section header FR 1


Présentations par affiches : La surveillance à long terme, la fermeture et la cession de sites
Mise à jour du modèle conceptuel de site contaminé par les liquides immiscibles légers et fermeture de site : parcs de stockage Otter Creek 1 et 2 à Goose Bay (T.-N.-L.)
Andrew Thalheimer1, Annette Murphy2, Lori Whalen3, Brad MacLean1, Noah Booth1
1Dillon Consulting Limited
2Construction de Défense Canada
3Ministère de la Défense nationale
L'objectif de cette présentation est de décrire l’approche de la prépondérance de la preuve (avec de multiples sources de données) et d’analyser et d’interpréter des données connexes qui ont permis de réduire la surveillance et d’y mettre fin, et, en fin de compte, d’accepter qu’aucune autre mesure ne soit prise plus tôt que prévu.  
Abstract

Dillon Consulting Limited a été retenu pour mettre à jour un modèle conceptuel de site contaminé par des liquides immiscibles légers (LIL) et pour mettre en œuvre un cadre de gestion du site qui traitait des lacunes en matière de données en suspens concernant les liquides immiscibles légers et les répercussions en phase dissoute associées à deux zones d’un ancien parc de stockage (c.-à-d. les zones 1 et 2 du parc de stockage d’Otter Creek) qui, historiquement, contenaient 8 parcs de stockage hors sol dont la taille varie de 1 600 000 à 2 400 000 L.. En utilisant des données disponibles (données historiques et données recueillies au cours des activités), Dillon a évalué les principales sources de données des scénarios de comportement de LIL, notamment la caractérisation et la stabilité du LIL (mobilité du LIL autour de la périphérie du corps du LIL), la mobilité de LIL (à l’intérieur du corps stable de LIL), la récupération du LIL, la dissolution de la stabilité du panache (c.-à-d. l’analyse de la stabilité du panache de Mann-Kendall et Ricker), surveillance de l’atténuation naturelle et évaluation de la zone d’appauvrissement des sources naturelles (ZASN) à l’aide du dioxyde de carbone et du flux du méthane. La combinaison d’évaluations de la stabilité, de la mobilité et de la zone d’appauvrissement des sources naturelles a été utilisée pour déterminer la stratégie de gestion de sites appropriée pour le panache du LIL qui contenait, dans certains puits, plus d’un mètre du LIL. Selon cette étude, le modèle conceptuel du site a déterminé un scénario de comportement qui a démontré qu’il n’y avait pas de phase dissoute inacceptable ou un risque lié à la mobilité du LIL, ce qui a suggéré qu’une stratégie de gestion du site peut être utilisée qui ne nécessitait pas de contrôle de la composition, de réduction de la saturation ou de confinement des contaminants. On a pu gérer le panache sur place. Cette approche stratégique visant à atteindre l’objectif a permis d’économiser des coûts importants (c.-à-d. > 100 000 $) associés à une surveillance optimisée (réduction du nombre de puits échantillonnés de plus de 120 à 82), à l’utilisation de technologies novatrices pour mesurer le flux de dioxyde de carbone (CO2) et le méthane (CH4) et à l’analyse rapide et récurrente des données, ce qui a finalement évité la nécessité d’effectuer une série de collecte de données. Cette présentation décrira l’approche de la prépondérance de la preuve (avec de multiples sources de données) et d’analyser et d’interpréter des données connexes qui ont permis de réduire la surveillance et d’y mettre fin, et, en fin de compte, d’accepter qu’aucune autre mesure ne soit prise plus tôt que prévu.

