apprises et la façon dont elles peuvent être appliquées à d’autres projets d’assainissement des sédiments à travers le Canada qui sont dans leurs phases de planification et de conception.

Lorsque les VTR particuliers à un site ne sont pas une option – améliorer l’uniformité de l’évaluation des risques pour le Plan d’action pour les sites contaminés fédéraux du Canada
Erin Shankie1, Meara Crawford2, Ute Pott1, Al Hodaly1, Christie Spry1
1Environnement et Changement climatique Canada
2Azimuth Consulting Group
L’objectif de cette présentation est de fournir le contexte et un résumé sur ce qui a inspiré le nouveau Guide d’évaluation du risque écotoxicologique (ÉRÉ) du PASCF : Module 7 a été tiré, pour promouvoir la connaissance et l’utilisation parmi les gardiens et les consultants.
Abstract

Les évaluations des risques écologiques pour les sites contaminés utilisent soit les valeurs toxicologiques de référence (VTR) publiées ou les VTR spécialement élaborées pour un site précis. Le Plan d’action pour les sites contaminés fédéraux (PASCF) du Canada encourage la création de VTR particulières à un site et a mis en place une orientation sur les méthodes défendables sur le plan scientifique pour la création de VTR applicable aux métaux et autres contaminants. Cependant, pour de nombreux sites gérés par le gouvernement fédéral, la conception de VTR précis à un site est au-delà de la portée des projets d’assainissement ou de gestion du risque. Au lieu de cela, les évaluateurs du risque choisissent souvent une VTR existante déjà publiée pour évaluer le risque pour les récepteurs écologiques. Les VTR publiés varient grandement dans leurs valeurs numériques, leurs méthodes de calcul, leurs incertitudes et dans le niveau de protection qu’elles procurent. En conséquence, le résultat de l’évaluation du risque peut varier selon quelle VTR publiée est appliquée. Ceci mène à ces incohérences lorsque des sites similaires sont évalués par différents praticiens, différents organismes ou différentes régions.

Pour mieux uniformiser les évaluations des risques où la mise sur pied de VTR particulières au site n’est pas réalisable, le PASCF a mis au point une approche pour évaluer les VTR publiés et pour déterminer ceux qui conviendraient le mieux pour servir de norme par défaut pour les VTR. Cette approche évalue les VTR disponibles selon la façon dont elles s’alignent avec les orientations existantes du PASCF. Un ensemble de dix critères pour déterminer le mérite des VTR, leurs limitations et incertitudes a été utilisée, y compris l’utilisation de données sur la relation dose-effet ou les données sur les estimations ponctuelles des effets, les facteurs d’incertitude, l’échelle allométrique, les résultats biologiques, les espèces à l’étude et les niveaux de protection. Le PASCF a appliqué ces critères pour choisir la VTR recommandée par défaut pour la faune et la flore pour quatorze métaux et neuf composés organiques présentés dans le Guide d’ÉRÉ du PASCF : Module 7. Les gestionnaires des sites fédéraux contaminés et les praticiens peuvent aussi utiliser ces évaluations détaillées pour prioriser les endroits où des travaux de conception plus poussés des VTR particuliers aux sites peuvent être nécessaires.

Questions fr

fb icon   Twitter icon   linkedIn icon