Imprimer

FCSNW2018 French header

Présentations orales 

Palais Des Congrès Du Toronto Métropolitain, Toronto, Ontario
255 Front St West, North Building, Toronto Ontario 
13 au 15 juin, 2018 


Volet 4 – Évaluation
L’ancien camp Ipperwash – Une approche pluridisciplinaire pour l’engagement d’une évaluation environnementale de site de phase II
Steven Gable et Chris Elliot
Amec Foster Wheeler
L’objectif de cette présentation est de présenter un résumé de la façon dont on a eu recours à une équipe pluridisciplinaire pour achever la portée du travail dans le site de l’ancien camp Ipperwash.
Abstract

L’ancien camp Ipperwash se trouve le long des rives ouest du lac Huron à Lambton Shores, en Ontario. De 1942 jusqu’à 1995, le camp Ipperwash a été utilisé par le ministère de la Défense nationale (MDN) comme un terrain d’entraînement militaire. Les activités d’entraînement comprenaient des entraînements d’infanterie, artillerie de mortier et arme antichar et de grenade. En raison des de ces entraînements, un y a des enjeux importants concernant des munitions explosives non explosées (UXO) sur le site. De plus, le site a une longue histoire d’utilisation par les Premières Nations, et par conséquent, il y a un nombre important d’artéfacts présents sur le site, ainsi qu’un nombre d’espèces en péril (EEP) partout sur le site.

Construction de Défense Canada, au nom du MDN, a engagé des services pour entreprendre une évaluation environnementale de site (EES) de phase II sur ce site en ayant recours à une équipe pluridisciplinaire qui se composent de professionnels de l’environnement, de UXO, des archéologues, des professionnels (biologistes) d’espèces en péril. L’approche pluridisciplinaire a permis d’éviter les UXO, d’identifier les artéfacts culturels, ainsi qu’identifier et éviter les EEP dans l’ensemble des sites des travaux avant la collecte d’échantillons du sol environnemental, des sédiments et d’eau souterraine.

L’évaluation environnementale de site de phase II a compris le prolongement de trous de forage, l’installation de puits de surveillance et la collecte d’échantillons de sol et d’eau de surface. Les principaux contaminants sur le site comprennent des composés énergétiques, des métaux, des dioxines et des furannes, composés organiques volatils, des hydrocarbures pétroliers et des hydrocarbures aromatiques polycycliques.

Les résultats de l’EES de phase II sera utilisée par le MDN pour élaborer une portée des travaux pour plus de délimitation des répercussions du sol, des sédiments, de l’eau de surface et de l’eau souterraine identifiés sur le site. Ces répercussions comprennent les métaux, les matières énergiques, les dioxines ou furannes et les hydrocarbures aromatiques polycycliques. Les matières énergiques désignent des composés utilisés comme propulseurs ou les composés explosifs de munitions militaires. Les composés énergétiques peuvent survivre intacts dans l’environnement après la détonation partiale de la munition, et peut alors se diviser en leurs éléments composants, notamment les métaux. Ces contaminants sont une préoccupation au Canada en raison du nombre des actuels et anciens terrains d’entraînement militaires où ce type de contaminants peut être présent.

L’objectif de cette présentation sera de discuter le processus utilisé pour mener les activités d’ESS de phase II appuyé par les équipes des UXO, culturelles, et des EEP, ainsi que de discuter de la façon dont les nouveaux contaminants des matières énergiques des UXO sont évalués et les conséquences de ces travaux sur les activités futures sur le site.

Points à considérer pour le déploiement de techniques d’échantillonnage passives sans purge sur les sites éloignés
Sonny Sundaram, DST Consulting Engineers inc.
L’objectif de cette présentation est de renseigner les spécialistes en sites contaminés au sujet des avantages et des limites du déploiement de techniques d’échantillonnage passives sans purge sur les sites éloignés et de présenter un outil d’évaluation à l’appui de la prise de décision éclairée.
Abstract