Andrew Thalheimer, associé, Dillon Consulting Limited
Andrew Thalheimer, ingénieur, est une personne qualifiée pour effectuer des évaluations environnementales de sites (PQEES) et est associé de Dillon Consulting Limited. Son bureau est situé à Halifax. Il est chef de file national de l’assainissement et du contrôle des risques chez Dillon Consulting. M. Thalheimer est un professionnel des sites et ingénieur principal en environnement. Il possède plus de 30 ans d’expérience dans divers aspects de la gestion des responsabilités environnementales, notamment la diligence raisonnable, l’enquête de sites contaminés, l’évaluation des risques, la gestion des risques, la conception de l’assainissement, l’assainissement, la surveillance de la construction, l’intervention en cas d’urgence, le soutien en cas de litige et la gestion stratégique des sites contaminés. M. Thalheimer a élaboré et mis en œuvre des plans de travail associés à diverses phases de l’évaluation environnementale; à l’optimisation de la surveillance des eaux souterraines; à l’évaluation des risques pour la santé humaine et l’environnement; à la caractérisation, l’évaluation et la gestion du LIL; à la surveillance des effets sur l’environnement et à l’assainissement par extraction multi phase, oxydation chimique in situ, recouvrement, excavation et biorestauration. Il a réussi à avoir la fermeture réglementaire de nombreux sites touchés par LIL au moyen de l’assainissement et de la gestion des risques.

Un cadre décisionnel à Steveston Harbour (Paramount) (C.-B.) – une approche rentable et novatrice de la gestion des sites contaminés actifs
Phyllis Bruleigh1, Paddy McManus2, Michael Gill1, Joline Widmeyer1
1SLR Consulting (Canada) Ltd.
2Pêches et Océans Canada
L'objectif de cette présentation est de décrire les étapes du cadre décisionnel, les classements pour l’établissement des priorités et le processus de l’organigramme pour la surveillance à long terme et la gestion des risques à Steveston Paramount. Des exemples provenant de chaque milieu (sol, eau souterraine, sédiments, vapeur) seront publiés pour guider les autres dans le cadre du processus. L’objectif de ce cadre est de mettre au point la planification budgétaire du MPO pour les trois à cinq prochaines années. 
Abstract

Le port principal pour petits bateaux (PPB) de Paramount est situé le long de la rive nord du bras principal du fleuve Fraser, dans la région de Steveston Fishing Village, à Richmond, en Colombie-Britannique. Le site se compose d’environ 18,9 hectares, situé, approximativement, au niveau de la mer. Il est considéré comme zone industrielle principale du Steveston Harbour et abrite plusieurs locataires, dont la fabrication et la réparation d’équipement marin et de bateaux, l’accastillage de navires, la réparation de filets, le portique de transbordement, l’amarrage de bateaux et une usine de glace.

Le PPB de Paramount, le PPB du golfe de Géorgie et l’île Shady forment Steveston Harbour, qui est géré par l’autorité portuaire de Steveston Harbour. Le Steveston Harbour comprend 38 parcelles de propriétés en milieu sec et de plants d’eau. Il est le plus grand port de pêche commerciale au Canada exploité dans le cadre du Programme de l’autorité portuaire pour petits bateaux de Pêches et Océans Canada (MPO).

Le site a une longue et diverse histoire industrielle qui comprend de diverses opérations de conserverie datant de la fin des années 1890, des travaux des pistes de halage, des opérations de voies maritimes et des travaux de briquetage depuis les années 1930, ainsi que la fabrication de grilles pour bateaux et de remplissage, du stockage de matériel et de carburant en vrac, et du développement résidentiel.

On ne prévoit pas de céder ou de modifier les sites qu’on utilise présentement. Les priorités en matière de gestion consistent à caractériser et à traiter le risque imminent pour la santé humaine et l’environnement (le cas échéant) et à réduire la responsabilité à long terme. SLR Consulting (Canada) Ltd. a aidé le MPO à élaborer un plan stratégique à long terme en utilisant une approche axée sur les risques pour établir les priorités des évaluations futures du site afin de soutenir les opérations actuelles et l’élaboration d’une stratégie globale de gestion des risques. Les évaluations de sites antérieures ont été effectuées sur la base des préoccupations environnementales plutôt que sur la base d’unités d’exposition. Par conséquent, l’ensemble actuel de renseignements relatifs au site est fragmenté et ne permet pas une évaluation globale de tout le site. Un cadre décisionnel permettant d’évaluer tout le site permettra d’économiser les coûts découlant des évaluations et des travaux d’assainissement, et une planification à long terme établie par ordre de priorité et efficace. Les enquêtes antérieures axées sur l’AEC ont donné lieu à une forte densité de données sur une petite partie du site. Ce cadre décisionnel permet de concentrer les décisions d’évaluation et d’assainissement défendables sur les zones intégrées du Steveston Harbour présentant les risques les plus élevés et d’obtenir les avantages environnementaux globaux les plus élevés.

