section header FR

 Halifax Convention Centre, 1650 Argyle Street, Halifax, Nouvelle Écosse
4-5 juin, 2019  

Pratiques exemplaires relativement à la gestion et à l’élimination des matières résiduelles contaminées par des SPFA dans les sites de Transports Canada
François Lauzon, Stantec Consulting Ltd.
L’objectif de cette présentation est de présenter les considérations relatives à la gestion des risques dans le cadre de l’élimination de matières résiduelles contaminées par des SPFA.
Abstract

Un document d’orientation a été créé pour permettre au personnel de Transports Canada (TC), ainsi qu’à ses consultants environnementaux et entrepreneurs, de soutenir la prise de décisions relativement à la gestion par TC des matières résiduelles contaminées par des substances perfluoroalkyliques ou polyfluoroalkyliques (SPFA). Les principaux objectifs ce document d’orientation, tel que rédigé, comprenaient les suivants :

  1. Une description des mesures législatives, des politiques et des exigences réglementaires qui s’appliquent relativement à la gestion des matières résiduelles contaminées par des SPFA qui découlent d’activités du gouvernement fédéral au Canada;
  2. Une énumération des options relativement à la gestion des matières résiduelles, solides et liquides, contaminées par des SPFA, ce qui comprend la prestation de renseignements sur les sites d’enfouissement et les incinérateurs au Canada;
  3. L’élaboration d’un cadre des pratiques exemplaires pouvant être utilisées pour orienter la prise de décisions relativement à la gestion des matières résiduelles contaminées par des SPFA.

Le document d’orientation fournit à TC une approche uniforme de diligence raisonnable relativement à la gestion des matières résiduelles contaminées par des SPFA qui découlent d’activités du gouvernement fédéral. Les matières résiduelles visées comprennent les sols, les eaux, les sédiments et d’autres matériaux solides ou liquides (p. ex., les filtres de charbon actif granulaire (CAG) et les mousses à formation de pellicule aqueuse (AFFF)), ainsi que les coupes de sol, l’eau de purge des échantillonnages d’eaux souterraines et les fluides de décontamination de l’équipement de forage. Bien que l’on mentionne en référence des critères et des orientations internationalement reconnus, le cadre de pratiques exemplaires dont il est question s’applique spécifiquement aux installations et/ou aux activités du gouvernement fédéral au Canada.

On y présentera : L

  1. es pratiques pertinentes en matière de gestion et d’élimination des matières résiduelles qui sont utilisées à l’échelle internationale, de même que les mesures législatives et les politiques qui s’appliquent à la classification des matières résiduelles, aux pratiques et méthodes relatives aux matières résiduelles et au transport des matières résiduelles (y compris le besoin de permis, de manifestes, de certificats d’approbation et/ou de formulaires de Transport des marchandises dangereuses (TMD)) au Canada;
  2. Les considérations visant à assurer l’établissement de liaisons adéquates avec les sites d’enfouissement afin de déterminer le caractère approprié de l’élimination hors site des sols et des liquides contaminés par des SPFA et de confirmer l’établissement des mesures de contrôle appropriées pour l’acceptation de matières résiduelles contaminées par des SPFA.
  3. Les méthodes appropriées de classification et de mise à l’essai des matières résiduelles contaminées par des SPFA.
  4. Les principes coûts-avantages qui doivent être pris en considération dans la décision d’éliminer les matières résiduelles contaminées par des SPFA;
  5. Les différentes options concernant les installations de gestion des matières dangereuses au Canada qui peuvent détruire des matières résiduelles contaminées par des SPFA, en incluant le coût estimé (en dollars canadiens de 2018) de l’élimination des matières solides et liquides.

François Lauzon, vice-président, Services environnementaux, Stantec Consulting Ltd.
François Lauzon est un ingénieur principal en environnement parfaitement bilingue qui compte plus de 33 ans d’expérience dans les domaines du génie municipal et du génie de l’environnement et qui travaille actuellement dans les bureaux d’Ottawa de Stantec Consulting Ltd. à titre de vice-président du secteur des affaires avec le gouvernement fédéral. Depuis sa retraite des Forces armées canadiennes en 2002, M. Lauzon assure la supervision de haut niveau de différentes évaluations de sites contaminés et stratégies d’assainissement d’un bout à l’autre du pays en soutien à une grande variété de clients du gouvernement fédéral et relativement à un vaste éventail de contaminants, y compris les herbicides, les solvants chlorés et les SPFA. Il possède une vaste expérience en ce qui a trait à la prestation de séances de formation, à l’animation d’ateliers, ainsi qu’à l’élaboration, la direction et l’animation de politiques fédérales pour le compte de différents comités interministériels fédéraux, y compris le Groupe de travail sur la gestion des lieux contaminés (GTGLC) dans le cadre des premières étapes du Plan d’action pour les sites contaminés fédéraux (PASCF).

