section header FR

 Halifax Convention Centre, 1650 Argyle Street, Halifax, Nouvelle Écosse
4-5 juin, 2019  

Défis liés au projet des substances perfluoroalkyls (SPFA) dans un climat réglementaire en évolution constante : Une perspective mondiale
Shalene Thomas et Cindy Smith
Wood
L’objectif de cette présentation est de  fournir une compréhension de la réglementation liée aux SPFA à l’échelle mondiale en examinant de près la variabilité concernant les règles promulguées et les lignes directrices recommandées, de fournir des exemples tirés de projets réels de la manière dont la réglementation en évolution constante a engendré des défis considérables de projet et fournir des considérations proactives liées à la gestion de projets afin de réduire au minimum les incidences de la réglementation changeante.
Abstract

Objectifs : Les substances perfluoroalkyls et polyfluoroalkyls (SPFA) sont une source connue de préoccupation depuis environ vingt ans et on les trouve partout à l’échelle mondiale dans les êtres humains et l’environnement. Cependant, l’élaboration de la réglementation avance lentement avec un niveau considérable de variabilité. Par conséquent, les projets sont marqués par l’incertitude et ils subissent souvent une cible changeante pour les stratégies de nettoyage de sites. Dans cette présentation, nous allons :

  1. Faire part de notre compréhension de la réglementation liée aux SPFA à l’échelle mondiale en examinant de près la variabilité concernant les règles promulguées et les lignes directrices recommandées;
  2. Fournir des exemples tirés de projets réels de la manière dont la réglementation en évolution constante a engendré des défis considérables de projet;
  3. En prévision de futurs changements réglementaires, fournir des considérations proactives aux gestionnaires de projet afin de réduire au minimum les incidences sur la portée, le calendrier et le budget découlant du changement de la réglementation dans leur portefeuille.

Approche et activités : Le Canada a actuellement des valeurs de dépistage fédérales pour l’eau potable, des lignes directrices pour la qualité des sols et de l’eau souterraine et des normes provinciales pour quelques analytes des SPFA. Aux États-Unis, des recommandations fédérales provisoires pour la qualité de l’eau potable ont été initialement publiées en 2009 et révisées en 2016 et dix-neuf États ont adopté des lignes directrices ou des normes pour plusieurs analytes de SPFA dans différents environnements, des sols à l’eau souterraine, à l’eau potable et à l’eau de surface. Près d’une demi-douzaine de pays européens et l’Australie ont également adopté des lignes directrices ou promulgué une règle. Les normes et les lignes directrices pour l’eau seule varient de 13 parties par trillion à mille parties par trillion. Une discussion guidée permettra de comparer les principaux renseignements d’étude, la cinétique, la dose-réponse, l’incertitude des extrapolations et les paramètres d’exposition utilisés pour dériver les normes et les lignes directrices et illustrer comment et pourquoi elles sont tellement différentes les unes des autres. L’utilisation prévue des critères présentés fera également l’objet d’une discussion.

Quelques exemples de projet seront mis en évidence et illustreront la façon dont les changements réglementaires ont influé sur la portée, le calendrier et le budget des projets en cours. Dans le premier exemple de projet, l’incidence de réduire les critères réglementaires sur la taille du panache, l’incidence résidentielle et la réaction de l’eau potable sont évalués. Dans le deuxième exemple de projet, les défis liés au projet font l’objet de discussions en raison des changements réglementaires à l’extérieur de la géographie du projet; l’incident du risque amplifié de la réglementation variable et les difficultés avec la communication du risque sont communiqués. Dernièrement, les points proactifs à considérer pour réduire au minimum les incidents du projet sont présentés.

Shalene Thomas, Gestionnaire de projet des nouveaux contaminants et chef du groupe de travail sur les SPFA, Wood
Shalene Thomas, Gestionnaire de projet des nouveaux contaminants et chef de groupe de travail sur les SPFA pour Wood, a plus de 20 années d’expérience dans la consultation environnementale, y compris plus de 10 années d’expérience dans le soutien des clients gouvernementaux et industriels avec les SPFA. À titre de chef du groupe de travail sur les SPFA pour Wood, elle supervise le sort et le transport (S et T), les études, l’évaluation du risque et la remédiation des groupes de travail techniques sur les SPFA dans l’expansion de la pratique et l’état des sciences. Son expérience comprend l’évaluation toxicologique des critères réglementaires sur les SPFA fondés sur le risque et l’intervention technique à ceux-ci, la communication des risques liés aux SPFA, la gestion et la surveillance de la santé humaine et des évaluations des risques écologiques ainsi que la gestion des projets liés aux SPFA pour divers clients de l’État, du gouvernement fédéral et à l’échelle internationale. Elle a agi à titre de conseillère technique pour plus de 100 sites de projet des SPFA aux É.-U., en Australie et au Canada. Elle est actuellement la co-chef de la fiche signalétique sur la mousse à formation de pellicule aqueuse dans le cadre de l’équipe du Interstate Technology & Regulatory Counsel (ITRC) et est également membre du groupe de travail réglementaire.

