section header FR

 Halifax Convention Centre, 1650 Argyle Street, Halifax, Nouvelle Écosse
4-5 juin, 2019  

Gestion de la contamination par des substances perfluoroalkyliques et polyfluoroalkyliques à votre site : Contexte, caractérisation du site, évaluation des risques et communication des risques
Shalene Thomas, Wood
Ginny Yingling, hydrogéologue principale, ministère de la Santé du Minnesota
Chris Evans, hydrogéologue principal en environnement, Département de la protection de l'environnement du Maine
Objectif du cours : Les substances perfluoroalkyliques et polyfluoroalkyliques (SPFA) sont un groupe de contaminants émergents qui présentent des enjeux uniques en ce qui concerne la caractérisation des sites, l’échantillonnage et l’analyse, le devenir et le transport, l’évaluation et la communication des risques et le choix des méthodes d’assainissement. Les organismes de réglementation, les gestionnaires de sites, les propriétaires des problèmes, les conseillers et les concepteurs de technologie gagneront tous des connaissances de pointe au sujet des SPFA et prendront de meilleures décisions en ce qui concerne la gestion des sites affectés par les SPFA.
 
Abstract

Aperçu du cours : Les SPFA, composés de différents groupes de produits chimiques fluorés (plus de 3000 existent sur le marché mondial), ont été largement utilisées depuis les années 1950 dans diverses applications militaires et industrielles et comme produits de consommation. Les SPFA ne sont pas biodégradables et sont relativement solubles dans l’environnement. Leur fabrication et leur utilisation, sans mesures adéquates de gestion et de contrôle de la pollution, les ont rendues presque omniprésents dans l’environnement. Leurs caractéristiques uniques rendent également cette catégorie de contaminants difficile à traiter. En 2017-2018, l’Interstate Technology and Regulatory Council (ITRC) a mis au point sept fiches signalétiques qui fournissent un aperçu de la nomenclature des SPFA, de leurs propriétés physiques et chimiques, des sources et des utilisations, des tendances de la réglementation, de la caractérisation des sites (y compris des méthodes d’échantillonnage et d’analyse en laboratoire), du devenir et du transport, des technologies de traitement et des mousses à formation de pellicule aqueuse (mousse AFFF). L’équipe est également en train d’élaborer une trousse d’outils de communication des risques associés aux SPFA ainsi qu’un document d’orientation technique et d’application de la réglementation plus approfondi pour les SPFA. Cette formation en salle de classe d’une durée de trois heures présentée par l’ITRC et dirigée par des experts sur les SPFA provenant des organismes des États et de l’industrie offrira un aperçu des SPFA dans l’environnement et des éléments essentiels pour leur caractérisation et la gestion des sites affectés par ceux-ci. Ce cours de formation permettra à nos apprentis à :

  • Acquérir des connaissances essentielles sur les sources, les utilisations et la prévalence des SPFA;
  • Développer une compréhension du devenir et du transport des SPFA;
  • Établir des connaissances de base sur l’absorption et la bioaccumulation des SPFA associées à différents récepteurs écologiques et humains ainsi que leurs effets toxiques potentiels selon l’état actuel des connaissances scientifiques;
  • Établir des compétences de base de communication des risques associés aux SPFA.

De plus, des études de cas seront présentées qui démontreront comment chacun de ces éléments peut être appliqué dans le cadre de projets propres à chaque site. La formation intégrera également des expériences d’apprentissage interactives et des séances de questions et réponses afin de renforcer ces objectifs d’apprentissage.

Quoi, quand, où et pourquoi : Témoignage de première main de l’utilisation passée, présente et future des mousses à formation de pellicule aqueuse par le ministère de la Défense nationale
Ed Kirby et Gaétan Morinville
Ministère de la Défense nationale
Objectif de la présentation : Cette présentation fournira un aperçu direct, provenant du bureau du prévôt des incendies du MDN et d’un ancien mécanicien du MDN et présent officier des matières dangereuses de l’Aviation royale canadienne, au sujet de l’utilisation de différentes mousses extinctrices par le MDN au cours des 60 dernières années, à savoir où, quand et comment elles ont été utilisées.
Abstract

Des liquides inflammables et combustibles sont largement utilisés par le ministère de la Défense nationale (MDN) et les Forces armées canadiennes (FAC) à l’appui des opérations. Afin d’assurer la continuité de la mission, le MDN doit maintenir des méthodes de lutte contre les incendies afin de pouvoir intervenir de façon efficace à des feux de carburant afin de réduire au minimum les risques pour la santé et la sécurité et de prévenir des dommages importants aux biens essentiels. Des agents extincteurs efficaces sont nécessaires pour lutter contre les feux de carburant. Ainsi, différents types de mousses extinctrices ont été utilisées au MDN depuis le début des années 1950 afin d’atteindre le niveau de rendement de lutte contre les incendies exigé pour le soutien des opérations. Au milieu des années 1960, la création de mousses à formation de pellicule aqueuse (mousses AFFF) très efficaces a été amorcée, ce qui a entraîné l’utilisation répandue de mousses AFFF fluorées à des sites du MDN depuis le début des années 1970.