Les pratiques d’échantillonnage classiques pour l’eau souterraine, comme l’échantillonnage en période d’étiage et par purge, nécessitent la gestion des méthodes d’enquête des déchets dérivés (entreposage et élimination des eaux de purge) et de l’équipement d’échantillonnage (p. ex. : écopes, boyaux d’arrosage, pompes péristaltiques, sacs gonflables et pompes submersibles). Les méthodes d’échantillonnage passives conçues pour prélever des échantillons de l’eau souterraine sans pompes ou purge peuvent remplacer les pratiques d’échantillonnage classiques sans perte de la qualité des données et en ne créant presque aucun déchet au cours du processus. Puisque les méthodes passives nécessitent moins d’équipement, de logistique et de main-d’œuvre pour prélever des échantillons, les méthodes d’échantillonnage passives sont un choix écologique idéal pour les sites éloignés.

Les études démontrent que la majorité des puits de surveillance recueillent des eaux souterraines par l’entremise de l’intervalle des filtres de puits. Les eaux souterraines accumulées dans les intervalles de filtres de puits sont en équilibre avec les eaux souterraines adjacentes (eau de qualité de formation) et sont adéquates à être récoltées par des méthodes d’échantillonnage passives. Toutefois, toutes les eaux souterraines ne sont pas des mélanges idéals et équilibrés avec l’eau de formation et donc les cibles doivent être soigneusement considérées, ainsi que les objectifs d’échantillonnage, les conditions hydrogéologiques, les dimensions du filtre de puits et le volume d’échantillonnage exigé afin d’assurer la réussite du déploiement des méthodes passives sur un site.

Une matrice d’évaluation qui prend en considération les conditions du site (hydrogéologie, profondeur et dimensions du filtre de puits et niveau de l’eau souterraine), les exigences d’échantillons de laboratoire, les substances cibles à analyser, les objectifs de qualité des données et les caractéristiques des appareils d’échantillonnage a été créée pour filtrer les technologies d’échantillonnage passif et sélectionner la méthode préférable pour le site. De plus, des échantillonnages des eaux souterraines ont été effectués à des emplacements sélectionnés à l’aide de la méthode passive préférable (HydraSleeve) ainsi que d’une méthode classique (échantillonnage en période d’étiage) afin de déterminer le taux de variabilité précis de la méthode passive et de valider la matrice d’évaluation.

Une analyse comparative des coûts a été effectuée lors de la dernière phase de l’étude pour évaluer la rentabilité des méthodes d’échantillonnage passives comparativement aux méthodes classiques. Les résultats de l’analyse comparative des coûts ont indiqué que la méthode passive avait éliminé les coûts de la mobilisation, de la mise en place et du démontage de l’équipement à chacun des emplacements de puits, de même que la diminution des eaux purgées qui sont fréquemment éliminées comme déchet.

En résumé, l’étude démontre une réduction de 99 % de la production d’eaux usées et une réduction de 100 % d’utilisation de carburant pour un compresseur ou une génératrice. Les résultats de l’étude démontrent aussi que la conversion de méthodes classiques à des techniques d’échantillonnage passives n’affecterait vraisemblablement pas les stratégies de gestion des sites à long terme et réduirait probablement la quantité totale d’électricité utilisée, les émissions de gaz à effet de serre, le matériel utilisé et la production de déchets.

Les techniques innovatrices d’évaluation pour le soutien d’un plan d’atténuation pour la stabilisation d’une série complexe de chambres dans le site de la mine Giant
Chris MacInnis, Affaires autochtones et du Nord Canada
L’objectif de cette présentation est de décrire a technique d’évaluation unique qui a aidé, dans le cadre du projet, à choisir et à élaborer l’approche d’atténuation pour le remblayage des séries complexes de chambres dans le site de la mine Giant.
Abstract

L’ancienne mine Giant, actuellement sous le contrôle d’Affaires autochtones et du Nord Canada (AANC) au nom du gouvernement fédéral, est l’un des plus grands sites contaminés du Canada. Une composante principale de la fermeture de la mine est le remblayage des chantiers souterrains vides afin de prévenir l’effondrement de parties de la mine qui pourraient poser des risques immédiats pour la sécurité du public et des travailleurs et mener à des échecs ailleurs. Dans le cas du site de la mine Giant, il y a un risque supplémentaire que l’effondrement souterrain puisse éventuellement permettre à l’eau de surface d’inonder la mine. De lourdes conséquences environnementales pourraient résulter de l’incidence d’une telle inondation, et ce en raison de la présence de poussière trioxyde de diarsenic dans les chambres souterraines. Afin d’atténuer les risques liés à la stabilité souterraine dans le site de la mine, un programme à court terme d’assainissement avancé de remblayage est en cours, tandis que le plan général à long terme d’assainissement pour le site est toujours en voie d’élaboration.

