section header FR

 
Le développement des communautés par l’établissement d’un véritable partenariat et de valeurs communes
Ramez Sidaros, Stantec Consulting Ltd.
L’objectif de cette présentation est de mettre en évidence la façon dont un projet peut produire des résultats plus avantageux pour tous par la mise en place d’un partenariat entre le secteur public, le secteur privé et les collectivités des Premières Nations qui repose sur la collaboration.
Abstract

Le gouvernement du Canada et la Première Nation des Chippewas du territoire non cédé de Nawash (PN) se sont associés pour revitaliser et développer des infrastructures historiques, le quai de Cape Croker, pour créer une communauté plus prospère, viable et résiliente. Notre équipe a travaillé avec le gouvernement fédéral et la communauté des PN afin de contribuer à atteindre cet objectif. Pour ce projet, le gouvernement fédéral s’est engagé à verser les fonds nécessaires au développer le bien et, en échange, la PN assumerait l’entière responsabilité et la propriété du bien remis en état, y compris les charges à venir et la gestion des travaux de maintenance et d’entretien de l’installation. Le projet est l’illustration d’un partenariat fructueux axé sur la collaboration entre le gouvernement fédéral, la communauté de PN et le secteur privé.

Le travail consistait à effectuer la restauration de la totalité de la structure du quai de Cape Croker construit en 1904-1905. Le chantier est situé sur la rive nord de la baie Colpoys Bay, dans la baie Georgienne, à 24 km au nord-est de Wiarton, en Ontario. Tous les permis de travail ont été obtenus des organismes de réglementation fédéraux et provinciaux (ministère des Ressources naturelles et Pêches et Océans Canada) pour les travaux en milieu aquatique. Les travaux consistaient à démanteler une partie du quai actuel, à poser autour du vieux quai une cloison faite de palplanches en tôle d’acier, à construire un tablier de protection contre l’affouillement, une poutre de couronnement en béton et un pont en béton, et à installer plusieurs accessoires associés à ce genre d’ouvrage (échelles, taquets d’amarrage, rambardes, bordures), ainsi que tous les autres travaux connexes nécessaires à la réalisation du projet. Quant aux travaux provisoires, ils consistaient à construire une rampe de mise à l’eau, des équipements d’extinction des incendies et l’éclairage.

Travaillant en étroite collaboration avec la communauté des PN, des réunions ont eu lieu au bureau du conseil de bande. Services aux Autochtones Canada (SAC) a également été mobilisé pour s’assurer que la conception de l’ouvrage servirait les besoins actuels et futurs de la communauté de PN (le bien-être durable de la communauté de Nawash) dans l’esprit des objectifs mondiaux de développement durable.

De plus, l’entrepreneur et les Premières Nations ont fait en sorte que le projet offre ou génèrent des emplois dans la collectivité au cours de la construction. Des locaux ont décroché des emplois à des postes réservés aux corps de métiers, mais aussi à des postes de gardes de sécurité, de manœuvres, de gens de métier et de contremaîtres. Le projet démontre les caractéristiques fondamentales d’une collaboration fructueuse sous forme de partenariat fructueux, à savoir, l’équité, la mobilisation, la coordination et la confiance, l’efficacité de la communication et la transparence, la persévérance et l’application conjointe d’une technique de résolution des problèmes et des conflits.

Ramez Sidaros, associé, Constructions, Stantec Consulting Ltd.
Ramez Sidaros, ing., EGBC, IntPW (Canada) a 26 ans d’expérience dans le domaine de l’analyse des structures et de la conception d’ouvrages en génie civil et structural. Au cours de sa carrière, il a conçu, appuyé et géré de nombreux grands projets tant au Canada qu’à l’étranger, dont en Égypte, aux États-Unis, en Afrique et dans les Antilles. Son portefeuille comprend des projets de génie civil lourd dans les secteurs portuaire et maritime, immobilier, des transports collectifs en milieu urbain et des infrastructures publiques. Son expertise comprend la conception et l’administration en sous-traitance de projets de percement de tunnels sous des cours d’eau, de structures de fondation à grandes profondeurs, de gros travaux d’assainissement des sols et de mise à niveau d’immeubles gouvernementaux, ainsi que de remise en état de structures historiques d’importance nationale.