Décontamination de l’infrastructure contaminée par des SPFA et traitement à grande échelle des eaux usées contaminées par des SPFA au moyen de la technologie [ozofractionation] et validation du traitement effectué au moyen de l’évaluation des [Total Oxidisable Precursors (TOP)]
Ian Ross1, Shriram Manivannan2, Erika Houtz3, Jeff Mcdonough4, Peter Storch5
1Arcadis UK
2Arcadis Canada Inc.
3Arcadis US
4Arcadis
5Arcadis Australia
L’objectif de cette présentation est de partager des renseignements de projet tirés du premier exemple de l’utilisation de la technologie [ozofractionation] sur des SPFA et de l’évaluation du rendement d’un système d’assainissement au moyen d’une évaluation des [Total Oxidisable Precursors (TOP)].
Abstract

Contexte et objectifs. La perte d’une mousse à formation de pellicule aqueuse concentrée a entraîné une contamination par des substances perfluoroalkyliques ou polyfluoroalkyliques (SPFA) de l’infrastructure et des eaux de surface des environs. Cette infrastructure comprenait un système d’égouts domestique/industriel et un système de collecte des eaux pluviales qui desservent, tous deux, de nombreuses installations industrielles. Les systèmes d’égouts et de collecte des eaux pluviales ont, par la suite, été isolés afin de prévenir toute autre répercussion sur l’environnement.

Les systèmes d’égouts et de collecte des eaux pluviales ont été nettoyés l’un après l’autre au moyen de rinçages à l’eau, d’hydroxyde de sodium et d’un solvant biodégradable spécialement conçu à base d’alcool.

Environ 6 millions de litres (ML) d’eaux usées et 6 ML d’eaux pluviales ont été recueillis et entreposés dans des réservoirs (conteneurs isothermes) d’une capacité de 20m3, ce qui comprend des matières résiduelles provenant de systèmes d’égouts et d’eaux pluviales. L’objectif du projet était de traiter l’eau recueillie à une concentration de moins 0,25 μg/L par rapport à la somme des SPFA (28 composés), telle que mesurée par l’évaluation [total oxidizable precursor (TOP)]. Cette initiative constituait le premier exemple d’utilisation de la technologie [ozofractionation] sur des SPFA et d’évaluation du rendement d’un système d’assainissement au moyen d’une évaluation des [Total Oxidisable Precursors (TOP)].

Approche / activités. La combinaison entre la charge organique élevée et les SPFA du concentré de mousse dans les matières résiduelles et les eaux qui ont été recueillies a engendré d’importants défis par rapport au traitement. Chaque conteneur isotherme comportait un éventail différent de composés organiques, de composés inorganiques et de concentrations de SPFA. Les conteneurs isothermes qui renfermaient l’eau ayant été utilisée avec des solutions caustiques et des solvants pour nettoyer les systèmes d’égout et d’eaux pluviales ont aussi été traités. Deux entreprises ont uni leurs efforts pour concevoir et mettre en place un processus novateur de traitement [ozofractionation]. [Ozofractionation] utilise l’ozone pour former un courant de bulles permettant de séparer et de concentrer les SPFA dans une couche de mousse générée au-dessus des réservoirs. La grande surface ainsi créée par les [ozone micro-nano bubbles] permettait d’isoler avec efficacité les SPFA dans le mousse. L’ozone fournissait les capacités oxydatives nécessaires à la décomposition de la charge organique des égouts. Le processus permettait également de traiter et de séparer avec efficacité les particules solides en suspension. Les principales matières résiduelles engendrées par le processus forment un courant aqueux très concentré de SPFA. Le système a été conçu pour permettre une capacité de traitement de 5 000 L/h et, étant donné la nature urgente de cette application, on a conçu, installé et mis en service un système à grande échelle en quatre semaines.

Résultats / leçons apprises. Le processus [ozofractionation] a démontré sa capacité de traiter des concentrations de SPFA très importantes, allant jusqu’à 4 000 ug/L, de même que des concentrations de SPFA beaucoup plus petites, tout en assurant la gestion de la charge organique élevée et des autres contaminants du mélange d’eaux usées non traitées d’origine domestique et industrielle. On a réussi à atteindre de façon systématique une réduction de plus de 99,9 %, telle que mesurée en fonction de la somme des SPFA (28 composés), dans le cadre d’une évaluation [TOP]. Le système a permis le retrait efficace des SPFA à longue chaîne et à courte chaîne d’une concentration de moins de 2 μg/L. Pour atteindre l’objectif du traitement définitif, on a installé un système de filtration à membrane afin de réduire les concentrations sensiblement au-dessous de 0,25 μg/L de l’évaluation [TOP].