Les ingénieurs d’AANC en collaboration avec Services publics et Approvisionnement Canada, et des chefs de file de l’industrie de la fermeture des mines, ont élaboré une technique innovatrice d’évaluation en utilisant un drone pour inspecter l’état d’une série de chambres afin de travailler à l’élaboration d’un plan d’atténuation pour le remblayage. Une approche efficace pour la stabilisation des chantiers souterrains vides en se servant des résidus miniers de remblai en pâte et de béton autonivelant a été élaborée. Le remblai en pâte est utilisé souvent dans l’exploitation des mines pour maximiser la production, mais son utilisation dans les mesures d’atténuation et d’assainissement dans le domaine des mines est limitée. L’équipe du projet de la mine Giant a utilisé des milliers de tonnes de résidus miniers qui ont été déposés sur la surface comme un déchet durant le déroulement de l’extraction minière comme la composante principale du remblayage nécessaire pour la stabilisation de ces séries complexes de chantiers souterrains vides. L’utilisation des résidus miniers qui se trouvent sur place dans le remblayage souterrain est économique, mais aussi elle réduit les efforts d’assainissement des bassins de surface de résidus miniers dans le futur. Il a également été déterminé selon ces évaluations à l’aide de drones qu’une partie de cette chambre exigerait la stabilisation en utilisant un bouchon durable et autostable à base de ciment pour aider à maximiser la longévité et la durabilité de l’effort d’atténuation.

Dépistage de champs quantitatif : caractérisation de sites de haute résolution avec la spectroscopie par réflectance
Preston Sorenson, Maapera Analytics Inc.
L’objectif de cette présentation est de décrire la façon dont la spectroscopie par réflectance peut être utilisée pour obtenir des données sur des sites contaminés d’une façon rapide et économique.
Abstract

Obtenir des données analytiques durant les activités de remédiation représente des coûts importants pour la plupart des projets. Aux coûts directs des données analytiques s’ajoutent les coûts liés au temps d’attente des équipements durant l’excavation et le rééchantillonnage en raison des délais entre le moment où l’on a besoin des données et le moment où elles sont disponibles. Une solution technologique à ce problème est d’utiliser la spectroscopie par réflectance de rayonnement infrarouge à ondes courtes (SWIR) pour obtenir en temps quasi réel des données sur le champ. La spectroscopie par réflectance de SWIR mesure l’absorption de lumière de certaines liaisons chimiques, ce qui lui permet de déterminer des signatures spectrales d’hydrocarbures pétroliers (HCP) dans le sol. En utilisant des modèles innovateurs d’apprentissage machine, le spectre de SWIR obtenu dans le champ peut être transformé en mesures quantitatives de multiples contaminants.

En août 2017, cette application sur le terrain de cette technologie a commencé avec Parcs Canada dans le cadre du Programme d’innovation Construire au Canada. Des échantillons ont été recueillis et analysés dans 14 sites dans plusieurs endroits au Canada y compris : Jasper, Banff, Kluane et le parc national du Mont-Riding avec des sites historiques au Québec. Sur chaque site, 15 échantillons de sol ont été recueillis. Des échantillons ont été analysés par la spectroscopie par réflectance et ensuite envoyés à un laboratoire tiers agrée pour être analysé en utilisant le standard pancanadien relatif aux HCP dans le sol. Des analyses de rayonnement infrarouge à ondes courtes plus larges ont été effectuées sur chaque site pour créer une densité de données pour un modèle tridimensionnel.