Le cadre décisionnel orientera des décisions futures concernant des enquêtes environnementales et l’assainissement du site. Pour les zones du site où les données sont disponibles, ce cadre décisionnel fournit une approche graduelle de classement des risques pour chaque milieu qui est fondée sur l’ampleur des dépassements de contaminants préoccupants, les voies d’exposition complètes, les récepteurs sensibles sur place et l’avantage global du travail ainsi que les dépenses.

Dans le cas des zones où il n’y a pas de données, ce cadre décisionnel fournit une méthode pour évaluer le risque en matière de lacune de données et permet de voir si des renseignements supplémentaires sont nécessaires. Le cadre décisionnel fournit également des déclencheurs à l’échelle du site au cas où des enquêtes doivent être menées. Ce cadre peut guider le MPO dans sa planification future en mettant l’accent sur l’évaluation des risques à l’échelle du site et la réduction de la responsabilité environnementale à long terme, en permettant des dépenses plus efficaces et en fournissant une plus grande transparence auprès des locataires et des autres intervenants.

Phyllis Bruleigh, gestionnaire de la discipline technique, Qualité des terres et assainissement, SLR Consulting (Canada) Ltd.
Phyllis Bruleigh est géoscientifique agréée. Elle est une professionnelle de la gestion de projets ayant une expérience de plus de 18 ans en consultation environnementale et en gestion de projets. Son calendrier et sa planification efficaces concernant les ressources du projet sont fondés sur une compréhension approfondie de la tâche à accomplir et sur l’écoute et la compréhension des besoins des clients. La réussite de la gestion de projet de Mme Bruleigh a été démontrée au cours de ses travaux lors les phases I et II de l’évaluation environnementale du site (EES), de l’étape 1 et 2 de l’enquête préliminaire du site (EPS) et l’enquête détaillée du site EDS, les projets d’assainissement et de gestion des risques. Mme Bruleigh a supervisé la gestion et l’évaluation des sols contaminés de divers organismes gouvernementaux comme Pêches et Océans Canada, Services publics et Approvisionnement Canada, Construction de Défense Canada, Services aux Autochtones Canada et plusieurs Premières Nations. Auparavant, elle a travaillé avec BNSF Railways, le port de Tacoma et le United States Air Force et le United States Navy Department. Ses compétences techniques, sa connaissance des craintes en matière de sécurité, sa communication efficace et son utilisation efficiente des ressources lui ont valu des contrats à long terme avec des organismes très médiatisés. Mme Bruleigh met l’accent sur la formation d’équipes de projet multidisciplinaires et solides, capables de communiquer clairement et de bien comprendre les objectifs du client.

Mine de diamants Jericho – Exploitation, entretien et surveillance
Mark Yetman, Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada
L'objectif de cette présentation est de fournir une description de la façon dont le plan d’exploitation, d’entretien et de surveillance a été élaboré pour le site; d’énumérer les résultats du plan découlant des deux premières années de la mise en œuvre; de revoir le processus qui sera utilisé pour affiner le plan à l’avenir; et, de partager quelques leçons apprises tout au long de l’élaboration et de l’exécution du plan. 
Abstract

Ce résumé concerne la présentation intitulée Mine de diamants Jericho : la stabilisation d’un site en région éloignée offerte à l’Atelier national sur les sites contaminés fédéraux de l’IBIC de 2018.

La mine de diamants Jericho est une mine désaffectée dont la gestion relève de Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada (RCAANC). Cette présentation portera brièvement sur l’histoire de la mine, sur la façon dont elle a été placée sous la responsabilité et le contrôle de RCAANC et sur l’élaboration et la mise en œuvre du plan de stabilisation du site (PSS). Elle mettra ensuite l’accent sur l’élaboration et la mise en œuvre du plan d’exploitation, d’entretien et de surveillance après la construction.