Élaboration de lignes directrices sur l’eau potable pour la teneur en perfluorooctanesulfonate et en acide perfluorooctanoïque et valeurs de dépistage pour la présence de substances per et polyfluoroalkyliques dans l’eau potable au Canada
Michelle Deveau, Sarah Labib, Julie Bourdon-Lacombe, Richard Carrier, Christine Lemieux
Santé Canada
L’objectif de cette présentation est de  fournir des renseignements sur l’élaboration de lignes directrices et de valeurs de dépistage pour la présence de substances per et polyfluoroalkyliques dans l’eau potable.
Abstract

Le Bureau de la qualité de l’eau et de l’air (BQEA) de Santé Canada est responsable de la promotion et de la protection de la santé des Canadiens pour tous les enjeux associés à l’eau potable. Cette présentation mettra l’accent sur le processus d’élaboration des lignes directrices pour l’eau potable au Canada pour la présence de perfluorooctanesulfonate (PFOS) et d’acide perfluorooctanoïque (APFO) qui établiront les concentrations maximales permissibles de PFOS et de APFO dans l’eau potable et qui comprendront des considérations en ce qui concerne l’additivité des deux substances. De plus, nous présenterons les valeurs de dépistage pour les substances per et polyfluoroalkyliques (SPFA) comme mesure supplémentaire de protection des Canadiens dans les environs de sites contaminés.

Richard Carrier, chef de section de la Division chimique, Bureau de la qualité de l’eau et de l’air (BQEA) de Santé Canada

Perfluorooctanesulfonate, acide perfluorooctanoïque et autres substances per et polyfluoroalkyliques Accent sur les lignes directrices fédérales pour le Plan d’action pour les sites contaminés fédéraux et au-delà
Darcy Longpré1, Luigi Lorusso1, Rita Mroz2
1 Santé Canada
2 Environnement et Changement climatique Canada
L’objectif de cette présentation est de  fournir un aperçu des lignes directrices pour les substances per et polyfluoroalkyliques élaborées par Santé Canada et Environnement et Changement climatique Canada qui pourront être utilisé aux sites contaminés du Canada afin de protéger la santé humaine et l’environnement.
Abstract

Afin de répondre aux exigences et aux besoins du Plan d’action pour les sites contaminés fédéraux (PASCF) et de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement, le gouvernement du Canada crée des outils pour gérer les contaminants environnementaux et les sites contaminés. Les substances per et polyfluoroalkyliques (SPFA) ont été des contaminants émergents source de préoccupations et d’importance prioritaires pour plusieurs ministères, y compris Santé Canada (SC) et Environnement et Changement climatique Canada (ECCC), au cours des dernières années au fur et à mesure que les préoccupations pour la santé humaine et pour l’environnement ont été identifiées. En même temps, il existait un besoin immédiat pour des outils pour déterminer et traiter les sites potentiellement affectés. L’un des écarts les plus importants était l’absence de lignes directrices pour aider l’évaluation et la gestion des sites.

SC et ECCC ont élaboré des valeurs et des documents d’orientation pour appuyer la gestion des sites contaminés. Ces critères peuvent comprendre des « valeurs de dépistage » à utiliser aux sites contaminés fédéraux ainsi que des « Lignes directrices pour la qualité de l’environnement » entièrement élaborée qui seront publiés par le Conseil canadien des ministres de l’Environnement (CCME) pour être utilisées par toutes les provinces, tous les territoires et tous les ministères fédéraux. La disponibilité des données détermine le potentiel de l’élaboration de lignes directrices. Pour les SPFA, il existe toujours des lacunes importantes dans les données qui limitent le nombre de lignes directrices qu’il est possible d’élaborer en ce moment. Pour les récepteurs écologiques, l’élaboration de lignes directrices a été principalement axé sur le perfluorooctanesulfonate (PFOS) et l’acide perfluorooctanoïque (APFO). Les lignes directrices fondées sur la santé humaine sont disponibles pour le PFOS, l’AFPO et pour sept autres SPFA. Cette présentation fournira un aperçu des lignes directrices pour les substances per et polyfluoroalkyliques élaborées par Santé Canada et Environnement et Changement climatique Canada qui pourront être utilisées aux sites contaminés du Canada afin de protéger la santé humaine et l’environnement.

Darcy Longpré, scientifique de l’environnement, Direction générale des régions et des opérations, Santé Canada
Darcy Longpré est une scientifique de l’environnement chez Santé Canada (SC) spécialisée dans l’évaluation des risques qui travaille de Montréal. Elle possède plus de 20 ans d’expérience en évaluation de sites contaminés, en évaluation des risques et en élaboration de lignes directrices pour les sols. Elle est actuellement la représentante de SC au sein du Groupe de travail sur les sites contaminés du Conseil canadien des ministres de l’Environnement (CCME). Elle coordonne l’élaboration de recommandations pour la qualité des sols (RQS) axées sur la santé humaine et participe à l’élaboration d’autres documents d’orientation associés aux sites contaminés élaborés par SC et le CCME. Mme Longpré a participé à l’élaboration de plusieurs valeurs et documents d’orientation pour les SPFA et aide actuellement à élaborer des RQS pour le PFOS et l’APFO.

Rita Mroz, scientifique de l’environnement des sites contaminés, Direction des activités de protection de l’environnement, région de l’Atlantique, Environnement et Changement climatique Canada
Rita Mroz est une scientifique de l’environnement au sein d’Environnement et Changement climatique Canada (ECCC). Elle possède plus de 25 ans d’expérience en évaluation, assainissement et recherches au sujet de sites contaminés et est la coordonnatrice régionale de l’Atlantique pour le Plan d’action pour les sites contaminés fédéraux (PASCF) du Canada. Elle fournit des conseils et du soutien scientifique, technique et en matière de réglementation à différents ministères et gestionnaires immobiliers en ce qui concerne l’évaluation et l’assainissement de sites contaminés fédéraux. De plus, elle est la coprésidente du Conseil régional de planification intégrée de l’Atlantique et du Groupe de travail fédéral sur les substances per et polyfluoroalkyliques (SPFA) en plus d’être membres de plusieurs autres comités, y compris le Comité du Partenariat pour la mise en œuvre de mesures correctives fondées sur les risques en Atlantique (Atlantic PIRI).

Questions fr

fb icon   Twitter icon   linkedIn icon