Globalement, les valeurs R2 pour F2 aux HCP de F4 étaient supérieures à 0,98. La majorité des mesures des HCP de F1 étaient près de la limite de détection de notre technologie (65 ppm), ce qui a limité la comparaison comparative. L’erreur moyenne de la prédiction pour les HCP de F1 était 61 ppm, suivi par 302 ppm pour les HCP de F2, 809 ppm pour les HCP de F3 et 209 pour les HCP de F4. Le taux de faux positifs pour cette analyse était de 3 % et le taux de faux négatif est était de 2 % dans l’ensemble du programme. La durée d’analyse des données, à partir des mesures de concentration jusqu’aux résultats des modèles 3D, a varié selon les quantités des données. Les sites avec peu de points de données (<100) ont pris moins d’une minute, alors que les sites avec une collecte des données à haute densité (>2 000) ont pris jusqu’à 10 minutes.

Cette étude que l’analyse SWIR exacte des HCP dans le sol est possible est qu’avec l’automatisation du traitement des données, elle peut permettre des économies considérables de temps. Cela se traduit aux potentielles économies de coûts des projets d’assainissement par les coûts analytiques réduits, le temps d’attente, trop d’excavation et le rééchantillonnage. De plus, les données peuvent être intégrées avec les systèmes automatisés de visualisation des données pour produire des profils verticaux et des analyses spatiales bidimensionnels ou tridimensionnels.

Application du protocole d’assainissement de sites militaires abandonnés afin de détecter la présence de contaminants en phase séparée dans des barils laissés sur les lieux d’installations abandonnées comme des anciens sites militaires, des laboratoires de fabrication de méthamphétamines et des épaves abandonnées en perdition
Adam Radlowski et Richard Wells
Keystone Environmental Inc
L’objectif de cette présentation est de discuter des complexités de la détermination de la présence et de la composition de liquides inconnus en phases aqueuse et non aqueuse contenus dans des barils à des fins d’élimination ainsi que de souligner l’utilité, les enjeux et les leçons apprises lors de l’application du protocole de de nettoyage de barils du réseau DEW à des sites possédant des déchets dangereux dans des situations d’intervention d’urgence, comme décrit dans l’exemple de l’étude de cas.
Abstract

Les barils abandonnés sur les lieux d’anciens sites militaires, de laboratoires de fabrication de méthamphétamines et d’installations d’entreposage non autorisées peuvent contenir de nombreux contaminants qui, s’ils sont déversés ou éliminés incorrectement, pourraient avoir des effets néfastes sur la santé humaine et l’environnement. Selon les caractéristiques physiques et chimiques, les contaminants peuvent se séparer en leurs phases aqueuse et non aqueuse. Les infiltrations d’eau de pluie dans des conteneurs endommagés par la corrosion peuvent se mélanger au contenu des barils et causer la séparation des phases liquides. Ceci peut faire sembler la couche du liquide en phase aqueuse plus claire et peut masquer l’identification visuelle de liquides minces, plus lourds et plus toxiques qui se trouvent près du fond des conteneurs. Le mélange de barils dont le contenu est inconnu pourrait causer des réactions chimiques qui pourraient mener à la formation de sous-produits toxiques, inflammables ou explosifs. Par conséquent, les liquides en phases aqueuse et non aqueuse peuvent représenter différents niveaux de dangers physiques et chimiques. De même, respecter un protocole prédéfini qui détermine le contenu de liquides en phase séparée dans des barils abandonnés peut aider à simplifier l’élimination sécuritaire de déchets dangereux.

Affaires autochtones et du Nord Canada a adopté un protocole d’assainissement de sites militaires abandonnés qu’il utilise pour le nettoyage de ses sites nordiques éloignés. Un des sous-protocoles du protocole principal est le nettoyage de barils du réseau d’alerte avancé (réseau DEW) qui précise les critères d’inspection, d’échantillonnage, d’analyse et d’élimination des barils abandonnés. Le protocole de nettoyage de barils du réseau DEW permet à un individu de classer les liquides organiques ou aqueux en analysant des échantillons pour la présence de glycols, d’alcools, de biphényles polychlorés (BPC), de chlore et de certains métaux (cadmium, chrome et plomb) afin d’identifier la voie adéquate de processus d’élimination de déchets. Le protocole de nettoyage de barils du réseau DEW a été utilisé avec succès pour assainir d’anciens sites militaires éloignés. Au cours de situations d’intervention d’urgence où une libération est imminente, ou a déjà eu lieu, le protocole de nettoyage de barils du réseau DEW peut être utilisé afin de déterminer rapidement et efficacement la présence de liquides en phase aqueuse et non aqueuse, et pour caractériser les dangers physiques et chimiques masqués associés à ces substances.