Le plan d’exploitation, d’entretien et de surveillance pour le site Jericho a été élaboré après l’achèvement des activités de stabilisation du site en 2017. L’élaboration consistait, entre autres, à identifier et à évaluer les risques résiduels du site après la stabilisation. Les plus importants risques ont ensuite été intégrés au plan d’exploitation, d’entretien et de surveillance. Les plus importants risques relatifs à Jericho sont liés aux facteurs suivants :

• qualité de l’eau du lac de la fosse à ciel ouvert (niveaux d’uranium);
• couverture de résidus – zone de confinement de Kimberlite traitée;
• fissure du barrage ouest;
• cellule de confinement des hydrocarbures pétroliers.

La phase initiale du plan d’exploitation, d’entretien et de surveillance couvre les années 1 à 3 après la stabilisation et la mise en œuvre et a commencé en 2018. Une fois la phase initiale terminée, les résultats du plan d’exploitation, d’entretien et de surveillance seront examinés et la portée et la fréquence de la phase suivante du plan seront déterminées.

Les années 1 et 2 du plan initial d’exploitation, d’entretien et de surveillance ont été terminées et les résultats obtenus jusqu’à ce jour seront exposés en détail, ce qui comprend l’établissement de rapports sur les résultats pour :

• qualité de l’eau du lac de la fosse à ciel ouvert : les niveaux d’uranium diminuent et le niveau d’eau augmente;
• couverture de résidus : mise en place de chenaux d’érosion et d’étang, selon le besoin;
• fissure du barrage ouest : Rétablissement du débit d’eau, qui s’exécute comme prévu;
• cellule de confinement des hydrocarbures pétroliers : Réparation sous garantie fixée en 2018, qui s’exécute comme prévu;
• autres observations.

Les autres points qui seront traités sont les suivants :

• l’installation d’une station de caméras à distance au cours de la deuxième année pour observer la déviation C1 et le lac de la fosse à ciel ouvert;
• défis et leçons tirées des visites sur place qui ont eu lieu en 2018 et 2019.

Mark Yetman, conseiller principal en projet, Bureau technique des projets, Direction générale des sites contaminés du Nord, Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada
Mark Yetman est conseiller principal en projets au Bureau technique des projets de la Direction générale des sites contaminés du Nord de Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada (RCAANC). Avant de se joindre au bureau technique des projets, il a travaillé comme gestionnaire de projets au bureau régional du Nunavut du RCAANC. Au cours de la période qu’il a passée à RCAANC, il a travaillé à plusieurs projets de sites contaminés, dont les sites intermédiaires du Réseau d’alerte avancée DEW de la station radar CAM-F (lac Sarcpa), de FOX-C (Fjord Ekalugad), de PIN-D (Pointe Ross) et de PIN-E Cape Peel, ainsi que la Ligne de radars du Centre du Canada de l’Île Bear, le lac Hope et la mine de diamants Jericho. Son expérience antérieure acquise comprend une période passée à travailler dans les secteurs privé et public dans les domaines de la gestion des déchets et le contrôle d’application de lois environnementales. M. Yetman est titulaire d’un baccalauréat ès sciences avec spécialisation et d’une maîtrise en sciences environnementales de l’Université Memorial de Terre-Neuve.

Évaluation, assainissement, recouvrement et fermeture d’un ancien site d’enfouissement destiné aux matériaux de construction et aux débris, à Harrietsfield (Nouvelle-Écosse).
Rob McCullough1, Wilfred Kaiser2, Donnie Burke1
1AECOM Canada Ltd.
2Nova Scotia Lands Inc.
L'objectif de cette présentation est de montrer comment un site problématique a été étudié, surveillé et géré, fermé et mis sous surveillance à long terme, au moyen de l’assainissement et du recouvrement des cellules. Elle sera présentée en tant qu’étude de cas. 
Abstract