 

Mobilisation de la collectivité pour le projet d’infrastructures maritimes d’Iqaluit
Diane Pinto et Harald Kullmann
Advisian
L’objectif de cette présentation est de décrire l’approche à la mobilisation communautaire et son influence sur la conception des nouvelles installations portuaires et maritimes dans l’Arctique canadien qui serviront les intérêts des chasseurs et pêcheurs de subsistance, des organisateurs d’expéditions de chasse et de pêche et permettront d’assurer le ravitaillement par cargo de la municipalité d’Iqaluit.
Abstract

Le gouvernement du Nunavut a commencé la construction de nouvelles infrastructures maritimes à Iqaluit, sa capitale, qui dépend fortement des opérations annuelles de transport maritime au cours de la saison des eaux libres. Le projet porte sur la construction d’un port en eau profonde et d’un port pour petits bateaux et comprend l’agrandissement du brise-lames municipal et des améliorations à la jetée.

Iqaluit a fonctionné pendant des décennies sans véritables infrastructures maritimes, obligeant les cargos à jeter l’ancre à distance du littoral et à transborder leurs cargaisons dans des remorqueurs et des chalands qui les transportent ensuite à la côte lorsque la marée le permet, donnant lieu à d’importants retards. Le port en eau profonde améliorera la fiabilité, la fonctionnalité et la capacité de transport ainsi que la livraison de marchandises sèches et de carburant.

De plus, l’absence d’infrastructures adéquates au brise-lames municipal entraîne des problèmes de congestion et sécurité lors de la mise à l’eau des embarcations des chasseurs et des pêcheurs de subsistance, ainsi que d’autres. Une fois opérationnel, le port pour petits bateaux permettra une navigation plus sécuritaire et plus aisée des embarcations de plaisance grâce à un nouveau port protégé, un accès à la jetée indépendamment des marées et une mise à l’eau des embarcations plus simple et plus rapide.

Au cours de la présentation, l’on décrira le programme de mobilisation communautaire en marche depuis les tout débuts de la conception des nouvelles infrastructures maritimes (en 2016) afin de s’assurer que l’aménagement répond aux besoins des divers utilisateurs, y compris : les chasseurs, les pêcheurs, les pourvoyeurs, les plaisanciers, les résidents, les exploitants d’installations pour marchandises solides et carburant, etc., tout en respectant les budgets alloués par les gouvernements du Canada et du Nunavut. L’on discutera de l’approche globale à la conception et à la planification, ainsi que les diverses méthodes de consultation et les documents utilisés au cours de chacune des phases du projet. L’on présentera également les pratiques exemplaires et les leçons retenues à ce jour.

Harald Kullmann, cadre supérieur du port, Advisian
Harald Kullmann est ingénieur principal spécialisé dans les aménagements portuaires auprès d’Advisian-Worley et exerce sa profession au bureau de Vancouver depuis 25 ans. Il est l’ingénieur qui a apposé son sceau sur les documents pour le quai en eau profonde de la mine de nickel de Vale Inco à la baie Voisey’s, le quai en eau profonde de la Glencore Nickel à la baie Déception, et d’autres mines dans l’Arctique canadien. M. Kullman a travaillé avec le ministère de la Défense nationale sur l’installation navale de Nanisivik depuis 2009. Ses autres affectations l’ont mené dans l’Arctique canadien, au Groenland et en Alaska. Il dirige actuellement les aménagements portuaires à Iqaluit et à Pond Inlet pour le compte du gouvernement du Nunavut et les ports du détroit de Lancaster pour le compte de Pêches et Océans Canada et de Parcs Canada.

Diane Pinto, consultante principale, Mobilisation communautaire et savoirs autochtones, Advisian
Diane Pinto a 20 ans d’expérience dans le développement communautaire, la recherche sur les savoirs traditionnels et la mobilisation autochtone. Ses clients comprennent les gouvernements, les entreprises, les organisations non gouvernementales et les groupes autochtones partout au Canada, dans les Antilles et en Amérique du Sud. Mme Pinto est responsable de la consultation des communautés et des savoirs autochtones dans le cadre des projets d’infrastructures maritimes du gouvernement du Nunavut à Iqaluit et à Pond Inlet et l’étude sur les ports du détroit de Lancaster Pêches et Océans Canada. Depuis 1999, elle a également travaillé avec le groupe autochtone des Kayapos, en Amazonie brésilienne, à la conservation de leur territoire ancestral légalement cadastré d’une superficie de plus de 11 millions d’hectares.

 

Un pont entre les communautés – Réaménagement de la gare maritime de Langdale de BC Ferries
Tyler Thompson1 et Mike Pearson2
1Colliers Project Leaders
2BC Ferries
L’objectif de cette présentation est d’illustrer le processus d’aménagement de la gare maritime de BC Ferries et de discuter des difficultés et des complexités de l’exécution d’un projet majeur de réaménagement à la gare maritime de Langdale en Colombie-Britannique.
Abstract

British Columbia Ferry Services Inc., ou de BC Ferries, doit sa renommée à la sûreté de ses traversiers, aux paysages spectaculaires et à une fière histoire maritime. Ce qui a commencé en 1960 par une entreprise avec à son actif deux traversiers et deux gares maritimes est devenu l’un des plus grands réseaux hauts de gamme de transport par traversier au monde.