La présentation se concentre sur une étude de cas d’intervention d’urgence menée en 2016 lors de laquelle les entrepreneurs de manipulation de déchets ont été aidés à caractériser les déchets de matériaux retrouvés à bord d’une épave abandonnée dans le Mamquam Blind Channel à Squamish, en Colombie-Britannique. De nombreux barils, de l’eau de cale et des débris ont été retrouvés dans différentes cales de l’épave abandonnée au cours de l’intervention d’urgence. Après que l’épave ait été sécurisée, les matériaux ont été transférés du vaisseau abandonné à une barge de soutien. L’application du protocole de nettoyage de barils du réseau DEW a permis de classer le contenu des barils et le contenu des cales du vaisseau dans des réseaux de déchets solides, de boues et de liquides en peu de temps. La santé, la sécurité et le suivi des déchets de l’épave abandonnée à l’installation autorisée se sont révélés à être les aspects les plus difficiles. Cette présentation souligne la versatilité du protocole de nettoyage de barils du réseau DEW et la façon dont il peut être appliqué dans des situations d’intervention en cas d’urgence lorsque des évaluations rapides sont nécessaires.

L’approche des modèles couplés pour soutenir l’analyse du devenir et transport des contaminants dans les roches fracturées
Paul Martin1, Daron Abbey1, Steve Chapman2, Beth Parker2, John Cherry2
1Matrix Solutions Inc.
2University of Guelph
L’objectif de cette présentation est d’illustrer les avantages d’une approche mixte pour évaluer les niveaux d’exposition pour les sites où la contamination de déplace à travers les roches fracturées.
Abstract

Les outils de modélisation sont bien établis pour la simulation de circulation et de transport de contaminants par des milieux poreux; cependant, les limitations se posent lorsqu’on applique ces outils pour simuler ces conditions dans les environnements des roches fracturées. Deux différences principales entre l’analyse du transport entre les milieux poreux et les roches à fracturation discontinue sont : 1) l’éventuelle haute vitesse de transport le long des chemins définis par les fractures; et 2) le procédé de matrice de diffusion. Cette présentation mettra l’accent sur les conditions dans les milieux de roches sédimentaires, qui sont souvent caractérisés comme ayant : 1) des fractures fréquentes qui fournissent une porosité secondaire dans laquelle a lieu la plupart des flux d’eau souterraine; et 2) une matrice de fondement qui fournit une porosité primaire dans laquelle le flux est négligeable, mais la capacité de stockage de contaminant est importante.

Alors que la haute vitesse de passage est fréquemment observée le long des fractures individuelles (à l’échelle microscopique), le passage à travers le réseau de fractures interconnectées est souvent plus lent en raison de la tortuosité fluide établie par le réseau de fractures avec des ouvertures qui varient dans leurs ordres de grandeur. Le transport des contaminants est retardé par les procédés de matrice de diffusion, qui a la capacité de transférer les masses des fractures à la matrice de la roche. Dans la matrice de la roche, la capacité de stockage est importante et les répercussions de retardement sont augmentées davantage par les processus de la sorption et la dégradation. Étant donné que la porosité de la matrice dépasse généralement la porosité de la fracture par ordre de grandeur dans les systèmes de fondements sédimentaires, la quantité de masse de contaminants entreposée dans la matrice peut être sensiblement plus importante que celle transportée dans le réseau de fracture. Ce processus a la capacité de « retarder » la migration de panache, et dans de nombreux cas peut mener à des panaches en état stable; épuisement ou biodégradation et peut augmenter davantage ce retard voire même la réduction des panaches. On a relevé que ces répercussions de retard sont non linéaires et donc elles peuvent être difficiles à simuler en utilisant des outils de modélisation conventionnels. Le stockage de masse dans la matrice peut également mener à la formation de résidus en raison des processus lents de rétrodiffusion au moment où les zones de la source deviennent épuisées.

