FCSNW2018 French header

Présentations orales 

Palais Des Congrès Du Toronto Métropolitain, Toronto, Ontario
255 Front St West, North Building, Toronto Ontario 
13 au 15 juin, 2018 


Aperçu des effets des changements climatiques sur la gestion des sites contaminés au Canada
Jonas Roberts, Wood –Environment and Infrastructure Solutions
L'objectif de cette présentation est de fournir un aperçu des effets prévus des changements climatiques sur la gestion des sites contaminés au Canada et de fournir une introduction aux risques probables et aux mesures d’adaptation potentielles.
Abstract

Toutes les activités affectées par le climat peuvent être affectées par les changements climatiques. La communauté canadienne des sites contaminés en particulier ressentira probablement une série d’enjeux associés au climat. Dans ce contexte, comprendre l’évolution du changement du climat est essentiel afin de maintenir des activités efficaces et sécuritaires tout en guidant les plans d’évaluation des risques et d’adaptation pour assurer la résistance.

Cette présentation fournira un aperçu des éléments des changements climatiques à considérer envers les sites contaminés du Canada. Des changements dans les moyennes, la prévisibilité, la variabilité et des extrêmes de la température, des précipitations et des vents affecteront la gestion des sites dans l’ensemble du Canada. Dans certaines régions, l’augmentation de la prévalence et de l’intensité de feux de forêt nécessitera aussi d’être considérées.

La crue des eaux (prévue d’augmenter jusqu’à 1 m dans certaines régions d’ici 2100) et la fréquence associées aux tempêtes seront des enjeux pour les lieux côtiers, causant l’augmentation des risques de la propagation de contaminants par l’entremise des eaux de crues et des sédiments. Le changement associé au niveau des eaux souterraines nécessitera plus de souplesse dans la conception de structures de confinement et de stratégies d’assainissement des eaux souterraines.

De plus, les régions nordiques subiront des enjeux associés au dégel du pergélisol. Dans certaines situations, on a dû se fier au transport d’équipement en hiver par des voies terrestres et maritimes avec le personnel arrivant en été par hélicoptère. Toutefois, puisque les températures d’hiver sont à la hausse et que la couverture de glace non uniforme rend cette approche moins fiable, de nouvelles stratégies de transport, comme le transport plus dispendieux d’équipement par voie aérienne, sont nécessaires.

Une discussion de niveau élevé des mesures d’adaptation potentielles aux risques probables (comme le changement des taux d’exposition et de la propagation de la contamination, l’augmentation de la distance de propagation, la réduction de l’efficacité de la bioréhabilitation, et les dommages aux structures et à l’infrastructure) sera aussi présentée.

Influence des changements climatiques sur l’intervention des communautés microbiennes à la contamination d’origine pétrolière dans l’Arctique
Charles Greer1, Julien Tremblay1, David Juck1, Nathalie Fortin1, Jessica Wasserscheid1, Katrina Callender1, Andrew Tam2, Chris Mcrae2, Thomas King3, Kenneth Lee3
1Conseil national de recherches du Canada
2Ministère de la Défense nationale
3Pêches et Océans Canada
L’objectif de cette présentation est de montrer, par l’application d’approches génomiques, comment les changements climatiques ont une incidence sur la biorémédiation des sites dans l’Arctique.
Abstract

Les changements climatiques sont responsables de certains des impacts les plus significatifs dans l’Arctique. Le retrait des banquises a eu comme résultat des étés sans glace dans toutes les grandes voies navigables de l’Arctique, faisant en sorte que ces régions sont plus exposées à des déversements accidentels de pétrole brut, de diesel, de mazout lourd et autres contaminants du fait d’une plus importante circulation maritime. De plus, des déversements de carburants et d’autres composés sur les terres adjacentes à l’environnement marin augmentent le risque de contamination des plans d’eau naturels, une ressource vitale pour les collectivités locales. Ces enjeux sont importants pour les établissements du gouvernement fédéral dont les activités se déroulent dans l’Arctique, où la sécurité des populations humaines et des ressources et la saine gestion de l’environnement sont des priorités.

Avant que ces risques ne prennent de l’ampleur, nous nous devons d’évaluer et de mettre en place dès maintenant des mesures naturelles d’atténuation et de biorémédiation dans le cadre d’approches viables à la gestion des déversements d’hydrocarbures dans l’Arctique. Pour être efficace, une stratégie d’intervention en cas de déversement d’hydrocarbures doit d’abord s’appuyer sur des données de référence fiables de sorte à pouvoir comparer et mesurer le changement (impact ou rétablissement) et la performance. Les microorganismes, et notamment les bactéries, sont les tout premiers intervenants à se manifester lors de la présence d’hydrocarbures dans l’environnement naturel; il y a donc tout avantage à bien comprendre les bestioles qui se pointent et ce qu’elles peuvent faire malgré les conditions climatiques de l’Arctique. Une enquête préliminaire de caractérisation génomique des diverses structures et fonctions des communautés microbiennes dans les milieux marins de l’Arctique a permis de démontrer que les bactéries capables de décomposer les hydrocarbures sont très communes et actives à des températures inférieures au point de congélation.

Des études se déroulent actuellement à la Station des Forces canadiennes (SFC) Alert afin de caractériser ces bactéries et l’environnement marin. Outre la biorémédiation des sols contaminés par des hydrocarbures dans des bermes aménagées, des échantillons d’eau et de glace de mer ont été analysés pour déceler la présence de bactéries capables de décomposer les hydrocarbures et observer leur activité. Des études sur les microécosystèmes dans des conditions arctiques ont démontré que les hydrocarbures sont décomposés en quelques semaines, même à des températures aussi basses que -1,5 °C. Ces études sont en train d’être élargies de manière à porter sur la cinétique initiale ou précoce de la décomposition biologique et sur l’impact des agents de dispersion sur la décomposition du pétrole dans les conditions arctiques. Les résultats à ce jour indiquent qu’une atténuation naturelle des hydrocarbures dans un milieu marin en Arctique est non seulement faisable, mais peut se produire à une rapidité que l’on croyait jusqu’à maintenant inimaginable, d’où l’importance d’une approche stratégique à l’éventualité de déversements accidentels.

Les changements climatiques et les opérations minières passées de Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) au Cap Breton
Belinda Campbell1 et Fred Baechler2
1Services publics et Approvisionnement Canada
2EXP Services inc.
L'objectif de cette présentation est revoir et prédire l’impact des changements climatiques sur le programme de sites contaminés de l’ancienne société minière fédérale du charbon au Cap Breton
Abstract

indisponible 

Questions fr

fb icon   Twitter icon   linkedIn icon