La gare maritime de Langdale est au service de la Sunshine Coast et de la population britanno-colombienne depuis sa construction en 1957. Au fil des années, la gare a fait l’objet de plusieurs travaux majeurs de mise à niveau et d’agrandissement en réponse aux changements dans les collectivités qu’elle dessert. C’est l’une des quatre gares maritimes d’importance pour BC Ferries.

En 2013, BC Ferries a complété un ambitieux plan d’aménagement de la gare maritime de Langdale échelonné sur vingt-cinq. Ce plan contribue à ce que le service de traversier de BC Ferries soit à la hauteur des exigences fonctionnelles et de l’achalandage croissant de la gare tout en réglant les principaux problèmes de sécurité, d’efficacité et d’exploitation.

Dans le cadre du plan d’aménagement, BC Ferries a consulté les Premières Nations de la localité ainsi que la collectivité et les parties prenantes à chacune des grandes phases du projet. Plus de 200 personnes ont été consultées au sujet de la conception préliminaire de la gare maritime et des plans du site, et sur ce qu’elles souhaiteraient voir dans certains lieux de la gare, y compris les aménagements paysagers, un terrain de jeu, des installations artistiques et culturelles et l’emplacement de bornes de chargement pour les véhicules électriques.

La présentation fera brièvement état des efforts d’aménagement de la gare maritime et plus particulièrement sur le projet de réaménagement de la gare maritime de Langdale qui en a résulté et qui est en cours de réalisation jusqu’en 2022. Le projet porte sur des travaux de construction en milieux terrestre et maritime, y compris :

  • la construction d’une toute nouvelle gare maritime d’une superficie de 1 800 m2 le long du littoral des améliorations aux aménagements parasismiques
  • la construction d’une nouvelle passerelle d’embarquement et de transbordement permettant aux passagers de se rendre de la nouvelle gare au traversier et inversement
  • des améliorations aux infrastructures civiles et aux équipements et services de la gare
  • la construction d’une nouvelle billetterie

Voici les objectifs des mises à niveau réalisées dans le cadre de ce projet :

  • améliorer la sécurité des passagers et l’expérience client
  • améliorer l’efficacité et la ponctualité des traversiers
  • améliorer l’accessibilité pour tous
  • accroître la capacité en prévision d’une hausse de l’achalandage et permettre éventuellement de faire des réaménagements de la gare
  • offrir aux passagers des accommodements conformes à ceux d’une gare maritime de haut calibre

Voici certains des défis du projet qui seront abordés :

  • les conditions du site, y compris la caractérisation des sols et des risques sismiques
  • les considérations afférentes aux travaux maritimes
  • des travaux de construction par phases à l’intérieur d’une gare maritime qui est en activité
  • la complexité du processus de réglementation

Comme les travaux de construction s’échelonneront jusqu’en 2022, le chargé de projet est devenu, par la force des choses, un partenaire incontournable au centre de l’exécution de ce grand projet immobilier pour BC Ferries.

Tyler Thompson, gestionnaire principal de projets, Colliers Project Leaders
Tyler Thompson est gestionnaire principal de projets à Colliers Project Leaders. Ingénieur civil accompli et gestionnaire de projet par métier, M. Thompson dirige de grands projets d’infrastructures et de transports complexes et multidisciplinaires pour le compte de plusieurs clients des secteurs public et privé. La liste des projets qu’il a menés à bien est longue et porte sur la phase de lancement à celle de clôture de projets de ponts, de routes, de mises à niveau d’équipements collectifs et d’ouvrages maritimes.

Mike Pearson, gestionnaire principal de projets, BC Ferries
Mike Pearson est gestionnaire principal de projets à BC Ferries. Pendant plus de dix ans, il a planifié et exécuté des projets de construction maritime pour le plus grand fournisseur de services de traversier dans le monde. Son expertise s’étend des activités de dragage au remplacement de pontons et à la réalisation de réaménagements dans une gare de services de transport par traversier. M. Pearson est souvent chargé de diriger des projets d’immobilisations les plus complexes et les plus difficiles, car le plan des immobilisations de BC Ferries à l’horizon de 2030 s’élève à 3,9 milliards de dollars.

 

 

Questions fr

fb icon   Twitter icon   linkedIn icon