Les outils disponibles pour prévoir le devenir et le transport des contaminent dans les roches fracturées comprennent l’application des modèles des milieux poreux équivalents (MPE), les modèles de double porosité ou perméabilité, les modèles des [réseaux matrices à fracturation discontinue (RMFD)]. Chaque type d’outil de modélisation a des forces et des faiblesses qui limitent son application pratique. La comparaison aux données du champ détaillées indique que l’approche la plus appropriée comprend la combinaison des forces des MPE et des outils de modélisation des RMFD de façon intégrée. Cette approche utilise la modélisation des MPE pour stimuler le système de débit (macro-comportement), et les simulations couplées des RMFD le long des circuits des flux pour stimuler la diffusion matrice et les autres processus de transport principaux (microcomportement).

Cette présentation mettra l’accent sur les limitations propres à l’application de chaque type d’outil individuellement et présentera les avantages de l’approche couplée des MPE ou des RMFD. Cette approche est particulièrement pertinente pour l’évaluation des contaminants où la limite de concentrations maximale est inférieure aux sources des concentrations générales par plusieurs ordres de grandeur.

Conception et l’utilisation d’un appareil de forage mobile à faible incidence pour l’évaluation des hydrocarbures pétroliers dans un environnement éloigné et écosensible en utilisant la fluorescence induite par laser
Dean Morrow1, Rob Green1, Ben Sweet2, Kela Weber1
1Groupe des sciences de l’environnement, Collège militaire royal du Canada 2SCG Industries
L’objectif de cette présentation est de mettre l’accent sur la collecte des données hautement efficaces, représentatives et diverses dans une seule mobilisation par la conception et l’utilisation d’une approche écosensible unique pour le déploiement de technologies de caractérisation de sites à haute résolution sur un site éloigné d’une île-barrière.
Abstract

Le Canada est un vaste pays et regorge de collectivités et d’opération éloignées et isolées. La gestion des sites contaminés dans ces endroits pose des défis uniques. La plupart de ces sites se trouvent dans des régions écologiquement ou culturellement sensibles ou les deux où les dommages causés à l’écosystème suite à l’utilisation des équipements traditionnels d’évaluation environnementale des sites seraient inacceptables.

La technologie de caractérisation de sites de haute résolution offre une excellente approche pour les évaluations des sites éloignés avec rapidité, le traitement des données en temps réel et à haute résolution spatiale – toutes ces dernières réduisent le besoin pour des mobilisations supplémentaires en facilitant les stratégies adaptatives d’évaluation et produire des ensembles de données de haute qualité et de grande densité. Alors que la technologie de caractérisation de sites de haute résolution offre des avantages techniques importants en matière de coûts par rapport aux méthodes traditionnelles d’échantillonnage, les sites éloignés et écosensibles peuvent encore être un défi pour son utilisation en raison du besoin d’une plateforme de soutien (c.-à-d., appareil de forage) afin de déployer les technologies.

Le Groupe des sciences de l’environnement a établi un partenariat avec divers groupes, y compris Parcs Canada pour mener une enquête de caractérisation de sites de haute résolution dans le parc national de l’Île-de-Sable, une île-barrière éloignée et écosensible qui se trouve à 175 kilomètres au large des côtes est du Canada. Afin de permettre l’utilisation de la technologie de caractérisation de sites de haute résolution sur le site, un appareil de forage mobile à faible incidence a été conçu et testé par une subvention d’engagement partenarial du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG). L’appareil de forage mobile à faible incidence a été conçu pour i) être assemblé à la main; ii) peser moins de 150 livres; iii) entrer dans un sac de hockey; et, iv) fournir au moins trois tonnes d’effort de poussée. L’appareil a dépassé tous les paramètres de la conception permettant la navigation sur tout type de terrain et le transport sur un petit aéronef. L’appareil a également été capable de livrer la sonde de la fluorescence induite par laser pour les évaluations in situ des hydrocarbures pétroliers dans le sol et les eaux souterraines à l’aide d’un système de contrôle consistant d’une commande à la main en combinaison avec un marteau dynamique. L’unique géologie des dépôts meubles du site d’évaluation constitué de sable bien classé et homogène a appuyé l’élaboration et l’utilisation de ce système de livraison de poids léger.
L’utilisation de l’appareil de forage mobile à faible incidence avec la technologie de caractérisation de sites de haute résolution sur un site écosensible et éloigné a été très efficace, en produisant un grand volume de données représentatives et diverses dans une seule mobilisation. D’autres utilisations d’appareils mobiles modifiés de forage à faible incidence sont en cours dans d’autres sites éloignés et sensibles.