Cette présentation fournira des renseignements historiques de première main et un aperçu de la culture et des pratiques générales de lutte contre les incendies, y compris les diverses applications de mousses AFFF, la fréquence d’utilisation et les lieux de déversements typiques et atypiques. Des détails seront fournis au sujet des exigences de formation et des pratiques historiques. De plus, des renseignements seront fournis au sujet des méthodes et des pratiques historiques d’essai de l’équipement utilisé pour différents véhicules de sauvetage et lutte contre les incendies d’aéronefs (SLIA) et systèmes fixes d’extinction des incendies à des bases militaires.

Ensuite, on présentera un résumé des pratiques et exigences actuelles de lutte contre les incendies et des normes actuelles de rendements des mousses extinctrices, de celles utilisées dans les véhicules de SLIA au cours d’opérations de lutte contre les incendies à celles utilisées dans des systèmes d’extinction actifs. Des renseignements et de l’orientation au sujet du besoin continu et des exigences de mener des essais des mousses AFFF conformément aux normes de la National Fire Protection Association (NFPA) afin d’assurer l’état de préparation opérationnelle, ainsi qu’au sujet de comment les essais sont menés de façon contrôlée afin de réduire au minimum les impacts sur les propriétés fédérales afin de prévenir les enjeux de contamination héritée. On présentera un court historique des réalisations du MDN au cours des dernières années et un aperçu des enjeux auxquels le Ministère est confronté lorsqu’ils fournissent des capacités de lutte contre les incendies. L’importance et les défis associés à l’utilisation adéquate de techniques de décontamination lors de la transition d’une formule de mousse à une autre (p. ex., lors de la transition à des mousses sans perfluorooctanesulfonate [PFOS] ou acide perfluorooctanoïque [APFO]) seront également exposés.

Enfin, l’importance de la formation continue des pompiers pour l’utilisation des mousses sera traitée d’un point de vue axé sur l’avenir des mousses extinctrices et le potentiel de remplacement des mousses extinctrices fluorées.

Ed Kirby, officier des matières dangereuses, 1re Division aérienne du Canada, ministère de la Défense nationale
M. Kirby s’est enrôlé dans les Forces armées canadiennes en 1979 et a commencé à entretenir des camions de pompiers militaires en 1982. Il est demeuré en tant que mécanicien militaire jusqu’en 2008 lorsqu’il a effectué la transition à un poste civil en tant qu’officier des matières dangereuses (OMD) de la 17e Escadre. Il est demeuré en ces fonctions jusqu’en 2015, lorsqu’il a accepté un poste au sein de la 1re Division aérienne du Canada comme OMD du Commandement des forces aériennes. Il occupe actuellement ce poste, aidant ainsi les sites de l’Aviation canadienne partout au Canada dans la gestion des matières dangereuses.

M. Kirby possède de nombreuses certifications. Il est technicien certifié en véhicules d’intervention (EVTC), technicien d’usine certifié pour les camions de Oshkosh et E-One, certifié à l’utilisation de pompes à incendie de Waterous, certifié par le collège Lakeland dans l’entretien des véhicules de lutte contre les incendies et certifié en opérations en matière de déchets dangereux par Magellan Engineering.

Il a mis à l’essai des camions d’incendie partout au Canada, se rendant même à Alert. Il a éliminé avec succès environ un million de litres de mousses AFFF provenant d’essais contenus et d’entretien d’équipement, assurant ainsi l’élimination et l’incération adéquates de ces substances.

Gaétan Morinville, Canadian Forces Fire Marshal (CFFM) 4 Head of Fire Prevention, Assistant Deputy Minister (Infrastructure and Environment) (ADM (IE)), Department of National Defence
Gaétan Morinville est actuellement le chef du génie en sécurité et en prévention des incendies pour le ministère de la Défense nationale (MDN). Sa carrière dure depuis plus de 38 ans au sein de la fonction publique : 28 ans au sein de l’Aviation royale du Canada, prenant sa retraite avec le grade de lieutenant-colonel, suivi de 10 ans en tant que fonctionnaire avec le Conseil national de recherches du Canada et le MDN. Au cours de sa carrière militaire, il a passé 14 ans comme pompier militaire opérationnel avant de devenir un officier pompier et a été nommé directeur du Service des incendies (Forces canadiennes) en 2005. Il est un membre actif de la Commission canadienne des codes du bâtiment et de prévention des incendies, du Conseil consultatif des Laboratoires des assureurs du Canada (ULC), du Comité sur les mousses extinctrices des ULC, du Comité sur les essais au feu des ULC et un membre du Comité d’experts sur le sauvetage en cas de feu et d’écrasement de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN). Il est également coprésident du Comité sur les codes du bâtiment de l’Association canadienne des chefs de pompiers. M Morinville possède un baccalauréat ès sciences en génie de la protection des incendies de l’Université du Maryland à College Park (Maryland) et a suivi plusieurs cours spécialisés en génie de la protection des incendies.

Gaétan Morinville, Directeur – Service des incendies (Forces canadiennes) (DSIFC) 4 Chef de la Prévention Incendie, Sous-ministre adjoint (Infrastructure et environnement) (SMA [IE]), Ministère de la Défense nationale

Questions fr

fb icon   Twitter icon   linkedIn icon