Ian Ross, directeur technique principal, responsable technique de l’assainissement sur place à l’échelle internationale et responsable des SPFA à l’échelle internationale, Arcadis UK
Ian Ross, Ph. D., est directeur technique principal, responsable technique de l’assainissement sur place à l’échelle internationale et responsable des SPFA à l’échelle internationale, Arcadis UK.

Au cours des quatre dernières années, il a axé ses efforts sur les SPFA après avoir initialement travaillé en 2005 sur différentes options relativement à la gestion du sulfonate de perfluorooctane (SPFO) à la suite de l’incendie Buncefield au Royaume-Uni. Il faisait partie de l’équipe qui a autorisé et examiné le document d’orientation sur les SPFA du CONCAWE et il a publié plusieurs articles sur l’analyse des SPFA, les évaluations de sites et les assainissements, y compris un récent chapitre de livre sur la gestion des SPFA.

Depuis plus de 26 ans, il concentre ses énergies à la biorestauration des xénobiotiques après la réalisation de trois projets de recherche universitaires appliqués ayant été parrainés par l’industrie. À Arcadis il travaille à la conception et la mise en œuvre de technologies novatrices d’assainissement chimique, physique et biologique.

Il a évalué l’avenir et les différentes options en ce qui a trait au transport, au potentiel de biodégradation et au traitement des contaminants, y compris les hydrocarbures, les solvants chlorés, les composés nitroaromatiques, les SPFA, le lindane (hexachlorocyclohexane), les biphényles polychlorés (BPC), l’aldrine, la dieldrine et le dichlorodiphényltrichloroéthane (DDT).

Il possède de l’expérience avec de nombreuses technologies de traitement physique, chimique et biologique et a gagné plusieurs prix d’assainissement aux échelles nationale et internationale pour la conception d’applications relativement à ces technologies.

Conception, installation, lancement et exploitation d’un système mobile d’élimination des SPFA dans les matières résiduelles
Dale Wynkoop1, Steve Woodard1, Vicki Pearce2
1Nouvelles technologies de traitement des composés
2Conscia Pty Ltd
L’objectif de cette présentation est de d’aborder le traitement des matières résiduelles obtenues dans le cadre d’enquêtes et contaminées par des SPFA et des contaminants mélangés, de même que la façon dont il serait possible de normaliser le système en vue de la gestion des matières résiduelles de ce genre aux quatre coins du monde.
Abstract

Un système modulaire clé en main à résine échangeuse d’ions a été fourni pour permettre le traitement des matières résiduelles obtenues dans le cadre d’enquêtes (MRE) et contaminées par des substances perfluoroalkyliques ou polyfluoroalkyliques (SPFA), comprenant différents niveaux de parties par million (ppm) d’hydrocarbures, d’huiles et de lubrifiants; de solvants chlorés et de métaux dissous. Le système a été conçu pour traiter des volumes de plus 37 000 litres d’eau à la base des forces aériennes Eielson, située à Fairbanks, en Alaska. Les activités unitaires comprennent le média absorbant pour l’élimination des produits à l’état libre, le filtrage lavable à contre-courant par charbon actif en grains, l’échange d’ions pour le retrait des ions et des autres agents antisalissures, de même que deux types de résines échangeuses d’ions spécialisées pour l’élimination des SPFA.

Le système a été installé dans un contenant d’expédition international pour en faciliter le transport. Il a commencé à traiter de l’eau en octobre 2017. La présentation décrira la conception, l’installation, le démarrage, le fonctionnement ainsi que les leçons apprises, et examinera les premiers mois des données de fonctionnement. Cette conception efficace de système mobile pourrait être normalisée pour servir d’outil de gestion des MRE contaminées par des SPFA dans les bases militaires un peu partout dans le monde.

Dale Wynkoop, directeur mondial des ventes et applications, Emerging Compounds Treatment Technologies
Dale Wynkoop est directeur mondial des ventes et applications de ECT2 (Emerging Compounds Treatment Technologies). ECT2 est une entreprise d’équipements qui axe ses efforts sur le développement et la commercialisation de technologies de traitement des nouveaux contaminants difficiles à traiter. Les responsabilités de Dale comprennent les suivantes : le développement des entreprises, la mise en marché et le développement de nouveaux produits.

M. Wynkoop œuvre dans l’industrie du traitement des eaux depuis 1993 et s’est joint à ECT2 en 2017 pour diriger la commercialisation des technologies sur les médias synthétiques d’ECT2 en vue du traitement durable des SPFA, du 1,4-dioxane et d’autres nouveaux contaminants. Il a obtenu son baccalauréat en génie mécanique de la Ohio State University en 1988.

Questions fr

fb icon   Twitter icon   linkedIn icon