L’utilisation de la méthode d’analyse de l’équivalence de l’habitat dans la quantification des ressources naturelles et son utilisation en tant qu’outil de prise de décision pour les sites contaminés
Barbara Hard et Jennifer Kirk
Arcadis Canada Inc.
L’objectif de cette présentation est de présenter un outil de prise de décision qui peut être utilisé dans le cadre des sites contaminés et qui permet l’évaluation quantitative des ressources naturelles et l’évaluation du coût des ressources naturelles pouvant être engagées par les activités d’assainissement.
Abstract

Comprendre la valeur et le rôle des ressources naturelles, leurs services écologies qui s’y apparentent et la quantification de la fonctionnalité des écosystèmes est primordial, car elle facilite la capacité d’équilibrer un « besoin perçu » pour assainir les sites contaminés et la protection et la restauration de l’environnement. La valeur de la quantification des ressources naturelles est le lien dans la détermination des mesures appropriées d’atténuation ou des stratégies de remédiation pour compenser pour les effets environnementaux engendrés par la mise en œuvre de projets ou pour protéger, maintenir ou restaurer les écosystèmes et la biodiversité sur les sites contaminés ou les deux.

La méthode de quantification, connue sous le nom de méthode d’équivalence habitat (MEH), a été utilisé avec succès pour quantifier le niveau de services d’écosystème qui sont fournis par les ressources naturelles d’un site pour divers types de projets. Les utilisations comprennent :
• La quantification des conditions écologies de références;
• La détermination de la « valeur » des composantes de l’écosystème et des services écologiques;
• L’évaluation des services écologiques réduits en raison de la mise en œuvre des projets ou des activités d’assainissement;
• L’éventuelle compensation de l’habitat, y compris les habitats des espèces en péril;
• La quantification des services écologiques accrus en raison des activités d’atténuation ou de restauration au fil du temps.

L’objectif de la gestion des sites contaminés est d’avoir un outil de prise de décision qui permet l’évaluation quantitative des ressources naturelles et l’évaluation des « coûts » de ces ressources naturelles associés aux activités d’assainissement. Les « coûts » aux écosystèmes peuvent comprendre la perte d’habitat, y compris les habitats des espèces en péril, une réduction dans la biodiversité et une perte ou réduction dans les services des écosystèmes.

La décision de réhabiliter ou de gérer un site contaminé peut être orientée par les résultats d’une évaluation de risque écologique. L’utilisation de la MEH où les quotients de risque sont supérieurs à un peut aider à évaluer quelles options de gestion qui peut être la plus pertinente pour un site donné. L’utilisation de la MEH avec le processus d’évaluation de risque fournit un cadre qui facilitera les décisions de gestion des sites contaminés telles que la garantie de la restauration ou la gestion et si elle améliorera la fonction écologique du site, si la contamination peut être laissée en place et des mesures de surveillance peuvent être utilisées pour confirmer le manque de répercussions et si la combinaison de l’assainissement, de la gestion et de la surveillance est plus appropriée pour un site donné.

Selon des exemples de projets, cette présentation portera principalement sur les caractéristiques essentielles de l’utilisation réussie de la MEH appropriée afin d’appuyer la détermination des conditions de référence, des mesures d’atténuation et de restauration, ainsi que divers avantages associés à la démonstration des gains nets de la biodiversité. Cette présentation démontrera également la façon dont la MEH pourrait être incorporée dans le cadre des sites contaminés pour orienter les décisions de gestion suscitée par les risques écologiques.