Contexte et objectifs
L’objectif de cette présentation est de discuter des aspects pertinents d’un projet qu’AECOM Canada Ltd., est en train de terminer en collaboration avec la Nova Scotia Lands Inc., afin de remédier à une préoccupation publique de longue date concernant l’aménagement et les répercussions d’un site d’enfouissement situé à côté d’un lieu résidentiel près de Halifax (Nouvelle-Écosse). Le but de l’étude était d’évaluer l’état environnemental actuel, sur place et hors site, en partie attribuable à l’existence d’un ancien site d’enfouissement de débris et de matériel de construction situé à Harrietsfield (Nouvelle-Écosse). L’étude comprend l’examen de données de surveillance recueillies et de travaux effectués sur le site pendant plusieurs années, un important programme d’évaluation sur le terrain pour examiner les lieux, les types et les caractéristiques des déchets ainsi que pour étudier et comprendre les conditions géologiques, géochimiques et hydrogéologiques du site dans le but de recommander à l’État une stratégie efficace de fermeture du site dans le cadre du règlement sur les sites contaminés de la Nouvelle-Écosse, conformément à la Loi sur l’environnement (Environment Act) de la Nouvelle-Écosse.

Actuellement, ce qui est compris du site indique que les débris de construction qu’il a eu étaient, pour la plupart, réduits en petits fragments et placés dans une cellule de confinement partiellement doublée construite sur un rocher de granite fracturé. Une fois que la cellule était remplie, le bouchon utilisé pour couvrir la cellule contenait un taux important de limon et, compte tenu des étés plus chauds et plus secs, il s’est desséché au fil du temps et a laissé les précipitations infiltrer la cellule, dissoudre une espèce chimique et la transporter à la roche fracturée. Cette espèce, semble-t-il, a joué un rôle dans la dissolution de l’uranium de la roche mère et a probablement touché l’eau souterraine dans une certaine mesure et, par conséquent, les puits de production voisins. L’installation de systèmes de traitement des eaux des puits et l’approvisionnement en eau en bouteille à la collectivité sont en cours d’exécution. Cette région a un historique intéressant lié à la mauvaise qualité de l’eau souterraine avant que le site ne soit développé, bien qu’il soit probable qu’il ait contribué au problème.

À la suite de la recommandation et de la sélection de l’approche de fermeture, les travaux du projet comprenaient l’élimination et le traitement du lixiviat retrouvé dans la cellule existante et l’élaboration de la conception et de la spécification de l’appel d’offres visant la fermeture du site. Le lancement du projet d’assainissement du site suivant comprend la collecte et le tri des déchets du site afin de les réacheminer, de les éliminer de façon appropriée sur place, dans la cellule, et hors site dans les installations de traitement des déchets approuvées, de remettre en état et de terrasser le site, de contrôler le drainage, de gérer des lixiviats et de recouvrir la cellule du site d’enfouissement avec des plaques de gazon synthétique imperméable.

Approche et activités
Cette présentation fournit un aperçu du site, des détails concernant l’enquête, un examen des données, une évaluation et des travaux de génie civil nécessaires à l’élaboration d’un plan de fermeture raisonnable, mais scientifiquement efficace et acceptable par le public pour le site d’enfouissement. Elle portera sur la façon dont la province fait participer le public, en particulier, les collectivités avoisinantes, à titre d’intervenants dans le processus. Elle expliquera également comment la province a réussi à mobiliser des organismes fédéraux pour obtenir un financement provincial et fédéral afin d’assurer la fermeture du projet d’un site d’enfouissement par l’intermédiaire des initiatives fédérales et provinciales d’écologisation du gouvernement et dans le cadre du mandat des objectifs visant à réduire des gaz à effet de serre et à favoriser la résilience aux changements climatiques.

Rob McCullough, responsable technique principal – Assainissement de l’environnement, AECOM Canada Ltd.
Rob McCullough est responsable technique principal de l’assainissement de l’environnement chez AECOM Canada Ltd. Il a acquis une expérience de la gestion, de la coordination et de la facilitation des opérations d’importantes équipes d’intervention, accomplies lors de grands projets d’intervention d’urgence et d’assainissement dans le sud du Canada, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut. Il a passé une grande partie de sa carrière dans l’Arctique canadien à réaliser des projets dans des régions éloignées et à diriger des équipes multidisciplinaires. Il a supervisé de nombreuses fouilles de vérification de l’intégrité des programmes d’entretien des pipelines et des projets importants et complexes à travers le Canada. Il possède 35 ans d’expérience dans l’Arctique dans les Territoires du Nord-Ouest, au Nunavut, au Yukon et au Groenland. L’expérience de M. McCullough comprend tous les aspects de la remise en état de divers projets, y compris le système de navigation aérienne dans l’ensemble de l’Arctique canadien, le réseau d’alerte avancé de la ligne des stations radars et les principaux rejets des entreprises pétrochimiques en amont et en aval, au Canada, et, à l’étranger en Asie du Sud-Est et en Amérique du Sud.

M. McCullough a été responsable technique principal de plusieurs projets, dont l’écrasement de l’avion de MK Airlines 747 à l’aéroport international d’Halifax, l’assainissement du JET A-1 et les rejets de carburant diesel en Arctique au site BAF-3 du réseau DEW du MDN, l’assainissement de l’ancienne mine d’or Colomac, les programmes d’assainissement et de remise en état des mines Bullmoose Ruth et Gordon Lake des T.N.-O.

Évaluation environnementale de site du stand du tir des armes légères du Gloucester Regiment, Comté de Gloucester (Nouveau-Brunswick)
Abigail Garnett, GEMTEC Ingénieurs-conseils et scientifiques
L'objectif de cette présentation est d’apprendre des leçons tirées de l’expérience concernant les stands et les sites de tir des armes légères qui comprennent les répercussions sur le sol, les eaux souterraines, les eaux de surface et les sédiments. 
Abstract

Le stand du tir des armes légères du Gloucester Regiment, situé près de Bathurst (N.-B.), n’est plus utilisé comme champ de tir depuis les années 1980. Le site est, en grande partie, retourné à son état naturel (il est couvert de végétation et d’arbres épais), à l’exception du chemin d’accès le long des anciennes lignes de tir. L’ancien stand du tir des armes légères est entouré de marais réglementés et cartographiés et de zones de faible altitude. Les travaux d’évaluation des sites environnementaux sont en cours depuis le milieu des années 2000 et sont en cours.

Les zones qui pourraient présenter des préoccupations environnementales ont été identifiées au cours des premiers travaux qui sont effectués sur le site et comprennent : le sol et les eaux souterraines au niveau des lignes de tir et de a butte de tir et le ruissellement ou le transport des eaux souterraines vers les eaux de surface et les sédiments dans les milieux aquatiques d’eau douce avoisinants. Les contaminants potentiellement préoccupants (CPC) comprennent principalement les métaux-traces. Toutefois, l’échantillonnage d’autres CPC, y compris les hydrocarbures aromatiques polycycliques, les énergétiques et les substances perfluoroalkyliques et polyfluoroalkyliques, a été effectué dans le sol, les eaux souterraines, les eaux de surface et les sédiments. Étant donné qu’un grand nombre de métaux identifiés dans les milieux du site, y compris le cuivre, le zinc et le plomb, se trouvent naturellement à des concentrations où le taux de ces métaux est supérieur à celui mentionné dans les lignes directrices fédérales appliquées dans plusieurs régions du Nouveau-Brunswick, le défi consiste à déterminer les concentrations de fond par rapport aux répercussions sur le site.

Le processus d’évaluation du site touche à sa fin puisque de multiples séries d’échantillonnage ont été effectuées et que les répercussions sur le sol et les eaux souterraines ont été délimitées. Les prochaines étapes comprendront la réalisation d’une évaluation des risques pour la santé humaine et l’environnement aux fins de fermeture fédérale du site.

Abigail Garnett, ingénieure principale en environnement/hydrogéologue, GEMTEC ingénieurs-conseils et scientifiques
Abigail Garnett de GEMTEC ingénieurs-conseils et scientifiques fait partie du secteur des services-conseils en environnement depuis 18 ans. Elle a obtenu un baccalauréat et une maîtrise en génie de l’Université Queen’s à Kingston (Ontario). Ses travaux ont porté sur les sites contaminés, l’évaluation des risques pour la santé humaine et l’environnement et les projets d’hydrogéologie.

Questions fr

fb icon   Twitter icon   linkedIn icon